Règlement
Bottin des avatars
Le monde magique
Contexte
Sinseonghan Jolyu
Postes disponibles
Gisteol Hyeon
Spellbook du parfait sorcier
F.A.Q
Le monde moldu
Jinju
F.A.Q
Nos top-sites



L'aventure de Sinseonghan Jolyu est finie !!
Après 2 années de bons et loyaux services, le forum ferme,
mais pour mieux renaitre !!!
En effet, pour partir sur de nouvelles bases, nous vous invitons chaleureusement
à nous rejoindre sur The Phoenix's Song ! On espère pouvoir vous retrouver là bas !

Partagez | 
 

 [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Dim 17 Nov - 11:08

" Event 5 - Le Bal d'Halloween - Partie 2"
Alboran H. Joaquin & Jenkins Jane H.



Elle qui s’était imaginée à arpenter les allées de cette crypte pour rejoindre la pièce où se déroulait le bal, avait du de nouveau rebrousser chemin à cause d’un bonbon. Une sucrerie qu’ils n’avaient pas eu la notion d’avoir en fin de compte et qui les avait contraint à rester à l’entrée de ce lieu qui l’intriguait pourtant. Cependant, forts de constater que ce soir toute créature inoffensive pouvait se révéler fortement dangereuses, son cavalier tout comme elle n’avait point désiré forcer le passage. Après tout, ils n’étaient nullement supposés savoir comment le gardien des lieux allait réagir. Joaquin avait donc pris la décision de poursuivre la soirée chez lui afin de boire et manger tranquillement. Après tout, il aurait été dommage de se quitter si tôt. Elle ne dit mot à cette proposition, ne la trouvant nullement déplaisante puisqu’ils s’étaient expliqués. C’est pour cette raison qu’elle s’était donc laissée entrainée lorsque le jeune homme avait pris doucement sa main pour l’emmener avec lui.

C’est donc une nouvelle fois, qu’ils vinrent arpenter les ruelles du cimetière dans le sens contraire des nouveaux arrivants. Ce dernier déterminé, n’eut même pas l’idée de s’arrêter pour demander à leurs camarades s’ils n’avaient pas un bonbon de trop, sans doute aussi par fierté. Elle ne pouvait que le suivre sur cette pensée et cette idée la dépita dans une certaine mesure. C’est ainsi qu’après une dizaine de minutes de marche, ils finirent par arriver aux portes de l’école où se trouvait la zone de transplanage. Reprenant alors légèrement leurs souffles quelques instants, ce dernier vint lui indiquer qu’elle allait donc découvrir son appartement mais qu’il ne comptait pas la tenir en otage. En effet, il la ramènerait à l’école lorsqu’elle voudrait rentrer. Une remarque digne d’un gentleman qui ne put que la faire rire délicatement alors qu’elle venait le taquiner simplement en ajoutant.

« Tu sais, j’ai également mon permis de transplanage, je pourrais donc rentrer lorsque je le désirerai. Mais l’attention est fort aimable, je vois que tu prends sérieusement ce que j’ai pu te dire… C’est très agréable. »

Souriant doucement au jeune homme qui se trouvait à ses côtés, elle se sentit dans l’obligation de venir lui embrasser la joue pour le remercier tandis qu’elle murmurait simplement.

« On y va ? »

C’est ainsi qu’elle vint donc de nouveau lier ses doigts à ceux du jeune homme tandis que ce dernier se charger de les transplaner jusqu’à son domicile où ils furent rendus en l’espace de quelques secondes. C’est ainsi qu’elle découvrit les lieux où logeait le jeune homme. Un appartement des plus classe qui correspondait assez à l’idée qu’elle se faisait de ce dernier alors qu’il l’invitait à rentrer à l’intérieur. Un intérieur au mobilier très sophistiqué tandis qu’elle entrait dans la pièce principal, qui faisait également office de chambre. L’endroit était propre et rangée et c’est tout naturellement qu’elle vint prendre place sur un des tabourets qui se trouvait face au plan de travail de la petite cuisine. C’est donc tout simplement qu’elle vint ajouter dans un sourire amusé qu’elle ponctua d’un clin d’œil.

« J’aime beaucoup l’appartement, ça change de l’intérieur des autres bâtisses de la région. Alors, tu as quoi à me proposer cher hôte car je suis une cliente très difficile, tu le sais, n’est-ce pas ? »

TENUE : 01.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Mar 19 Nov - 23:05

Joaquin ne pouvait qu’être fier de lui en ce moment, ayant trouvé une alternative à cette soirée malgré le fait qu’ils n’aient pas de bonbons pour atteindre ce fameux bal. Il voulait absolument passer du temps en sa compagnie et finir leur soirée dans son appartement n’était en soit nullement une trop mauvaise idée dans la mesure où ils pourraient fêter Halloween sans subir le mauvais goût de ces enseignants. Il n’avait nullement envie de recroiser ces maudites citrouilles et préférait grandement la compagnie de Jane en cette soirée.  Ainsi il n’avait pu que sourire simplement aux mots de la demoiselle qui lui avait murmuré alors qu’elle disposait aussi d’un permis d’un transplanage et qu’elle pouvait de ce fait aussi rentrer lorsqu’elle le désirerait.  Mais elle retenait que l’attention était aimable, remarquant qu’il prenait au sérieux ce qu’elle avait lui indiquait auparavant. Un fait qu’il avait résolument pris en compte, souhaitant particulièrement donner une autre image en cet instant, souhaitant paraitre un vrai homme aux yeux de la demoiselle. De ce fait, il n’avait pu que sourire, résolument heureux de recevoir un baiser de sa part, liant avec plaisir ces doigts au sien pour transplanner à son domicile.

Un domicile tout à fait ordonné et classe, comme le jeune homme l’avait quitté quelques heure auparavant. Le jeune homme prenant soin de son appartement pour qu’il soit toujours parfaitement rangé malgré la présence de son perroquet qui avait la fâcheuse tendance à vouloir investir les lieux, casser les objets à sa portée et marquer son territoire. C’était d’ailleurs pour cela que lorsqu’il s’en allait, il enfermait celui-là dans son placard qui avait été emménagé grâce à la magie en cage très large et haute pour qu’il puisse déployer ces ailes et voler aisément. En tant que passionné des oiseaux, il savait que son ami serait plus heureux à l’air libre mais, depuis le jour où son père l’avait ramené d’un de ces voyages en Amérique Centrale, le jeune homme était tombé en quelque sorte amoureux de cet animal et celui-ci ne le quittait plus lorsqu’il était à son domicile.

Mais, à présent ce n’était pas Jane son Le jeune homme laissa Jane s’asseoir à sa table, l’admirant et ne pouvant que la trouver magnifique dans cette robe qui saillait parfaitement ces formes. Le jeune homme ne cacha nullement ce fait, ne se sentant nullement coupable de ressentir de telles pensées lorsqu’il s’agissait de cette demoiselle.  Les compliments de la demoiselle à propos de son logement ne purent que lui faire plaisir, heureux de voir qu’elle jugeait qu’il avait de bons goûts. Pour venir répondre à sa question, le jeune homme lui sourit et  lui murmura alors :  « Merci, j’ai choisi cet appartement pour cela lorsque je suis arrivé. Je crois que mes parents m’ont trop habitué aux bâtisses sophistiquées. Si la décoration plait à cette si charmante demoiselle, je peux alors lui offrir tout ce qu’elle désire en boisson pour commencer… j’ai du Lait de poule, du Jus de citrouille, du Jus d'œillet, de l’Hydromel aux épices, du Rhum groseille, du Ogden's Old Firewhisky, du Vin de sureau… enfin tout ce que tu désires. Le temps que tu réfléchisses je m’en vais libérer Sigma, il doit rager dans sa cage en ce moment… ça sera l’occasion de le voir, il n’a malheureusement pas l’occasion de venir à l’école. » Dit-il en souriant doucement, sa baguette dans la main il se dirigea vers le placard de son appartement et prononça alors la formule qui permettait d’ouvrir cette porte et donc la cage.

Il n’eut d’ailleurs pas le temps de faire plusieurs pas pour se retrouver dans la cuisine avant que celui-ci ne vienne se poser sur son épaule. Quémandant toujours de l’affection de son maitre, Joaquin vint le caresser avec tendresse lui souriant avant de porter un regard sur son invité à présent.  « Je te présente Sigma, mon compagnon de route depuis quinze ans… ne le complimente pas trop, il prend trop à cœur les compliments après, un peu comme son maitre » dit-il en laissant échapper un doux rire alors qu’il sentait son perroquet lui donner un coup de tête au niveau de son visage, comme pour se venger de ces mots.  Souriant, il vint alors se remettre au niveau de la demoiselle, en face d’elle plus exactement et demanda alors à son amie :   « Alors… mon invitée a-t-elle choisi ce qu’elle désire ?  »


Perroquet : 1 / 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 23 Nov - 12:05

En venant au sein de cet appartement, la jeune rabpullus n’était nullement certaine de ce qu’il allait se réaliser. En effet alors qu’ils avaient initialement prévu de passer la soirée au sein de la crypte du cimetière où se déroulait actuellement le bal de l’académie, ils avaient du rebroussé chemin à cause d’un malheureux bonbon. Une situation qui se trouvait résolument désagréable pour la jeune femme qui ne supportait pas l’échec mais, ce sentiment se trouvait neutralisé par le comportement de son cavalier. Depuis qu’ils s’étaient expliqués dans les vestiaires des douches du stade de Quidditch, ce dernier avait adopté un tout autre comportement, qui s’assimilait à celui d’un jeune homme très plaisant et amusant bien loin de l’apparence arrogante que le jeune homme avait prit l’habitude d’avoir en sa compagnie depuis cette soirée passée dans ses bras. Une vanité qui s’était désormais amoindrie depuis leur confrontation et qu’elle appréciait à une juste limite. Elle l’avait donc complimenté sur son appartement, le trouvant particulièrement élégant et raffiné. Une remarque qui sembla plaire au jeune homme qui vint lui sourire en la remerciant, qu’il avait d’ailleurs choisi cet appartement pour cela lorsqu’il était arrivé. Il avait été trop habitué aux bâtisses sophistiquées pour choisir un autre lieu que celui-ci. Il vint donc lui détailler les boissons qu’il pouvait lui offrir en lui laissant le temps de choisir tandis qu’il allait libérer Sigma. Elle identifia le nom comme étant celui de compagnie du jeune homme, quand bien même ne l’avait-elle jamais vu. Si ses souvenirs étaient bons, il lui avait semblé entendre qu’il s’agissait d’un Ara bleu dont il était très fier.

Elle le laissa donc s’absenter tandis qu’elle se retournait pour le regarder faire, ouvrant d’un coup de baguette une armoire qu’il avait organisée en une sorte de cage gigantesque où ce dernier semblait loger. Sans attendre une seconde de plus, ce dernier résolument ravi de pouvoir quitter sa prison vint s’en retirer d’un battement d’ailes pour venir se poser sur l’épaule de son maitre. Un comportement qui ressemblait résolument à celui qu’avait Perséphone avec Noah. Une image qui ne pu que la troubler légèrement alors qu’elle détournait le regard un instant pour reprendre ses esprits, résolument décontenancés par cette similitude qui lui rappelait ô combien elle souffrait de l’absence de son complice de toujours. Elle se contenta alors seulement d’inspirer rapidement pour reporter son attention sur le jeune homme qui n’ayant nullement remarqué son trouble était venu caresser son animal compagnie qu’il lui présenta naturellement. Il s’agissait donc de son compagnon de route depuis quinze ans. Il lui recommandait de ne pas trop le complimenter car il les prenait trop à cœur, un peu comme son maitre. Une remarque qui ne pu que la faire rire délicatement, chassant ses pensées sombres au loin dans son esprit tant la complicité entre les deux protagonistes semblait être forte. Mais, pas assez pour qu’elle puisse totalement écarter cette comparaison qu’elle ne pouvait s’empêcher de faire.

