Règlement
Bottin des avatars
Le monde magique
Contexte
Sinseonghan Jolyu
Postes disponibles
Gisteol Hyeon
Spellbook du parfait sorcier
F.A.Q
Le monde moldu
Jinju
F.A.Q
Nos top-sites



L'aventure de Sinseonghan Jolyu est finie !!
Après 2 années de bons et loyaux services, le forum ferme,
mais pour mieux renaitre !!!
En effet, pour partir sur de nouvelles bases, nous vous invitons chaleureusement
à nous rejoindre sur The Phoenix's Song ! On espère pouvoir vous retrouver là bas !

Partagez | 
 

 Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 26
MessageSujet: Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar    Ven 2 Aoû - 15:34

Noh Ihn Kyang
feat Won Jong Jin


Tell me your secret

Annyeong Haseyo ! Je me présente, Noh Ihn Kyang. Je suis né(e) le 04/05/1994. De ce fait, je suis âgé(e) de 19 ans. Je suis coréen et espagnol . En ce qui concerne mon orientation sexuelle, je suis un(e) hétérosexuel et je suis actuellement célibataire.

Je suis actuellement mannequin et mon rêve dans l'avenir serait de retrouver mon frère jumeau . En ce qui concerne mon statut social, j'ai un revenu minimum.

Ma famille est composée de de mes parents biologiques qui sont morts quand je n'étais qu'un bébé, mes parents adoptifs sont aujourd'hui sous de fausses identités dans un pays d'Amérique du sud. Où ? Ne me demandez pas, ils ne l'ont pas dit... Et j'ai aussi frère jumeau, logiquement, s'il est encore en vie. et j'ai pour signes particuliers, d'avoir deux identités : En Espagne, on me connait sous le nom de Otero de Herreros Iban & tout récemment j'ai repris ma vraie identité coréennée. Je parle l'Espagnol et l'anglais couramment, au contraire mon niveau de coréen qui est parfois un peu basique... mais on me pardonne, enfin j'espère. J'ai aussi une cicatrice derrière mon oreille : le seul souvenir que j'ai de cet accident..



Tell me your story.

Ma vie, ma vie… est relativement complexe.

Ma vie en Corée fut relativement courte, quand mes parents biologiques moururent d’un accident de voitures je n’étais qu’un simple bébé. Une famille espagnole, celle de mes parents adoptifs, décidèrent de m’adopter, ceux-ci se trouvant dans une situation un peu délicate : ma mère adoptive étant incapable de pouvoir engendrer un enfant.

Cette famille, ma famille pouvait-on dire se trouvait alors d’un milieu particulièrement riche, ceci dirigeants d’une grande entreprise de construction dans la ville de Madrid. Même si je n’étais qu’un fils adoptif, ça aurait dû être moi l’héritier de cette grande entreprise lorsque j’aurais été capable de la diriger, dans de nombreuses années, après avoir obtenu tous mes diplômes et l’expérience requise pour un poste de ce prestige. Je vivais alors dans des conditions de vie plus que décente, ma famille possédant un grand appartement de luxe dans l’avenue la plus chère de cette capitale. Ainsi, on peut dire que je fréquentais les écoles les plus chères de ce pays qu’était l’Espagne, en compagnie des futurs dirigeants, qui pouvaient être mes amis sous certaines conditions. Logiquement, je n’avais pas eu à fréquenter réellement le bas peuple si ce n’était dans les rues commerciales ou dans les rues, voir les grands monuments historiques et touristiques, quelquefois. Les transports en commun certes très performants à Madrid, je ne les utilisais pas dans ma vie, ma famille disposant de limousines privées, je n’avais aucune raison ou prétexte pour l’utiliser. Les lieux que je fréquentais avaient toujours été peuplés d’hommes riches, ou de familles riches, ainsi je n’avais pas d’amis de la classe moyenne et pauvre. Mes parents ayant toujours pris soin de diriger ma vie, choisissant mes amis et mes fréquentations en fonction des revenus de leurs parents et de la place qu’ils occupaient dans le monde des entreprises et des finances.

Malgré l’image que l’on pouvait avoir des riches dans ce monde, on pouvait dire que j'étais quelqu’un de relativement différent, même si mes parents m’avaient toujours appris à trier mes connaissances selon leur argent, je n'étais pas quelqu’un de relativement coincé ou qui se trouvait très refermé sur lui-même. Le fait que j'étais peut-être un enfant adopté a changé cette donne.