« Ravi de te rencontrer alors Sigma ! » Murmura la jeune femme dans un sourire tandis qu’elle regardait l’animal avec douceur. « Tu dois être un bon compagnon pour ton maitre, je n’en doute pas vu votre complicité. Tu dois être un loyal ami pour lui. »

Elle avait prononcé dans un clin d’œil alors qu’elle voyait déjà son ami se diriger vers elle pour prendre sa commande. Elle vint donc se tourner vers lui alors qu’elle répondait dans un fin sourire.

« Un Rhum groseille, ça serait dommage de ne pas consommer un peu d’alcool alors qu’on a la possibilité de le faire, non ? »

Elle avait murmuré cela dans un clin d’œil amical alors qu’elle se détournait de lui pour déambuler dans l’appartement alors qu’elle le voyait la servir. Elle laissa ses fins talons martelaient le bois ciré de l’appartement, rythmant ainsi sa promenade au sein de ce loft si bien rangé. Les pensées ailleurs, résolument prisonnières de cette image qui s’était imposée d’elle-même, elle pouvait y songer sans que le jeune homme ne perçoive son trouble. A quoi jouait-elle en venant ici et agissant ainsi avec le jeune hispanique ? Cherchait-elle à se venger de l’absence qu’elle subissait de cet homme qui même après 4 ans de séparation lui manquait cruellement ? Elle vint se mordre délicatement alors qu’elle observait la rue au travers de la fenêtre, se sentant soudainement d’humeur moins joyeuse, quelque peu dérangée par les pensées qui l’hantaient. C’est donc tout naturellement qu’elle vint s’asseoir sur le banc en bois qui se tenait en face de cette fenêtre, observant simplement cet homme, si charmant et magnifique venir à sa hauteur pour lui remettre son verre. Un verre qu’elle vint accepter obligeamment alors qu’elle le voyait prendre place à ses côtés, laissant alors leurs deux échines se frôler, la troublant d’autant plus. Elle était charmée par cet homme, elle ne pouvait le nier tant ce dernier était empli de charisme mais, indirectement, elle ne pouvait s’empêcher de se poser une question désormais que cette pensée avait traversé son esprit. L’utilisait-elle comme une compensation pour soigner le vide que créé l’absence de Noah dans sa vie ? Une question dont elle n’avait pas la réponse alors qu’elle venait la refouler dans son esprit, adoptant de nouveau une attitude désinvolte et frivole alors qu’elle murmurait dans un doux sourire.

« Merci beaucoup pour le verre, j’espère que tu n’as rien mis d’illicite dedans, n’est-ce-pas ? »

Elle n’avait pu s’empêcher de le taquiner sur le sujet, tirant délicatement la langue en venant l’observer avec amusement, résolument déterminée à ne point laisser ses pensées la tourmenter de l sorte. Cela n’avait pas de sens tant elle avait conscience qu’elle n’aurait pas du coucher avec le jeune homme même pour le récompenser pour une action. Et si cette nuit entre ses doigts avait engendrée un lien dont elle ne pourrait nullement se défaire et continuerait à la tourmenter de la sorte ? Elle refusait d’y songer tant elle se pensait bien plus forte que l’idée que son cœur soumettait à son esprit. Elle l’utilisait et jouait avec lui, rien de plus. Plus facile de s’en convaincre que de le démontrer tant qu’elle n’avait pas à le faire…




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Lun 2 Déc - 23:30

Le bidulgi ne pouvait qu’être particulièrement heureux en cet instant de pouvoir montrer à Jane son compagnon de route depuis une quinzaine d’années. Un oiseau qui était en quelque sorte l’une de ces plus grandes fiertés  depuis son enfance. Il avait été celui qui avait éduqué et élevé cet oiseau et ne pouvait qu’être fier du résultat, de voir son oiseau particulièrement heureux et si bien dressé. Tellement qu’il ressemblait sans doute trop à son maitre aimant résolument les compliments dès lorsqu’une personne lui en faisait, battant des ailes de ravissement à chaque fois. Ce qu’il fit d’ailleurs lorsqu’il entendit la demoiselle murmurer qu’elle était ravie de le rencontrer, qu’il devait être un bon compagnon pour son maitre en remarquant la complicité qu’ils partageaient.

Des compliments auquel son perroquet répondit en espagnol « Gracias,  muchacha hermosa » . Des mots qu’il avait longuement entendu dans la bouche de son maitre qui complimentait bien souvent les demoiselles. Des mots qui ne purent que faire rire doucement son maitre alors qu’il venait se diriger vers elle pour prendre sa commande. Une commande simple et élégante, tout comme l’était la demoiselle. Elle lui indiqua alors qu’il aurait été dommage de ne pas consommer de l’alcool alors qu’ils en avaient la possibilité. Des mots auxquels le jeune homme ne put que sourire alors qu’il s’abaissait vers le bar caché sous la table : « Je comprends tout à fait. Puis, tu as bien plus de choix qu’à l’école… il serait dommage de ne pas en profiter. »

Le jeune homme termina ces mots remontant alors les bouteilles d’alcool en main, les posant sur la table et préparant alors les différents cockails, celui de son ami et lui le sien, un mélange d’alcool espagnol, préférant largement les saveurs de son pays natal. Le jeune homme une fois son travail terminé se rapprocha délicatement de son invitée qui s’était posé sur le banc de bois près de sa fenêtre. Le bidulgi en profita alors pour venir s’asseoir aux côtés de son invitée, lui offrant un doux sourire.  Il porta à ces lèvres alors son cocktail, ne pouvant s’empêcher de trouver résolument belle la demoiselle à ces côtés dans cette si belle robe qui mettait tant en avant ces formes. Il se savait attiré par elle depuis de nombreux mois et le jeune homme ne pouvait qu’en être entièrement persuadé en ce jour, la trouvant résolument radieuse. Un fait qui ne pouvait que lui plaire alors qu’il l’entendait le remercier pour le verre, le taquinant sur le fait qu’elle espérait qu’elle n’avait rien mis d’illicite dans celui-ci dans un doux regard. Un regard ô combien pour le jeune homme qui ne put pas s’empêcher de l’observer avec délice.  Le bidulgi prononça alors simplement dans une douce voix : « De rien chère demoiselle. Le gentleman que je suis n’a aucun intérêt à mettre quelque chose d’illicite dans la boisson… s’il souhaite conquérir le cœur de sa princesse, il faut que celle-ci soit consentante et non drogué, tu ne crois pas ? » Termina-t-il simplement alors qu’il lui souriait, portant à ces lèvres son cocktail pour goûter à nouveau cette boisson qui était son pécher mignon. On ne refaisait pas un espagnol, surtout pas alors qu’il ne s‘était jamais vraiment adapter aux boissons alcoolisées asiatiques.  

Néanmoins, le jeune homme en cet instant ne pensait nullement à tout cela, bien trop obnubilé par la demoiselle à ces côtés qui méritait toute son attention. Sans s’en vraiment compte, il ne cessait de lui envoyer des regards ô combien envoutés par sa personne, l’observant avec attention. Son regard se posa alors avec attention sur ces lèvres légèrement entrouverte qui étaient collées au verre. Des lèvres qui l’attiraient particulièrement en cet instant. Alors, étant bien incapable de pouvoir résister d’une quelconque manière à ce regard fébrile qu’il pouvait lire dans les yeux de Jane, tout comme ces lèvres tentatrices, il vint simplement déposer à côté de lui son verre et rapprochant leurs visages il murmura simplement, laissant sa main toucher cette joue  délicate :  « Je m’excuse d’avance si cela te parait inapproprié…»

Il termina alors ces mots dans un sourire avant de laisser ces lèvres venir se coller à celle de son amie qui devait paraitre sans aucun doute bien surprise de son geste. Un léger baiser qu’il vint prolonger avec tendresse, un baiser qu’il n’avait plus partagé avec quiconque depuis bien longtemps. Au travers de ce baiser il exprimait la profonde affection qu’il lui portait, tout comme cette attirance qu’il était bien incapable de contrôler en sa compagnie. Il ignorait bien ce qui se passait dans son fort intérieur mais, son cœur en cet instant battait à un rythme effréné, sans doute bien trop ravi de ce contact. Ainsi, le jeune homme vint continuer ce baiser, heureux de sentir Jane participer au baiser, laissant l’une de ces mains se perdre dans cette chevelure délicate. Un baiser qui perdura jusqu’à que son souffle  se fasse plus court, libérant alors ces lèvres, lui lançant un regard ô combien conquis et envouté par sa personne. Le jeune homme laissa son souffle s’échouer sur les lèvres de son amie, la dévorant du regard, les yeux brillant d’une certaine lueur qu’il ignorait encore la nature. Elle était si belle ainsi ne cessait-il pas de penser alors qu’il laissait sa main caresser sa chevelure dans de douces caresses. Sans chercher à comprendre d’une quelconque manière ces agissements, Joaquin vint seulement reprendre à nouveau entre ces lèvres ces comparses avec délice, aimant tant leur contact alors qu’il fermait les yeux, profitant de toutes ces sensations qui prenaient part de son être. Sans doute que si le jeune bidulgi pouvait avoir un regard extérieur de cette scène, se rendrait-il compte qu’il ne s’agissait nullement que d’une simple attirance mais, peut-être était-ce trop tôt pour qu’il s’en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Mar 3 Déc - 18:05

Quand bien même la comparaison entre son ami et son amant de toujours ne pouvait que troubler son âme, elle s’efforçait néanmoins de l’oublier, l’effacer de sa mémoire en se convaincant que cela n’avait point de sens. Les deux jeunes hommes se trouvaient si différents et à la fois si similaires sur certains points qu’elle ne pouvait nier. Cette pensée ne pouvait alors que d’autant plus la troubler à cet instant alors qu’elle prenait pleinement conscience que Noah lui manquait. Sans doute essayait-elle de se consoler avec Joaquin pour oublier ce manque, cette frustration de ne point le voir. Cette idée était cohérente mais ne représentait en aucun cas la vérité et ce bien malgré elle. En effet, elle ne pouvait mentir sur le fait qu’elle trouvait cet homme résolument magnifique en dépit de son caractère vaniteux. Il possédait bon nombre de qualités nullement négligeables qui ne pouvaient que l’attirait même s’il elle préférait tuer que de l’avouer. Il était très intelligent, charismatique et plaisant, possédé un gout prononcé pour le risque qui faisait de lui, son camarade préféré à qui confier une mission. Tout comme elle, il exécrait et ne supportait pas l’idée qu’on l’assimile à un moldu, avait un caractère orgueilleux mais possédait au moins la dignité de reconnaitre ses tors. Autant de facettes qui ne pouvaient que lui plaire si elle l’admettait et dont elle s’efforçait de camoufler pour ne point aller à ses côtés. Seulement, il s’agissait quelque chose de particulièrement difficile d’autant plus lorsqu’il agissait enfin en tant qu’homme et non plus ce gamin joueur qu’elle avait toujours connu. Elle était susceptible de fondre pour ces deux côtés de cet être même si elle était loin de l’imaginer, étant bien trop persuadée du fait qu’elle se servait de lui, en dépit des bons sentiments qu’il lui inspirait.

C’est pour cette raison qu’elle préférait oublier ses états d’âmes, les laissant dans un coin de son esprit tandis qu’elle venait prendre entre ses mains, le verre que cet homme lui tendait. Ce dernier vint répondre avec douceur à son attaque taquine, d’une façon bien différente de celle qu’il aurait pu faire auparavant. Ce dernier l’informait que le gentleman qu’il était n’avait aucun intérêt à mettre quelque chose d’illicite dans sa boisson car il souhaitait conquérir son cœur uniquement que si elle était consentante et non droguée. Des paroles qui dénotaient de celles qu’il avait pu prononcées lorsqu’ils s’étaient disputés sous la douche. A croire qu’il avait prit très sérieusement en compte ses mots lorsqu’elle s’était insurgée sur lui et cette pensée ne pouvait que la troubler alors qu’elle découvrait soudainement cette facette si sérieuse du jeune homme. Une attitude qui ne pouvait que l’intriguait alors qu’elle le fixait du coin de l’œil en venant boire à son tour son verre. Elle ne percevait pas tout l’ampleur qu’avait pu provoquer ses paroles sur l’inconscient du jeune homme, même le sien. Si elle y resongeait, sans doute se demanderait-elle pourquoi elle avait réagit de façon si spontanée à lui, si elle ne ressentait rien pour lui. Un petit sort et tout serait terminé si elle le désirait, ce qui n’était pas le cas. Elle l’aimait bien son gentil luron, souriant et charismatique, peut être plus qu’elle ne l’imaginait. Elle ne pouvait donc qu’être faible face à ses prunelles si ténébreuses et profondes qui n’avaient de cesse de la détailler.

Elle vint donc retirer son verre de ses lèvres pour venir le poser sur le bois du banc alors qu’elle le sentait faire de même à ses côtés. Elle se tourna donc simplement vers lui avant de comprendre que leurs visages se trouvaient de nouveau proches, trop pour que cette position n’amorce pas de nouveau une action qu’elle s’efforçait d’éviter. Une action contre laquelle elle ne pouvait pas lutter en dépit de ses résolutions alors qu’il n’avait de cesse de l’observer avec intérêt, comme si elle se trouvait être une déesse. Résolument incapable de réagir, ce n’est pas sans surprise qu’elle sentit la main de son ami toucher sa joue en douceur au moment même où il s’excusait par avance si son geste paraissait inapproprié. Bien entendu que ce dernier ne pouvait que l’être, qu’il ne pensait pas le traitre mot de ce qu’il disait tant il désirait l’embrasser depuis le début de la soirée. Ce qu’elle ne pouvait nullement nier désirer également alors qu’elle sentait les lèvres du jeune hispanique se poser sur les siennes en douceur dans un léger baiser qu’il vint prolonger. Un baiser à la doux et tendre alors qu’elle sentait leurs lèvres se découvrir de nouveau avec cette tendresse qu’ils n’avaient jamais eu l’un pour l’autre. Elle ne pouvait donc qu’être troublée par ce dernier, se sentant y répondre sans même pouvoir lutter alors que l’être de son ami l’inondait d’une affection profonde qu’elle découvrait à cet instant tant ce dernier se montrait tendre avec elle. Elle ne pu donc qu’être d’autant plus fébrile au contact de ses phalanges qui venaient se choir dans sa chevelure, la caressant alors qu’elle le sentait si enflammé contre ses lèvres. Ce baiser avait une lueur, une odeur différente des autres qu’ils avaient pu échanger. Il était évident qu’elle n’était nullement en mesure de réagir lorsqu’elle sentit ses lèvres délicates s’éloigner des siennes, le souffle court, le regard plus pénétrant que jamais. Il la détaillait avec une telle intensité qu’elle ne pu rester insensible à cela, le fixant également de cette lueur ô faible après un tel baiser. C’est donc bien malgré elle, qu’elle vint accepter de nouveau ses lèvres contre les siennes avec la même tendresse, douceur qu’elle découvrait avec lui. Elle se laissa embrasser une nouvelle fois, savourant le contact quelque peu alcoolisé de ses douces lèvres contre les siennes alors qu’elle sentait leurs langues se mouvoir l’une contre l’autre dans un ballet ô sensuel et doux. Un baiser dans lequel elle se laissait aller, ses phalanges venant remonter le long du bras du jeune homme pour retrouver sa clavicule, sa nuque pour participer à ce baiser tout simplement. Elle ne savait pas ce qui était juste à cet instant, si ce n’est qu’elle était résolument faible face au regard qu’il lui tendait tant ses lèvres la rendait toute faible. Une bouche qu’elle ne quittait point des lèvres alors qu’ils n’avaient de cesse de s’embrasser langoureusement et en douceur, à tel point qu’elle se sentait incapable d’arrêter tant elle n’était plus en état de songer, si ce n’est de profiter de cette chaleur et douceur qu’il lui procurait au travers de ses actions.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 14 Déc - 19:37

Si le jeune homme comptait en ce jour séduire la demoiselle à ces côtés il se devait d’être un vrai homme, un homme sensuel et charismatique qui ne ressemblait en rien en la personne qu’elle avait pu rencontrer auparavant. Après tout, il fallait dire que son comportement impétueux et arrogant n’aidait nullement à conquérir Jane. Il n’était nullement en face d’une simple étudiante de son école qu’il avait eu l’occasion de voir et avec qui il aurait voulu souhaiter passer une nuit avec elle, sans aucun lendemain. L’affection qu’il portait pour la jeune femme se trouvait bien plus importante que pour n’importe quelle autre femme au cours de son existence, c’était sans doute cela qui l’emmenait à ne nullement agir comme avec n’importe quelle autre fille. Celle-ci se trouvait particulièrement importante pour lui et il n’aimait résolument pas la voir se fâcher et surtout pas contre sa personne.

Ainsi, bien qu’il sache que son geste était inapproprié, il n’avait pas pu s’empêcher de s’excuser avant d’agir, ne souhaitant nullement paraitre trop vaniteux aux yeux de la demoiselle. Il ne lui avait nullement laissé le temps de réagir d’une quelconque manière, laissant sa main caresser les traits de son visage avec tendresse. Ces lèvres avaient alors rencontré leurs comparses avec délice, sentant son cœur revivre avec ce simple contact qui avait le don d’électriser tout son être. Il ignorait la signification de tout cela actuellement, mais il ne s’en important que peu, préférant se concentrant sur les agréables sensations qui traversaient son corps.  Ce baiser qu’ils avaient partagé s’était voulu tendre et sensuel, souhaitant se différencier volontairement de l’homme qu’il avait été durant tous ces mois. Le bidulgi ne pouvait que se sentir heureux de sentir celle-ci répondre au baiser, venant la couvrir alors d’une affection profonde, laissant ces doigts venir se choir dans cette chevelure ô combien agréable, la caressant avec tendresse et fébrilité.  Il souhaitait lui transmettre toute cette affection qu’il ressentait pour elle. Le regard qu’il lui lançait à la fin de ce baiser en était bien la preuve, l’observant de manière ô combien profonde et hypnotisé tant il la trouvait absolument magnifique et ravissante. Elle lui paraissait être la plus belle des femmes qu’il avait eu l’occasion de rencontrer. Son regard trahissait cette pensée alors qu’il s‘extasiait intérieurement de voir le regard fébrile de son ami sur sa personne.   Tout autant fébrile, le bidulgi n’avait pu que faiblir et embrasser cette jeune femme avec une envie certaine, mais avec toujours autant de tendresse et de passion.

Un baiser dans le quel sa comparse se laissait progressivement aller, ravivant son bien-être au contact de ces phalanges qui remontaient le long de ces bras pour retrouver sa clavicule, sa nuque pour participer au baiser avec plus de ferveur. Un contact ô combien agréable pour le jeune homme qui ne pouvait s’empêcher de frissonner, d’aimer ce baiser pleinement, y mêlant une tendresse certaine, souhaitant tant lui montrer qu’il n’était pas que ce jeune homme fougueux et impétueux. Il savait comment rendre les femmes fébriles en restant particulièrement sensuel et il comptait bien lui montrer en ce jour, démontrer qu’il était un véritable homme et non pas un simple adolescent qui ne supportait pas de voir l’une de ces conquêtes le refuser. Ainsi, le jeune homme bien heureux, continua d’embrasser avec tout autant d’intérêt la demoiselle, laissant l’une de ces mains se choir sur sa hanche avec un intérêt particulier. Le jeune homme ne quitta nullement ces lèvres, l’embrassant de manière particulièrement langoureuse, sentant la peau de sa chair s’échauffait, ne pouvant nullement que se plaire à ce contact.  Le jeune homme vint alors tout simplement se rapprocher d’elle, rapprochant leurs corps avec plus de ferveur, souhaitant prolonger le contact entre leurs deux corps, nourrissant une passion certaine pour le corps de la demoiselle.  Ainsi, dans le souhait de se montrer bien plus entreprenant avec elle, le jeune homme vint tout simplement intimer la demoiselle à ouvrir ces jambes pour faire rencontrer leurs corps plus intimement, se posant entre elles, abandonnant un instant ces lèvres pour rejoindre cette nuque avec douceur. Joaquin vint alors sourire doucement et l’embrassa dans de multiples baisers empli de sensualité et de tendresse, tant il souhaitait la rendre fébrile en ce jour.  

Ne souhaitant nullement rester dans cette position qui les entravait résolument, le jeune homme vint se lever, entrainant avec lui la demoiselle, ne lui laissant guère le choix.  Ainsi, il vint seulement la guider contre l’une des portes du placard, la collant avec une certaine sensualité. Immisçant l’une de ces jambes entre celles de son amie, le jeune homme vint à nouveau accueillir ces lèvres entre les siennes, se baissant quelque peu, Jane étant encore plus petite que lui malgré le fait de porter des talons. Joaquin vint soupirer le nom de Jane au même instant où ces mains vinrent s’échouer sur ces hanches ô combien attirantes, l’une d’entre elles remontant de manière sensuelle sur son dos. Le contact de leurs corps étaient résolument divins pour le jeune homme qui ne cessait tout simplement de se ravir, si heureux de pouvoir à nouveau l’un de ces fantasmes se réaliser. Combien de fois n’avait-il pas rêvé d’avoir Jane dans cet appartement, la coller contre l’un des murs et de la voir si sensuelle. Celle-ci d’ailleurs venait le ravir, sentant ses mains s’égarer sur ces reins et son dos ô combien sensible au corps de son amante. Délaissant à nouveau ces lèvres par manque de souffle, le jeune homme vint lui offrir un regard ô combien envouté par sa personne et sa beauté, tout ce qui faisait qu’il était si faible face à elle. Un regard qui se posa alors sur cette gorge, au même instant que ces lèvres vinrent s’échouer sur celle-ci, déposant des baisers ô combien sensuel sur cette gorge. L’une des ces mains descendit sur une partie de cette cuisse découverte avec fébrilité, aimant résolument cette chair qui le rendait fou. Le bidulgi aimait peut-être trop cette chair pour que cela paraisse sans signification…  Le jeune homme vint murmurer entre deux baisers dans une voix résolument sensuelle : « Je m’excuse pour cela aussi si cela te parait inapproprié… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Dim 22 Déc - 11:26

Il était évident qu’en se laissant embrasser de la sorte par le jeune homme, Jane commettait une erreur qui allait en totale inéquation avec les paroles qu’elle avait pu proférer quelques heures auparavant. Elle, qui s’était promis de ne pas céder à son compagnon de la soirée était résolument en train de faire le contraire, participant avec intérêt à ce baiser qui mettait en émoi tous ses sens. La douceur et fougue du jeune homme n’étaient résolument pas anodines à cette réalité, dénotant parfaitement du côté quelque peu pervers et sauvage qu’il avait pu lui montrer par le passé dans la bibliothèque. Elle ne pouvait donc qu’être sensible à la sensualité des actions du jeune homme tant cette facette lui conférait un aspect si envoutant face auquel elle ne pouvait point résister. Elle se laissait donc aller à ce baiser si tendre et sensuel dans lequel elle pouvait le sentir fébrile, désireux de ne point rompre ce contact ô plaisant tandis qu’elle sentait une main de ce dernier se poser sur sa hanche pour la caresser avec intérêt, s’imposant peu à peu aller. Un fait contre lequel elle ne vint nullement lutter, sa chair étant résolument faible face à cet homme qui se rapprochait d’elle pour se placer entre ses cuisses pour permettre à leurs échines de se trouver l’une contre l’autre en toute sensualité. C’est donc le regard légèrement troublé qu’elle laissa ces lèvres abandonner les siennes pour se diriger vers sa nuque, qui résolument ravie ne sembla nullement refuser l’action du jeune homme, l’obligeant alors à succomber à cette douce chaleur qui l’envahissait sans être en mesure de lutter. Des baisers ô plaisants qui ne pouvaient que plaire à sa chair, ravie d’être ainsi cajolée.