Dans ma ville, j’étais quelqu’un de véritablement ouvert et sympathique, n’hésitant pas à venir au secours d’une quelconque personne qui aurait besoin d’aide, n’hésitant pas à engager la discussion avec elle. Si une personne me demandait le chemin ou un quelconque renseignement, je lui répondais avec le sourire, et je ne le regardais nullement de haut, ni me croyais supérieur. C’était sans doute la différence d’avec mes « amis » de l’époque qui regardait les autres personnes d’un air hautain et froid. Je considérais tous les hommes de la même manière, un de mes défauts selon mes parents qui auraient voulu que je pensais comme eux. J’aurais toujours aimé avoir un ami qui ne se trouvait pas de la classe riche mais malheureusement, je n’avais jamais eu la chance de fréquenter véritablement dans la rue ses personnes. Le seul contact que j’eus est celui d’un jeune homme qui vivait en banlieue, au travers d’internet et de Twitter avec qui j’échangeais de nombreuses discussions mais sans jamais le rencontrer, ma famille surveillant bien trop mes faits et gestes en dehors de notre logement.

J’aurais dû sans aucun doute finir ma vie ainsi, marié peut-être à une femme soigneusement choisie par mes parents à cette époque mais l’avenir de notre famille bascula vers le réel cauchemar il y a seulement quelques mois. La crise frappait l’Espagne, nous avions cru y échapper mais peu à peu l’entreprise de ma famille fut touchée, jusqu’à tomber dans la faillite la plus totale. Bien entendu, on aurait pu s’en sortir, recommencer une vie à Madrid si mes parents n’avaient pas décidé d’agir d’une manière égoïste et bien inhumaine à mes yeux. Du jour au lendemain, ils décidèrent de quitter ce pays pour s’installer dans un pays d’Amérique du Sud sous une autre identité, pour l’unique raison de ne jamais payer, malgré l’argent qu’on possédait, les centaines, voire les milliers d’employés que composaient notre emprise et ses ces nombreuses filiales.

Moi ? Ils décidèrent de ne pas m’emmener avec eux là-bas, la raison je ne la saurais sans doute jamais. Je me rappelle juste qu’un matin, je me réveillais, notre appartement se retrouvant vide de leur présence. J’avais trouvé une lettre où ils m’expliquaient qu’ils avaient décidé de fuir le pays, lâches qu’ils étaient, pour rejoindre l’Amérique et recommencer leur vie, ne voulant nullement affronter ces milliers d’employés qui se retrouvaient à présent tous au chômage. Ils m’avaient seulement laissé près de cette lettre un passeport coréen, acquis par mes origines, un billet aller pour en Corée et un peu d’argent pour que je pusse recommencer ma vie à Jinju, et le tout uniquement accompagné de la seule photo que j’avais eu de ma famille biologique, une photo en noir et blanc où on pouvait voir mes parents, mon frère jumeau et moi, qui n’étaient que dés bébés. S’ils ne m’avaient donné que peu d’argent, il paraissait que c’était seulement pour que je me fonde dans la foule et n’attire nullement l’attention sur mes origines. Un vol qui se trouvait au départ seulement quelques heures plus tard, ne me laissant nullement le temps de dire au revoir à mes amis ou à quiconque d’autres. Je devais donc en quelques heures choisir les vêtements les plus banals de mon armoire pour ne nullement attirer l’attention sur leur richesse et je pris malgré leur interdiction le seul bracelet qui avait de l’importance à mes yeux, un bracelet en argent massif de grandes valeurs monétaires, mais qui à mes yeux représentait cette famille que j’avais aimé malgré le fait qu’ils avaient été toujours particulièrement inhumains. Lâche, sans doute que je l’avais été à ce moment-là, comme mes parents, bien incapable d’assumer l’acte de mes parents, en suivant soigneusement leurs ordres, celui de disparaitre de la ville de Madrid et recommencer ma vie en Corée du Sud, celle-ci se trouvant être ma mère patrie.

Bien entendu, si je décidai de venir en ce pays ce ne fut nullement que pour ce fait, s’il y avait bien une chose que j’avais toujours voulu malgré moi, c’était bien de vouloir de retrouver ce frère jumeau que j’avais perdu quand je n’étais qu’un simple bébé, retrouver ses origines, ses gênes, ne pouvaient qu’être bénéfiques.

Je n’eus aucun mal à passer les frontières de l’Espagne en partant en avion, à ce moment-là, l’avis de recherche sur ma famille n’étant pas alors prononcé. Ce n’est qu’un jour après la disparition de ma famille en ces lieux que la police se mit à nous chercher, seulement, ceux-ci ne connaissant que mon nom espagnol, ils ne pouvaient faire le lien même encore aujourd’hui. Ils devaient croire que j’accompagnais mes parents en Amérique du Sud, la police ayant découvert malgré leur discrétion qu’ils s’étaient enfuis là-bas.