Elle se trouvait donc sensible à ses attaques, se soumettant dans une certaine mesure à la tendresse et ambition de son ami, qui résolument mécontent de leur position actuelle vint l’intimer à se relever avec sensualité sans lui laisser guère de le choix pour venir la coller à la porte de ce placard avec douceur. Une action résolument charnelle qui ne pouvait qu’intensifier d’autant plus sa fébrilité alors qu’elle sentait leurs chairs brulantes se retrouver de nouveau, une des cuisses du jeune homme s’immisçant au creux de ses jambes pour la maintenir prisonnière de ses ambitions sans réellement s’imposer violemment. Elle se laissa alors embrasser de nouveau, ses lèvres retrouvant celles de son comparse avec sensualité alors qu’il susurrait son prénom, résolument charmée par sa personne. Un fait qu’elle ne pouvait nullement nier, tant le jeune homme ne camouflait nullement son intérêt pour elle, l’ayant déjà affirmé quelques heures auparavant. Elle n’était pas comme les autres à ses yeux et ses actions ne pouvaient que confirmer la chose alors qu’elle sentait les mains ô brulantes de son amant se poser sur ses hanches pour remonter sur son dos dans des caresses ô délicieuses. C’est donc tout naturellement qu’elle sentit ses propres phalanges s’échouer sur les reins et le dos de son compagnon de soirée pour lui apporter à son tour des cajoleries sans réellement les maitriser.

Ainsi, elle sentit les lèvres du jeune homme abandonner de nouveau les siennes pour reprendre un peu d’air, lui offrant alors un regard ô combien envouté par sa personne, qui vint se poser de nouveau sur sa gorge pour la baigner de sa bouche, un contact ô plaisant et envoutant pour la femme qu’elle se trouvait. Cette partie était résolument la plus sensible de son corps avec l’intérieur de ses cuisses, deux points faibles que seul un homme savait exploiter à la perfection mais, dont le bel hispanique n’avait rien à envier tant il semblait également détenteur de ce talent inné. C’est donc résolument troublée et sensible à ses actions, qu’elle sentit ses lèvres exprimer un léger soupir de bien être alors qu’une main de ce dernier venait se glisser sur sa cuisse pour la caresser. Il s’excusa de nouveau si cela aussi lui paraissait inapproprié, des paroles vides de sens tant il était évident qu’il n’en pensait pas un traitre mot mais, elle ne pouvait le repousser, se sentant désormais si fébrile face à lui.

Elle ne pouvait donc qu’être sensible à ses actions alors qu’elle prenait conscience qu’elle perdait le contrôle de la situation, de leur ébat. Un fait qu’elle ne pouvait nullement cautionné alors qu’elle venait délicatement glisser ses doigts sur son dos pour rejoindre sa nuque pour la caresser, murmurant dans un souffle chaud au creux de son oreille.

« Ne t’excuse pas pour quelque chose que tu ne penses pas réellement, tu as envie de moi, c’est la seule réalité que tu puisses avouer… même si ton corps l’exprime totalement… »

C’est donc tout naturellement qu’elle vint reprendre le contrôle de leurs actions en venant le repousser doucement du bout de ses doigts pour le mener à son lit avec sensualité pour l’obliger à s’y choir. Une position assise qui lui permettrait de le dominer, sentant son regard brulant et ô envouté sur sa chair alors qu’elle venait prendre place au dessus de lui, laissant ses cuisses se poser autour du corps du jeune espagnol pour venir l’embrasser simplement avec sensualité. C’est donc tout naturellement que ses doigts vinrent se poser sur sa nuque, sa clavicule alors qu’elle laissait ses lèvres retrouver la chair délicate de leurs comparses avec passion et sensualité, se dénotant nullement des baisers précédemment volés. Elle laissa donc ses phalanges rejoindre le tissu du haut du jeune homme, faisant même glisser ce blazer du bout de ses doigts pour pouvoir le laisser avec ce simple pull légèrement abimé pour le caresser de nouveau. Une action qui semblait résolument plaire à son compagnon car elle sentit ses doigts se glisser sur ses cuisses dans des gestes ô sensuels alors qu’elle relâchait ses lèvres un instant pour y murmurer tout contre elles.

« Peut être même suis-je en train de réaliser ton fantasme ? Tu me sembles si fébrile, ainsi ? Et si tu me disais ce dont tu as réellement envie, Joaquin ? »

Son regard se fit pénétrant alors qu’elle venait faire remonter ses phalanges sur sa nuque pour venir la caresser pour pouvoir observer l’état fébrile dans lequel se trouvait son possible amant de la soirée. Les yeux de ce dernier semblaient embrumer par cette chaleur, ce désir incommensurable mais, elle pouvait y noter autre chose. Etait-il seulement attiré par elle ou cette fébrilité était issue d’un sentiment bien plus profond : la suite de la nuit saurait la guider sur la réponse.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 4 Jan - 15:29

Il n’y avait sans doute rien de plus plaisant pour le jeune homme en ce jour que de pouvoir profiter de la présence de la jeune femme à ces côtés, particulièrement alors que cette soirée avait particulièrement mal commencé et aurait pu en quelque sorte dégrader leurs relations.  Une relation qui s’était construite difficilement en deux ans, une relation à laquelle le jeune homme tenait bien plus que n’importe quelle relation qu’il avait pu avoir au cours de son existence.  Si tous ces amis se retournaient contre lui, le jeune homme s’en ficherait bien, ayant déjà vécu cette expérience à son départ d’Espagne… il fallait dire qu’abandonner ces amis, toute sa vie, toute son équipe de quidditch juste quelques jours avant la finale des maisons en tant que capitaine n’était pas vraiment appréciable et particulièrement alors qu’il n’avait prévenu pas un seul de ces amis. Au contraire, l’idée même de pouvoir décevoir Jane ne pouvait l’empêcher de le blesser, ne supportant pas cette idée, ni de la voir s’éloigner de lui après tant de mois, tant de semaines à chercher à se rapprocher d’elle.

Le jeune homme ne pouvait de ce fait que vouloir ne pas la blesser d’une quelconque façon, souhaitant la rendre heureuse et fébrile à ces côtés. Ainsi, chacun des baisers qu’il déposait sur sa nuque n’avait que cette ambition, celle de la voir fébrile sous ces actions et ces nombreux baisers. Un fait qui semblait véritable alors qu’il ne cessait de baigner de baisers sa nuque qui était si sensible. Au travers des mots qu’il avait laissé échapper, le jeune homme s’étai excusé, de mauvaise foi sans aucun doute mais, il n’avait nullement l’intention de la froisser d’une quelconque façon en ce jour. Des mots qui n’avaient pas touché véritablement la jeune fille, sachant qu’elle devait deviner qu’il ne pensait pas un seul traite mot de ce qu’il disait. Celle-ci  vint en réaction glisser ses doigts sur son dos pour rejoindre sa nuque, la caressant et murmurer au creux de son oreille qu’il n’avait pas à s’excuser pour des mots qu’il ne pensait pas réellement. Joaquin avait envie d’elle, cela était la seule réalité qu’il puisse avouer même si son corps l’exprimait totalement.

Une vérité à laquelle le jeune homme ne pouvait nullement démentir alors qu’il sentait la jeune femme reprendre les reines de cette nuit, celle-ci le repoussant doucement du bout de ses doigts vers le lit pour s’asseoir. La vision de Jane presque dominatrice était résolument attrayante pour l’homme qu’il était, pour lui qui avait rêvé tant de fois de la voir ainsi avec lui. La jeune femme dégageait une aura ô combien sensuelle, s’asseyant alors sur ces cuisses, laissant ces jambes encercler son corps. Le jeune homme ne put que se sentir ô combien fébrile en cet instant, savourant ce baiser ô combien sensuel qu’ils partagaient. Le jeune homme n’opposait aucune résistance à la jeune femme, ces mains se glissant sur le corps de son amante, sur son dos et ses hanches qui ne cessait ô grand jamais d’attirer son regard d’une quelconque manière. La jeune femme ne cessait de lui plaire et particulièrement alors qu’il la voyait pour la première fois le déshabiller, lui enlevant son blazer du bout de ses doigts. Celle-ci caressa alors son torse au travers de son simple pull, une action plaisante alors qu’il laissait l’une de ces mains redescendre sur ses cuisses dans de caresses sensuelle, souhaitant la rendre fébrile en cet instant.

Jane mit fin à ce baiser, à son plus grand désarroi, pour venir murmurer au creux de ces lèvres que peut-être était-elle déjà en train de réaliser son fantasme. Joaquin lui paraissait si fébrile, elle lui demandait alors de lui dire ce qu’il avait réellement envie en ce jour.  Le regard ô combien pénétrant de la demoiselle ne pouvait que le rendre encore plus fébrile, son pauvre organisme étant si fébrile face à elle, celle-ci exerçant un contrôle certain sur sa chair.

Joaquin ne put alors que lui adresser un tendre sourire, laissant ces doigts remonter sur son visage pour caresser les traits de son visage ô combien magnifique à ces yeux. Il vint murmurer alors dans une voix sensuelle et résolument tentatrice « Sans aucun doute que tu es en train de réaliser un de mes fantasmes en cet instant,  bien qu’il soit incomplet dan la mesure où te voir résolument dominatrice toute une nuit serait très plaisant. Il me semble évident que tu connaisses mon plus grand souhait, celui de partager à nouveau une nuit à tes côtés dans ce lit. Crois-tu que cela est possible ? » Le jeune homme termina ces mots lui adressant un sourire ô combien captivé par sa personne, laissant ces lèvres accueillir à nouveau celles de sa comparse dans un délicieux baiser où il lui transmettait toute la passion qu’il ressentait pour sa personne. Le jeune homme vint sourire doucement dans ce baiser, laissant ces mains caresser les formes ô attirantes de son amante, l’une de ces mains se dirigeant vers l’intérieur de sa cuisse avec amusement au travers du tissu de sa robe. Une robe qu’il vint remonter doucement, laissant ces doigts se faufiler sur la chair de sa cuisse dans de caresses sensuelles, souhaitant à nouveau la rendre fébrile, tout aussi fébrile qu’il pouvait l’être en cet instant.  Des doigts qui se rapprochaient dangereusement de l’intérieur de ces cuisses alors qu’il venait de lui-même mettre fin à ce baiser langoureux, reposant aussitôt sa bouche sur sa nuque qu’il avait deviné comme une zone érogène de son corps, n’y avait-il pas mieux pour la convaincre ?

Souriant alors, le jeune homme murmura alors à nouveau remontant à ces oreilles, les mordillant, son souffle chaud s’échouant sur sa nuque : « Qu’en dis-tu chère Jane ? Il serait dommage de ne pas profiter, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Ven 10 Jan - 23:32

Il était évident que le jeune homme qu’était Joaquin était très attirant. Elle mentirait si elle n’avouait pas qu’elle ressentait une certaine attirance envers sa personne. Après tout, il se trouvait être le seul amant autre que Noah avec qui elle concédait de passer une nuit. Un fait qui ne pouvait que l’intriguer, la malmener dans une certaine mesure mais contre lequel elle ne pouvait point lutter, son échine se laissant pleinement aller contre cette chair si délicate et envoutante qui la désirait tout autant. Une ambition de la part du jeune homme qu’elle ne pouvait point ignorer tant cette dernière transpirait sa chair ô brûlante, qui venaient glisser délicatement sur sa chair. Elle sentait cette peau être si réceptive à ses actions, son rythme cardiaque plus endiablé alors qu’elle avait prise place au dessus de lui, ô dominatrice de cette soirée qui s’annonçait. La sensualité de cet homme avait troublé sa chair, son corps, son esprit, éveillant un souhait sans doute inavouable de profiter des bontés qu’il désirait la couvrir, appréciant tant ce contact contre elle. Ses lèvres si délicates étaient un délice qu’elle appréciait bien trop à ses yeux mais contre lesquelles elle n’avait de cesse de fondre avec satisfaction.

Elle n’avait donc pu que le taquiner entre deux baisers, lui demandant effrontément si elle était en train de réaliser un de ses fantasmes. Après tout, il se trouvait si fébrile sous son regard, ces prunelles la détaillant avec tant d’admiration qu’elle ne pouvait qu’être réceptive, ravie de les sentir sur sa peau. Cette expression lui conférer un air très séduisant, si envoutant qu’elle ne pouvait que le détailler avec attention, sentant que cette admiration cachait quelque chose de plus profond. Un sentiment sans doute dangereux dans une certaine mesure mais, qui ne l’indifférenciait pas. Elle l’observa donc lui sourire tendrement, ses doigts remontant sur son visage pour le caresser avec délicatesse comme s’il la détaillait avec amour. Un regard ô envoutant dans lequel il vint lui murmurait qu’elle était résolument en train de réaliser un de ses fantasmes, bien qu’il soit incomplet dans la mesure où il désirait la voir dominatrice. Une position qu’elle souhaitait qu’elle adopte pour répondre à son expectation. Après tout, il lui semblait évident qu’elle connaissait son plus grand souhait. Il voulait de nouveau la serrer dans ses bras, partager de nouveau une nuit à ses côtés, comme lors de leur soirée dans la bibliothèque. La voix du jeune homme se voulait tentatrice et sensuelle alors qu’il venait de nouveau l’embrasser dans un sourire. Un baiser dans lequel ses lèvres vinrent être dévorées avec passion, ses phalanges caressant ses formes ô attirantes, qu’elle sentait particulièrement sensible à ses attaques. Ce contact était résolument plaisant d’autant plus lorsqu’elle sentit l’une de ses mains s’échouer au creux de sa cuisse pour la taquiner avec amusement. Une partie résolument réceptive à cette attaque alors qu’il remontait délicatement le tissu de sa robe pour poursuivre ses actions. Des bontés ô plaisantes qui ne pouvaient que la tourmenter délicatement, sentant ses doigts se rapprocher dangereusement de l’intérieur de ses cuisses.

Inconsciemment, elle désirait qu’il la caresse, qu’il vienne lui apporter ce bien être qu’il lui avait apporté lors de leur première nuit, lorsque coquin, il était venu se coller à elle pour la tourmenter de nouveau de ses doigts, de ses mots taquins et résolument attrayants. Elle ne pouvait donc qu’être insatisfaite lorsqu’elle le sentit s’éloigner de ses lèvres qui appréciaient tant leurs pénitences. Une gêne qui ne dura qu’un instant puisqu’elle sentait déjà les lèvres ô brulantes du bel hispanique se glisser sur sa nuque, une partie résolument érogène de son corps qui ne pouvait qu’accroitre son trouble, son ambition de céder à ses avances, à ses propres desseins. Une appétence résolument troublante pour elle alors qu’elle sentait son cœur s’exalter des paroles et actions de cet homme au creux de son oreille. Elle appréciait le ton résolument brulant et troublé de son amant comme les mordillements qu’il prenait plaisir à lui offrir. Il lui demandait ce qu’elle en pensait, lui signifiant qu’il serait bien dommage de ne pas profiter. Son ton arrogant, bien que désagréable en début de soirée ne l’était plus réellement. Il avait prouvé qu’elle n’était pas qu’un coup pour lui, lui-même l’avait à demi-mot avoué. Il n’avait pas pour habitude de coucher deux fois avec la même femme et cette pensée ne pouvait que lui plaire en dépit de ce qu’elle s’intimait de vouloir croire.

Il est donc évident qu’elle ne dit mot à ses paroles ô coquines de son amant qu’elle sentait particulièrement fébrile sous ses doigts. Une agitation qu’elle souhaitait accroitre dans une certaine mesure afin de répondre à ses attentes. Elle vint donc glisser ses phalanges sur les bras du jeune homme jusqu’à ses poignets afin de l’intimer à poursuivre ses bontés sur ses cuisses, guidant même l’une de ses mains jusqu’au tissu de son boxer qu’elle l’intimait muettement de venir caresser. Une action que ce dernier ne vint nullement attendre pour commencer à lui offrir ce bien être, l’un de ses doigts glissant sur le tissu de son sous-vêtement afin de répondre à ses attentes. Elle ne pu que soupirer de bien être, sentant sa chair s’échauffer alors qu’elle venait glisser ses phalanges sur le torse encore recouvert du jeune homme pour palper la fermeté de ses muscles, glissant ses phalanges vers le bas de son haut pour s’immiscer à l’intérieur, caresser enfin la chair si brulante de cette homme dont elle venait baiser la nuque dans des soupirs ô brulants, sentant les phalanges ô taquines du bidulgi contre son intimité, désireuse et ô bienheureuse. Elle laissait donc ses lèvres baigner sa nuque quelques instants, sa main libre s’échouant sur la ceinture pour la desserrer, s’échouant sur cette braguette qu’elle vint sans aucune gêne descendre afin de poser sa main contre son intimité formée dans son boxer. Un fait qui ne pu que lui plaire résolument alors qu’elle venait à son tour mordiller l’oreille de ce dernier dans un sourire ô coquin pour y murmurer.

« Dis-moi ce que tu désires Joaquin ? Quelle femme fatale veux-tu dans ton lit ? La femme féline ou la femme si sensuelle pour te faire mourir de plaisir ? Tu as de la chance, je suis disposée à répondre à tes souhaits ce soir, tu es parvenu à me convaincre. Félicitations ! »

Elle vint rire délicatement au creux de son oreille alors qu’elle venait délicatement glisser sa main contre son membre dans un geste ô langoureux, son autre main caressant ses pectoraux sous le tissu bien encombrant de ce pull qu’elle ne pouvait lui retirer sans éprouver une certaine frustration tant les doigts de cet homme contre son intimité, éveillée en elle des désirs ô cupides et profonds. C’est d’ailleurs bien malgré elle, qu’elle vint gémir contre son oreille son prénom alors qu’elle sentait ces doigts plus présent, plus ambitieux, sans doute titiller par la texture humide de son sous-vêtement qui laissait pleinement entrevoir son désir de poursuivre, tout autant que le sien.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Dim 19 Jan - 19:40

Fou,  sans aucun doute que le jeune homme l’était de cette femme, de cette sorcière qui lui paraissait être parfaite telle une déesse. Celle-ci avait réussi en un seul regard à le captiver, faire naitre en lui une passion certaine qu’il n’avait jamais connu jusqu’alors en présence de n’importe quelle fille. Il ne savait pas ou du moins, sa conscience ne souhaitait pas lui avouer la force des sentiments qu’il ressentait pour celle-ci. Il n’était certainement pas anodin de trouver une jeune femme si belle, si ravissante, souhaiter rester à ces côtés autant de nuit  pour lui qui n’avait jamais agi ainsi avec n’importe quelle fille. Il n’y avait bien qu’elle qui pouvait le rendre ainsi et le jeune homme s’en rendait bien compte, malgré sa volonté de ne pas avouer qu’il s’attachait à la demoiselle, lui l’homme qui était tant détaché des autres êtres humains de manière générale. Mais comment un homme pouvait-il seulement ne pas être séduit par celle-ci ? Par cette femme qui détenait un caractère ô combien attirant et unique ? Il lui était bien difficile à présent qu’elle réalisait silencieusement l’un de ces fantasmes.

A présent qu’il avait le libre plaisir de la voir le dominer, son envie d’approfondir ces échanges ne pouvait que se trouver qu’encore plus intense. Sa voix s’était trouvée alors particulièrement sensuelle et tentatrice, son souffle brûlant s’échouant sur sa chair dans l’unique souhait de la voir fondre à nouveau au contact de sa chair.   Il souhaitait l’avoir pour lui en cette nuit, la trouvant si belle et si magnifique. Personne ne pouvait à ces yeux l’être plus pensait-il alors que ces lèvres s’occupaient de cette merveilleuse nuque, la mordillant dans un délice malsain. Peu importe si le lendemain la demoiselle aurait des traces sur sa nuque, cela n’était nullement un problème tant il se sentirait même ravi de voir sur sa peau chaque jour la trace de leur nuit sur son corps.  

Le jeune bidulgi ne put qu’être résolument ravi de sentir les phalanges de la demoiselle sur sa chair, remonter sur ces bras pour atteindre ces poignets. Son comportement ne put que le faire sourire doucement alors que cette main lui indiquait muettement de rejoindre le tissu de son boxer pour venir la caresser. Une action que le jeune homme mena sans aucune résistance, glissant alors l’un de ces doigts sur ce tissu, si ravi et si impatiente de pouvoir la toucher encore plus intimement, lui enlever celui-ci pour lui faire atteindre cette douce luxure, l’entendre gémir son nom. Celle-ci à son grand désarroi ne vint nullement prononcer son nom, mais le soupir qu’elle laissa échapper ne put qu’ô combien le ravir, venant taquiner la demoiselle plus fermement, avec une sensualité certaine souhaitant rendre folle cette si belle demoiselle. Les doigts de la jeune femme s’étaient dirigé vers son torse avec envie, un geste qui ne pouvait que le ravir alors qu’il sentait ces doigts palper la fermeté de ces muscles, savourant leur excursion vers le bas de son haut pour enfin caresser la chair ô brulante de ces abdominaux.

Jane venait alors embrasser sa nuque avec délice, l’emmenant lui-même à venir caresser avec plus de ferveur l’intimité de son amante au travers de son boxer.  La demoiselle lui paraissait alors résolument coquine, celle-ci desserrant sa ceinture pour s’échouer sur sa braguette, la descendant sans timidité pour venir poser sa main contre son intimité qui commençait déjà à se former. Le corps de Joaquin était bien sensible au cours de Jane, celle-ci ne pouvait résolument pas l’ignorer en cet instant particulièrement. Ces lèvres étaient venu mordiller son oreille un geste qui ne put que le faire frissonner alors qu’elle susurrait des mots ô combien coquins dans une voix résolument sensuelle. Celle-ci lui demandait ce qu’il désirait, quel type de femme fatale il souhaitait Préférait-ils une femme féline ou une femme si sensuelle qu’il pourrait en mourir de plaisir. Il avait eu de la chance, Jane était disposée à répondre à ses souhaits, étant parvenu à la convaincre.  A la fin de ces mots, celle-ci avait émis un rire ô combien délicat et attirant et laissa sa main se glisser contre son membre, au travers de ce boxer qu’il trouvait résolument de trop en cet instant. Son autre main caressait ses pectoraux sous son pull, sans doute était-elle elle-même bien cupide alors qu’il sentait le boxer de la demoiselle devenir humide, bien éprouvé par les douces sensations qu’il lui faisait vivre au travers de ces doigts résolument coquin.