Mon arrivée à Séoul et enfin Jinju fut véritablement un choc pour moi, la différence de culture étant bien trop importante pour que je puisse m’adapter simplement. Ne parlant que peu le coréen, si ce n’était les quelques cours que j’avais pris il y avait quelques années, l’arrivée fut très chaotique. Je n’avais nulle part où aller, ni où travailler, je ne savais nullement quoi faire. J’avais tout et pour tout qu’un seul bagage de sport où se concentrait mes quelques affaires. Je réussis à vivre quelques semaines sans dépenser trop d’argent mais mon manque de connaissance de langues m’empêchait de trouver un quelconque travail, ne pouvant nullement reprendre l’école d’une quelconque manière, n’ayant pas assez d’argent.

Néanmoins, bien trop heureux et naïf à l’époque, je réussis à trouver un emploi à ce qui paraissait à être un mannequin pour une petite entreprise d’un des quartiers de Jinju. Il suffisait simplement que je fasse mannequin pour toucher un revenu qui semblait assez conséquent…. Ne maitrisant nullement le coréen, je signai le contrat sans savoir vraiment ce qui composait réellement ce contrat. Seulement, je me suis vite rendu compte que je m’étais fait avoir, ayant signé un contrat d’exclusivité pour une durée de 30 ans, me retrouvant incapable de pouvoir démissionner volontairement et devenant modèle dans des conditions sans aucun doute un peu douteuse, logeant dans un logement vraiment miteux. Faire des photos quasi nu sous des rires d’hommes, n’était pas ce que j’imaginais être mon travail de mannequin.

M’en sortir ? Je ne sais pas si cela est résolument possible au jour d’aujourd’hui, si je me dirige vers la police, sans aucun doute qu’ils remarqueront que je suis « étranger » et qu’ils vont retrouver ma véritable identité, me ramenant directement en Espagne et devant répondre aux actes de mes parents lâches. S’ils ne peuvent pas juger mes parents, ils me jugeront moi et je risque de terminer mes jours en prison… Alors, j’attends patiemment de trouver une solution à mon problème, espérant un jour pouvoir m’enfuir loin de ses hommes qui seront toujours capable de me retrouver, ceux-ci travaillant pour une famille mafieuse. Ainsi, si je n’arrive un jour pas à me lever pour venir au studio, ils sont capables de venir me chercher et me forcer à y aller, malades ou non. Je ne connais pas cette ville, je ne peux nullement m’enfuir, surtout pas alors que je sais que l’on peut me retrouver quoiqu’il arrive.


Behind the screen

• Pseudo ou prénom : sukkie
• Âge : 21 ans
• Temps de connexion :7.7
• Un commentaire ? : c'estpasbiendereveniravecdesancienspersos.
• Comment avez vous connu le forum ? : pasbesoinderépondre
• Avez vous lu le règlement ? : Validé par Coo
• Exemple RPG :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar    Ven 2 Aoû - 15:43

Tiens que vois-je ici ? Mon futur bras droit qui a encore énormément de choses à apprendre *pan*
Bienvenue parmi nous dans tous les cas ;).
Bonne chance pour ta fiche & surtout amuses-toi bien parmi-nous <3




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 26
MessageSujet: Re: Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar    Ven 2 Aoû - 15:50

Merciiii mon adorable et sexy sauveuse de cet accueil *w*

J'ai fini ma fiche donc tout va bien *pan*

J'espère m'amuser avec ce petiiiit *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Wang Se Jong
sous directeur - le grand sage
avatar

identity card
parchemins envoyés : 392
MessageSujet: Re: Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar    Ven 2 Aoû - 17:01

moldu
Toute une nouvelle aventure s'offre à toi !


I'll tell you who you are ...


Te voici enfin validé, moldu ! En tant que moldu, tu peux désormais réserver une chambre ou résidence et créer ta fiche de liens, afin que tu puisses te construire ton cercle de connaissance, chose qui te sera sans aucun doute utile pour avancer dans ton jeu. Pour finir, n’oublies pas de remplir les différents éléments dans ton profil et de bien t'amuser parmi nous. Dans tous les cas, bonne aventure parmi nous !!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net

Contenu sponsorisé

identity card

MessageSujet: Re: Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar    

Revenir en haut Aller en bas
 

Noh Ihn Kyang ~ Por qué no puedo respirar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinseonghan Jolyu - Académie de magie pour jeunes sorciers ::  :: mirror of soul :: see you next time-