Joaquin résolument envieux de sentir les doigts de son amie contre sa chair, n’eut aucun mal à venir s’éloigner de cette zone ô combien hétérogène de son amante, celle-ci ne manquant pas de gémir à cette soudaine séparation. Le jeune homme comme pour se rattraper de cet affront vint laisser ces lèvres s’échouer sur la nuque de la demoiselle, l’embrassant, la mordillant avec un plaisir certain alors qu’il remontait doucement son pull. Il dut avec déplaisir s’éloigner de sa chair quelques instants pour se débarrasser de son vêtement avec sensualité, appréciant résolument le regard enchanté que lui offrait la demoiselle.  Ainsi, à présent torse nu devant la demoiselle,  le jeune homme vint à nouveau embrasser sa nuque, laissant ces doigts se perdre à nouveau sur ces cuisses, retrouvant son intimité au travers de son boxer, caressant avec une envie certaine cette zone humide à son plus grand plaisir. Savoir que la femme que vous désirez était tout à fait réactive à vous était résolument plaisant pour tout homme.

Joaquin murmura alors dans une voix résolument sensuelle contre l’oreille de son amante ces mots, bien impatient de connaitre cette femme résolument féline. « Tu me ravies totalement alors Jane… j’ai toujours rêvé de ce jour où tu me proposerais une telle invitation à te connaitre ainsi. Le choix est résolument difficile, mais il faut dire qu’avoir une Jane résolument féline est très plaisant alors mon choix sera porté sur cette option.  » Termina-t-il alors qu’il laissait sa main se perdre sur le fessier de sa jolie Jane, caressant avec envie celui-ci. Son autre main continuait de son côté à caresser cette partie ô combien sensible de son intimité, laissant ces doigts glisser dans au travers de son boxer pour y caresser et rencontrer cette zone fragile, encore couverte par le tissu. Un contact qui sembla résolument plaire à la demoiselle qui vint geindre. Souriant à ce fait, Joaquin remonta ces lèvres alors sur celles de son amante, les embrassant dans un baiser coquin, mordant celles-ci avant de faire rencontrer leurs langues dans un baiser ô combien langoureux, dans une danse résolument plaisante. Ils s’embrassèrent ainsi pendant de longues minutes jusqu’à perdre leur souffle, leurs lèvres se séparant, Joaquin lui lançant un regard alors ô combien envouté par sa personne, sans doute résolument amoureux de cette femme. Ainsi, Joaquin susurra dans une voix sensuelle, épris par cette douce passion : « Te voir féline… je ne rêve que de cela…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Dim 26 Jan - 22:50

En toute honnêteté la jeune femme avait cessé de réfléchir dès l’instant où elle avait cédé aux avances de cet homme qui se tenait devant elle. En effet, quand bien même s’efforçait-elle de ne point songer à la signification de cette attirance qu’elle éprouvait pour Joaquin, elle ne pouvait nier qu’elle n’était pas particulièrement sensible à ses charmes. La sensualité qu’il dégageait se trouvait telle qu’elle ne pouvait nullement résister à ce corps, qui en dépit de ses bonnes volontés se trouvait être une douce tentation à laquelle elle succombait sans être en mesure de s’en empêcher. En espace de quelques minutes, il était parvenu à lui faire changer d’avis, usant de son pouvoir de séduction sur sa personne en ayant à son égard des actions qui pourraient faire fondre n’importe quelle femme. Elle faisait donc partie des victimes du jeune homme quand bien même s’était-elle intimée de ne point faire partie du tableau de chasse de ce dernier.

Seulement, le regard de cet homme la dévorait résolument de cette lueur qui ne pouvait point la tromper sous la nature de ce sentiment qui l’étreignait pour sa personne. Ce dernier se trouvait charmée par elle, tout autant qu’elle l’était de ce charisme ô masculin qu’il dégageait au travers de ses actions. Son corps, tout comme le sien, ne trompait nullement son vis-à-vis sur la fébrilité dans laquelle il se trouvait d’être contre la chair de l’autre. Elle avait elle-même demandé à ce qu’il la caresse, qu’il vienne délicatement l’émoustiller pour qu’elle puisse se soumettre à lui. Une fébrilité qu’elle savait commune tant elle le sentait brulant sous le contact de ses doigts, de ses lèvres, son regard parlant pour lui tandis qu’elle n’avait pu s’empêcher de se montrer coquine avec lui. Elle le sentait brulant de désir sous ses doigts, résolument ravi de pouvoir profiter du contact de sa chair contre la sienne.

Les phalanges ô taquines de ce dernier contre son intimité ne pouvait que l’intimait de l’effet qu’elle lui faisait alors qu’il semblait plus envieux, plus impatient de la sentir gémir tout contre lui. Un désir malsain mais de courte durée puisque c’est prise de court qu’elle sentie ces doigts s’éloigner de son intimité sans préavis, la laissant particulièrement insatisfaite. Une frustration que son corps vint exprimer au travers d’un soupir de mécontentement alors qu’elle sentait les lèvres de ce dernier se poser sur sa nuque comme pour se faire pardonner de cet affront. Un contact humide et plaisant alors qu’il venait lui mordiller la nuque avec satisfaction. Elle sentait le tissu du pull du jeune homme se relever délicatement alors qu’elle n’avait de cesse de mouvoir ses doigts sur le torse ô musclé de cet homme qui possédait un corps de rêve. Un corps de rêve qui vint s’offrir à ses yeux tandis qu’elle le sentait s’éloigner un instant pour se débarrasser de son haut avec sensualité, lui permettant d’entrevoir une vision ô décadente et sensuelle de sa chair qui se trouvait désormais à sa disposition.

Un torse résolument attrayant et particulièrement appétissant qu’elle avait envie d’explorer de ses doigts, de ses lèvres. Il était particulièrement difficile de résister à un tel torse quand bien même ce dernier se révéler bien différent de celui du seul homme qu’il l’avait prise à ce jour. Elle ne pu s’empêcher d’avoir une légère pointe au cœur à cette pensée qui fut malheureusement balayer par l’attaque ô taquine et ambitieuse de cet homme qui vint embrasser sa nuque avec appétence tandis que ses phalanges retrouvaient la chair ô délicate de ses cuisses pour retrouver leur douce victime qui ne pu qu’être satisfaite de leur présence. Cette dernière ne manqua nullement de faire connaitre son plaisir au travers d’un nouveau soupir alors que ce dernier semblait résolument exalté par ce fait.

Il lui murmura au creux de l’oreille qu’elle le ravisait totalement tant il avait toujours rêvé de ce jour où elle lui proposerait une telle invitation à la connaitre ainsi. Quand bien même le choix se trouvait résolument difficile, l’idée de l’avoir féline était très plaisante. Il optait donc pour cette charmante proposition tandis qu’elle sentait l’une de ses mains venir s’égarer sur ses fesses. Son autre menotte quant à elle vint d’autant plus titiller son intimité alors que deux de ses phalanges s’immiscer au sein de cette dernière au travers du tissu. Une action qui ne pu que la faire gémir d’autant plus alors qu’elle continuait ses caresses sur ce torse, cette aine au travers du tissu. Elle ne pu donc qu’accepter la présence de ces lèvres contre les siennes, se laissant embrasser dans un baiser ô coquin alors qu’il n’avait de cesse de la titiller de la sorte. Un baiser qui ne pouvait que l’enflammer d’autant plus alors qu’il venait mordiller ses commissures. Son regard se voulait résolument coquin et brulant d’envie à son attention alors qu’il venait d’un seul coup l’embrasser langoureusement sans lui donner une chasse de refuser ce dernier. Un baiser dans lequel il dévorait ses lèvres avec impatience et fougue, résolument coquin et déterminé à découvrir cet aspect si félin de sa personne. Il semblait ébranlé par cette idée alors qu’il rompait ce baiser pour lui avouait qu’il ne rêvait que de la voir féline.

Des mots qui ne purent que la faire sourire alors qu’elle venait mordiller ses lèvres, résolument amusée. Elle aimait l’émoi de ce regard sur sa personne alors qu’elle le soutenait avec ses prunelles coquines et taquines. C’est donc tout naturellement qu’elle vint titiller ses lèvres de sa langue alors qu’elle venait le pousser contre le matelas du lit. Au dessus de lui, sagement positionner sur les cuisses du jeune homme, elle vint délicatement glisser ses doigts sur le torse ô musclé du jeune homme, qui la détaillait avec admiration. Avait-elle réellement besoin de parler à cet instant ? Elle ne le pensait pas alors qu’elle laissait ses phalanges rejoindre ses pectoraux pour se mouvoir contre ses derniers alors qu’elle venait déposer ses lèvres sur sa mâchoire avec sensualité et intérêt, laissant son corps se coller à celui de cet homme particulièrement sensible à ses attentions. Elle le sentit délicatement pomper du torse sous ses actions alors qu’elle venait descendre ses lèvres sur sa nuque, le creux de son oreille pour y murmurer.

« Profites donc du spectacle. Tu peux seulement regarder… et il t’est formellement interdit de toucher. Tu comprends ? »

Souriant contre son oreille, c’est tout naturellement qu’elle vint la mordiller dans un souffle chaud avant de rejoindre sa nuque pour retrouver sa pomme d’Adam, la dévorant avec satisfaction avant de rejoindre sa clavicule, la naissance de ses pectoraux. Elle le couvrait donc de caresses et de baisers tandis que ces derniers se faisaient plus intenses et profonds sur son torse, dès lorsqu’elle le sentait bomber du torse ou frissonner à ses actions. C’est ainsi que ses lèvres vinrent finalement rejoindre ses pectoraux pour s’y attarder avec appétence, résolument ravie des soupirs qui pouvaient s’extirper des lèvres de cet homme qu’elle dévorait de ses lèvres. Des lèvres qui vinrent se mouvoir petit à petit vers la partie inférieure de ce torse, tandis que ses phalanges se glisser sur sa naissance de reins pour venir rejoindre ses cuisses. Ce qu’elle avait en tête à cet instant ? Répondre à ses attentes alors qu’elle sentait ses lèvres se poser contre la bordure de ce boxer qui ne cachait en rien l’émoi que ces actions provoquaient sur sa chair, tant et si bien qu’elle ne comptait résolument faire qu’une chose : le frustrer afin d’être cette femme féline qu’il désirait qu’il soit tout simplement.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 15 Fév - 15:39

Le jeune homme ignorait bien à cet instant quelles étaient les sentiments qui l’étreignaient et qui rendaient son cœur si euphorique. Les sensations des mains de Jane sur son corps étaient résolument plaisantes, l’emmenant à apprécier sans doute plus que raisons celles-ci, bien plus n’importe quelle femme, bien plus tous les différentes relations qu’il avait eu au cours de son existence. Pour lui qui avait l’habitude de relier le plaisir de la chair avec la drogue depuis ces premières expériences véritable avec des femmes, il lui semblait ressentir ces sensations encore plus fortement qu’auparavant.  Un fait qui l’emmenait sans aucun doute à être plus dépendant de cette femme, malgré sa volonté de ne pas s’attacher à quiconque dans sa vie, bien que cela était faux dans le cas de certaines personnes de son entourage. Cette femme avait résolument le don de le rendre fou en un temps réduit, sans aucun doute qu’elle serait sa perte s’il continuait sur cette voie.

Ainsi, il lui avait offert pour se faire pardonner de l’avoir abandonné quelques instants, la vision de son torse qu’il supposait résolument plaisant, tout comme ces doigts qui étaient venus rejoindre l’intimité de son amante et ces fesses ô combien tentatrices. Le jeune homme avait toujours eu un réel plaisir à caresser les fesses des femmes, celui-ci ne pouvait alors qu’apprécier celles de cette femme qui avait le don de le rendre si fou en si peu de temps. Seul le plaisir était maitre en ce jour, celui-ci guidait ses gestes et ses lèvres, embrassant ses compères avec délice dans un baiser ô langoureux, lui exprimant son envie de la découvrir féline à ces côtés. Il lui était bien difficile de résister, cette vision étant résolument l’un de ces plus grands fantasmes. Il serait mentir de ne pas avouer qu’il lui était déjà arrivé de rêver d’elle ainsi la nuit, se réveillant résolument frustré ces matins-là. Le jeune espagnol vint sourire doucement à sa désormais amante tandis qu’elle mordillait ses lèvres sous une lueur amusée. La jeune femme ne pouvait que lire dans les yeux de Joaquin l’intérêt qu’il lui portait, la regardant résolument comme un homme amoureux.

Ainsi, il n’opposa aucune résistance à cette femme féline, la laissant l’allonger sur le matelas du lit. Au dessus de lui, la vision qu’elle lui offrait était résolument plaisante, appréciant ces doigts qui se promenaient sur son torse. Ses phalanges vinrent descendre sur ses pectoraux alors que ses lèvres embrassaient sa mâchoire avec sensualité, embrassant de ses lèvres cette barbe naissante qui semblait ne jamais quitter Joaquin. Son corps ne pouvait qu’apprécier ce contact, bombant du torse quelques instants, laissant échapper un doux soupir de bien-être de ces lèvres.  En tant que femme féline, celle-ci remplissait son rôle, embrassant sa nuque et le creux de son oreille dans un murmure résolument plaisant. Celle-ci lui intimait de seulement profiter du spectacle, celui-ci pouvant seulement regarder, étant bien entendu interdit de la toucher.  Un fait résolument plaisant pour le jeune homme qui se contenterait alors de n’être que la douce victime de cette femme. Jane était résolument la femme la plus attirante à ses yeux, ce fait ne pourrait que s’accentuer après cette nuit.

Le jeune homme se plaisait résolument alors que celle-ci venait mordillait son oreille dans un souffle chaud, avant de rejoindre sa nuque pour retrouver sa pomme d’Adam., la dévorant avant de rejoindre sa clavicule et la naissance de ses pectoraux. Un contact résolument plaisant l’emmenant à laisser échapper un doux soupir de bien-être, sentant la température de son corps s’échauffer fortement. Ces lèvres embrassaient ces pectoraux avec appétence, se mouvant progressivement vers la partie inférieure de son torse tandis que ses phalanges glissaient sur la naissance de ses reins pour rejoindre ses cuisses musclées. Les baisers qu’elle déposait sur ses abdominaux étaient résolument plaisants, l’emmenant à sourire doucement alors qu’il se trouvait bien frustré en cet instant de ne pas pouvoir caresser la femme résolument sexy qui se trouvait devant lui.  Le jeune home ne pouvait qu’en être désolé alors qu’il sentait ces lèvres se posaient contre la bordure de son boxer, s’arrêtant sans aucun doute pour le provoquer contre sa chair. Ainsi, sans n’avoir aucune réserve face à cette femme résolument plaisante, il murmura alors dans une voix résolument conquise : « Jane… si je ne peux te toucher… sache qu’en cet instant l’homme pervers que je suis a très envie de découvrir au côté de la femme féline que tu es de sentir tes lèvres légèrement plus bas, dans une zone qui rend toujours très fébrile les hommes… » Termina-t-il dans un doux sourire alors qu’il sentait déjà la demoiselle descendre progressivement sur son bas ventre, ne détachant nullement les boutons de son pantalon.

Elle se contentait alors seulement de venir embrasser son aine au travers de ce tissu à son plus grand désarroi, bien qu’il faille avouer que cette sensation n’était nullement désagréable, son aine appréciant ce contact, prenant forme dans son boxer. Son corps appréciait résolument ces lèvres taquines, s’échauffant à nouveau, l’emmenant à laisser un gémissement s’échapper de ses lèvres. Un gémissement qui sembla plaire à la demoiselle qui vint détacher légèrement le bouton de son pantalon, baissant très légèrement son pantalon pour venir embrasser cette aine emprisonné dans ce vêtement. Sans doute était-elle-même ravi de voir celle-ci réagir si positivement à ces baisers. Celle-ci vint d’ailleurs laisser ces mains caressaient les cuisses du jeune homme qui n’hésite nullement à venir murmurer alors, souhaitant tant sentir ces lèvres contre son aine : « Jane… tu peux continuer…» Le jeune homme ne savait nullement si la la rabpullus allait continuer son traitement, mais une chose était sûre, chacune de ses actions lui plairaient résolument, el rendant résolument plus fou de cette femme à chaque instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 15 Fév - 23:10

Taquine, elle ne pouvait que l’être à l’encontre de cet homme qui se trouvait si obligeamment allongé sous elle, particulièrement fébrile à ces attentions. Il était évident qu’au travers de ses précédentes paroles, le jeune homme avait cherché à la rendre ainsi en lui demandant si naturellement d’être féline avec lui. Une ambition à laquelle elle ne pouvait que répondre positivement à cet instant tant cette dernière se trouvait particulièrement plaisante à ses yeux. Elle n’aimait pas être dominée, son caractère fier ne pouvant accepter l’idée qu’il puisse en être autrement. Seul un homme à ce jour, possédait le droit de la dominer, d’avoir accès à une dévotion de sa part, une personne à qui elle avait offert son cœur en toute sincérité sans même s’en sentir outrée. Un homme qui lui manquait et dont l’absence justifiait cette faiblesse qu’elle avait auprès de cet hispanique si charismatique, qui savait comment l’attirer à lui. Un petit jeu auquel elle s’était laissé prendre, tout en prenant conscience qu’elle appréciait particulièrement l’idée de lui céder, sa chair réagissant si favorablement aux actions si sensuelles de cet être qu’elle dominait délicatement.

Elle laissait donc ses lèvres dévorer cette chair qui s’offrait à leur portée, ses phalanges se mouvant avec sensualité sur ce corps qui semblait si réceptif à ses actions. Elle ne pouvait que s’en sentir glorifier en tant qu’amante et femme, souriant résolument ravie de le voir si fébrile au travers de simples caresses qui devaient résolument éveiller sa peau au fil des secondes qui s’écoulaient. Un fait que le jeune ne vint nullement camoufler, l’avouant dans une voix résolument conquise que s’il ne pouvait pas la toucher, elle devait cependant savoir que l’être cupide qu’il était avait très envie de sentir ses lèvres légèrement plus bas, à l’occurrence son bas ventre qui saurait le rendre d’autant plus fébrile. Un aveu qui ne pu que la faire sourire d’un air malicieux contre sa chair qu’elle continuant d’embrasser, ses doigts s’échouant sur ces cuisses fermes qu’elle palpait avec délicatesse, laissant sa bouche descendre sur cette partie sensible sans pour autant la dégager de sa prison de vêtement. Une action qui semblait résolument déplaisante pour son ami, qui en dépit de cela apprécia ce contact fripon. Elle sentit ce bas ventre savourait le contact de ses lèvres, se formant délicatement contre le tissu, l’obligeant à gémir son bien être tant sa chair s’échauffait de nouveau. Un fait qui la fit sourire délicatement alors qu’elle mouvait une de ses menottes contre le bouton de son pantalon pour le retirer de son attache, faisant glisser cette fermeture éclair afin d’entrevoir cette partie si sensible de cette anatomie. Elle vint donc faire descendre le tissu pour le libérer partiellement de ce vêtement avant de venir embrasser cette bosse qui se présentait sous ses yeux. Une partie sensible qui sembla réagir à son action, qu’elle vint réitérer avec plaisir, résolument ravi de l’effet qu’elle pouvait provoquer en la chair de cet homme tandis que ses doigts caressait ses cuises. Elle le sentir gémir de nouveau qu’elle pouvait continuer son traitement, ce qui la fit sourire contre ce tissu qu’elle continuait de baiser. Une action qu’elle vint interrompre au plus grand damne du jeune homme tandis qu’elle remontait ses lèvres sur la naissance de ses reins au dessus du boxer, rejoignant de nouveau sa chair. Ses mains vinrent naturellement remonter sur la bordure du vêtement pour faire glisser ce pantalon, grâce au soutien de cet homme qui impatient, vint soulever son basin pour lui faciliter l’exercice. Un fait qui ne pu que l’amusait alors qu’il se trouvait en simple boxer sous son regard. Une position quelque peu décadente mais fortement plaisante à ses yeux qu’elle ne manqua pas de contempler avant de se glisser à califourchon autour de ses reins pour rejoindre son visage, dans un regard pétillant. Il était intéressant de voir l’émoi dans lequel elle plongeait l’échine de cet homme qu’elle vint simplement embrasser de nouveau dans un sourire. Un baiser dans lequel elle vint simplement caresser ses lèvres dans un premier temps avec les siennes en venant glisser ses cheveux de l’autre côté de sa nuque, avant de venir taquiner une de ces dernières avec sa langue, l’embrassant langoureusement. Un baiser chaud et torride dans lequel elle vint laisser une de ses mains palper de nouveau les formes de son torse pour rejoindre ce boxer, caresser son aine au travers du tissu. Une action qui n’avait que pour ambition de la rendre plus ferme, n’hésitant pas à marquer sa présence sur cette dernière qui semblait résolument enthousiasmé l’échine de cet homme, qui sensible, ne pouvait contenir ces gémissements de se faire connaitre. Des caresses qu’elle ne vint nullement interrompre tandis que ce baiser torride se prolongeait, laissant même sa main s’immiscer sous le tissu lorsqu’elle sentit cette intimité résolument mûre, encline à être encore plus malmener. Ce qu’elle fit sans aucune gêne dans un sourire contre ses lèvres avant de venir les embrasser de nouveau, le provoquant simplement.

« Tu sembles être un amant fort docile et appréciant d’être dominé de la sorte… Pourtant… ce n’est que le commencement... Prépares-toi à avoir encore plus chaud, petit pervers ! »

Elle n’avait pu s’empêcher de rire délicatement contre ses lèvres avant de les voler de nouveau des siennes. Elle laissa le bout de ses phalanges taquiner l’extrémité de ce fruit dressé, résolument titillé par ces précédentes actions avant de le sortir de son échine de vêtement, juste assez pour qu’elle puisse le voir s’imposer de toute sa stature. Cette position conférait un air très sensuel et érotique à cet homme qu’elle vint abandonner lâchement en venant se relever délicatement au dessus de lui, admirant le spectacle décadent dans lequel il se trouvait. Elle se mordit les lèvres, résolument satisfaite et amusée tandis qu’elle ajoutait dans une douce voix.

« Eh bien quelle vision perverse. Tu sembles bien fébrile juste par des baisers et des caresses… Pourtant, il serait temps que je t’offre un avant gout de mon corps, non ? »

Coquine ? Résolument et c’est la position qu’elle comptait bien conserver tandis qu’elle glissait ses mains sur ses cuisses pour faire remonter le tissu de robe au niveau de ses hanches afin de lui ouvrir la vue sur le tissu de son sous-vêtement en dentelle noire qui se trouvait assorti à son soutien gorge sans bretelle qu’elle portait. Une vue résolument appréciable aux yeux du jeune homme qui pouvait entrevoir l’état quelque peu humide du tissu due à son intimité que les doigts de ce dernier avait tant su malmener. Elle vint sourire à ce regard, amusée, murmurant simplement contre ses lèvres.

« Et si tu me disais ce que tu veux que je fasse ? Je suis résolument indulgente ce soir. Je suis disposée à répondre à tes désirs… as-tu une idée de ce que tu veux à cet instant ? »




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Mer 19 Mar - 23:01

Le jeune homme en cet instant ne réfléchissait plus vraiment à ce qui se déroulait sous ses yeux. A vrai dire, son corps comme son esprit se contentaient de profiter du bienfait de ses mains et de ce corps contre le sien. En homme résolument cupide, il lui était bien difficile de résister à ce corps si séduisant et tentateur qui se trouvait sous ses yeux. Jane était une femme ô combien charmante, bien plus sans doute que bon nombre de femmes qu’il avait rencontré au cours de son existence. Sans doute que le fait qu’il ne soit pas drogué aux côtés de cette femme l’emmenait à ressentir les sensations plus aisément, sans ajout superficiel en lien avec cette drogue qui avait transformé sa vie. Ainsi, sans cette substance dans son sang, son être percevait plus aisément les sensations de son corps. Il n’y avait sans doute pas que cette explication qui l’emmenait à ressentir ses sensations si intensément, mais cela le jeune n’était pas prêt de le dévoiler encore. Il ne pensait pas vraiment à avoir des pensées très abouties, son corps primant sur celui-ci.   Les lèvres et les doigts de Jane lui permettaient de ressentir d’agréables sensations.

Son amante résolument coquine avait sans doute le souhait de le rendre fou, un fait révélateur alors que l’une de ses mains détaché le bouton de son pantalon, glissant cette fermeture éclair jusqu’à entrevoir la forme ô appréciable de son aine. Sans doute que voir l’effet qu’elle faisait sur son corps la ravivait certainement. Celle-ci ne resta nullement inactive et vint poser ces lèvres contre son aine au travers de son boxer, l’emmenant à laisser échapper un doux soupir. Elle embrassa celle-ci dans des baisers résolument plaisant, tout comme ses caresses sur ces cuisses. Son amante ayant le souhait de réaliser sa demande vint abandonner cette partie de son corps, remontant ses lèvres au dessus de son boxer, à la naissance de ses reins.  Résolument docile le jeune homme accompagna le geste de Jane et l’aida à enlever ce maudit pantalon qui lui paraissait de trop.

Ainsi, il offrait à son amant une vision résolument plaisante de son corps allongé sur le lit, prêt à recevoir toute son affection. Le jeune homme ne put que l’admirer se glisser à califourchon autour de ses reins, observant ses pupilles attirantes et ce visage qui se rapprochait dangereusement du sien. Jane vint faire rencontrer dans un doux baiser leurs lèvres, un baiser tout à fait appréciable pour le jeune homme qui répondait avec plaisir à celui-ci. Leurs lèvres ne faisaient que se caresser simplement, dans un contact résolument plaisant pour le jeune homme qui sentait son cœur battre si rapidement.  Ce baiser devint très rapidement langoureux à son plus grand plaisir, l’emmenant à laisser échapper un doux soupir de bien-être alors qu’il sentait aux mêmes instants l’une des mains de son amante se glisser contre son boxer et rejoindre son aine déjà si formé. Le jeune homme se perdait résolument dans ce baiser et ses caresses, son échine appréciant le contact de ce corps contre le sien. Cette main résolument coquine vint se faufiler à son plus grand plaisir sous le tissu de son boxer pour caresser son aine à son plus grand plaisir.  La demoiselle à ces côtés semblait résolument ravie de le voir déjà si fébrile, celle-ci murmurant en l’embrassant qu’il était un amant fort docile et appréciant d’être dominé de la sorte. Seulement, il ne s’agissait que du commencement, il devait se préparer à avoir plus chaud, le traitant de pervers. Des mots qui ne pouvaient que le ravir ravivant le désir qui traversait son être en cet instant. Un doux rire s’était échappé de ses lèvres alors que déjà venait-elle embrasser ses compères qui répondaient avec délice et envie à ces baisers.
                                                                                                           
Joaquin aimait résolument les amantes coquines et voir Jane si entreprenante ne pouvait que lui plaire.  Celle-ci taquinait l’extrémité de son aine avec ses doigts au milieu de ce baiser langoureux, l’emmenant à doucement gémir contre ces lèvres. Il sentit alors celle-ci venir abaisser son boxer, lui laissant alors une vue imprenable sur son corps qui n’attendait qu’à recevoir les attentions de la demoiselle. Ainsi, allongé, il devait être résolument difficile pour la demoiselle de n’être pas attiré par lui, celui-ci étant résolument à sa merci, sa baguette n’étant plus à portée de main.  La demoiselle avait cessé chacun de ses gestes pour l’admirer, se mordant les lèvres alors que lui-même la dévorait du regard ainsi.   La jeune femme lui avoua que devant ses yeux se trouvaient une vision perverse.  Joaquin semblait fébrile juste par ses baisers et ses caresses.  Cependant, il était temps qu’elle lui offre un avant goût de son corps.

Cette idée plaisait résolument au jeune homme qui vint lui adresser un regard résolument conquis. Son amante s’amusa à faire remonter le tissu de sa robe jusqu’au niveau de ses hanches, lui permettant de découvrir la lingerie en dentelle qu’elle portait. Une vision ô combien enchanteresse qui ne lui donnait qu’une envie, celle de voir à ses côtés le corps de son amante nue, caressait ce corps et l’embrasser de ses lèvres. Des pensées qui ne pouvaient que raviver son aine alors qu’elle revenait à sa hauteur pour murmurer au creux de ses lèvres ce qu’il désirait qu’elle fasse. Elle se trouvait résolument indulgente, lui demandant ce qu’il désirait en cet instant.

Le jeune homme vint alors lui offrir un doux sourire dans un regard résolument  enchante alors qu’il laissait ses mains venir s’échouer sur les cuisses dénudées de son amante, remontant avec délicatesse jusqu’à ses fesses qu’il griffa légèrement.  Dans un geste coquin, il vint caresser celles-ci quelques instants avant de venir murmurer dans une voix roque : «Mon souhait…est à présent de ne plus te voir habillé avec un quelconque vêtement. Que nous nous retrouvions tous les deux dans la même tenue… qu’en dis-tu ? Il me semble que cela irait parfaitement… bien que le fait tu fasses de manière féline m’enchanterait. Tu crois que j’aurais le droit à un strip tease en cette nuit ?  »            Termina-t-il dans un doux sourire alors que ses mains venaient se perdre sous la robe de Jane,   remontant de ces fesses jusqu’à ses reins dans des caresses  légères et sensuelles. Si elle souhaitait le rendre fou, lui espérait pouvoir produite le même effet sur son corps. Jane était l’une des femmes qu’il trouvait des plus ravissantes, son regard trahissant cette pensée. Il continua ses propos dans un sourire, laissant l’un de ses mains se choir au niveau de son entrecuisse, ravi de sentir l’humidité au contact de ses doigts sur son intimité : «Peut-être même que tu me laisserais  découvrir cette zone plus intimement… et nous laisserait gouter au véritable plaisir de la chair, qu’en pense-tu ? »           Termina-t-il alors qu’il venait attraper entre ses lèvres celles de son amante dans un baiser langoureux, mordillant ces lèvres et laissant sa main se perdre sur ses hanches. Dans une voix quelque peu rauque il murmura : «Tu es ravissante Jane… »   avant de venir reprendre entre ces lèvres ces compères, offrant un doux sourire à Jane.        

Dans le souhaite de la rendre encore plus fébrile, le jeune homme vint laisser ses doigts caresser l’intimité de son amante et notamment son clitoris dans le souhait d’éveiller une certaine folie, réveiller à nouveau cette amante qui le faisait tant déjà rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Dim 30 Mar - 0:21

Il était évident que la jeune femme se trouvait toute aussi enflammée que son prisonnier à cet instant. Ce dernier avait résolument un pouvoir fort sur son corps et son esprit, éveillant ce côté félin et féminin, qui lui faisait cruellement défaut depuis qu’elle avait quitté ses terres d’origines. En effet, il était celui auprès duquel elle avait envie de se sentir de nouveau femme, appréciant ce regard captif et passionné qu’il lui offrait dans ces instants quelque peu fripons. Il détenait un charisme tel qu’elle ne pouvait que sentir ses barrières faiblir tant elle sentait son échine sensible à ce corps qui s’offrait au sien. Il se trouvait si émoustillé, si brulant et quémandeur de ses actions qu’elle sentait les chaines de sa raison s’ébranler pour faire ressortir cette femme qui avait tant sommeillé au cours de ces deux dernières années.

Un côté de sa personnalité qu’elle avait du contenir au fond de son être puisqu’il n’avait pas de raisons d’exister, Noah, ne se trouvant pas avec elle. Le seul et unique amant qu’elle avait eu avant que Joaquin, ne parvienne à la faire flancher. Ce pouvoir qu’il détenait au travers de ses gestes, de ses paroles étaient un danger pour elle, même si elle ne le percevait nullement. Ce n’était qu’une partie de jambes en l’air à ses yeux, un petit moment de luxure pour passer du bon temps et s’amuser mais, était-ce réellement le cas ? Elle le pensait dans tous les cas, même si elle pouvait sentir sa chair devenir incroyablement brulante au dessus du corps de cet homme, qui la détaillait avec un intérêt et une passion profonde. Elle avait envie de le taquiner, de lui faire atteindre cet euphorique paradis qui savait tant rendre un homme fou. Une extase qu’elle désirait égoïstement retrouver tant le charisme et la sensualité de ce bel espagnol était parvenue à éveiller ses sens et son désir en tant que femme et amante. Elle avait l’impression de se retrouver, d’être celle qu’elle avait toujours été même si elle se rendait compte indéniablement qu’il s’agissait qu’un effet, de la poudre aux yeux. Joaquin, n’était qu’un substitue, le remplaçant de celui qu’elle désirait réellement, celui qui l’avait toujours connu ainsi.

Cependant cette pensée n’effleurait nullement son esprit, elle ne voyait que Joaquin à cet instant et à ce corps si battit et sensuel qui s’offrait à ses yeux, qui le dévorait du regard, cupide plus que tout. Elle appréciait le regard enchanté et captivé qu’il lui tendait tout comme ce doux sourire qui s’affichait sur le visage si attirable de cet homme. Elle sentit sa peau frémir délicatement au contact des phalanges ô fraiches et taquines sur ses cuisses dénudées, qui remontaient délicatement jusqu’à ses fesses pour les griffer légèrement. Un geste coquin et terriblement agréable alors qu’il lui susurrait que son ambition actuelle était de la voir nue à son tour, qu’ils puissent se retrouver dans la même tenue même s’il ne dirait pas non à un striptease par la même occasion. Elle sentait les doigts de son amant se perdre sous sa robe, remontant ses fesses jusqu’à ses reins dans des gestes légers et sensuels comme s’il cherchait à éveiller sa chair.

Une ambition qu’il parvenait à réaliser tant elle sentait le bas de son corps être pris de délicats frisons qui la rendait incroyablement fébrile. Le contact coquin qu’il entreprit en venant glisser l’une de ses mains contre son intimité, ne pu que la rendre d’autant plus brulante tout simplement. Sa voix se fit plus sensuelle à ses oreilles alors qu’il venait lui susurrait qu’elle pourrait même lui laisser découvrir cette zone plus intimement et ainsi gouter au véritable plaisir de la chair. Un aveu de sa cupidité qu’elle ne doutait nullement tant elle avait pleinement conscience qu’il s’agissait de l’ambition de cet homme depuis qu’il était venu l’embrasser si sensuellement quelques minutes auparavant. Une confusion qu’il vint clôturer dans un baiser ô langoureux qu’elle reçut obligeamment, y répondant avec le même enthousiasme.

Ces lèvres avaient un pouvoir particulier dans son esprit qui s’abreuvait de leurs contacts, la rendant d’autant plus fébrile. Ce que ces doigt cupides savaient rendre sa chair d’autant plus frémissante sous ses gestes, venant même la faire gémir délicatement contre ces merveilleuses lèvres lorsqu’elle sentit ses phalanges glisser contre son intimité, la taquiner avec ambition. Elle senti sa gorge exprimer un délicat gémissement contre cette bouche qui venait l’embrasser avec fougue tandis qu’elle glissait ses doigts contre sa clavicule, ses pectoraux dans des gestes désorganisés mais précis, réalisés dans la seule ambition de le rendre tout aussi désireux.

« Il me semblait pourtant t’avoir ordonné de ne rien faire d’autre que regarder, vilain pervers ! » Souffla-t-elle dans un souffle court alors qu’elle prenait appui pour se relever délicatement en venant retirer ses doigts sur sa chair.

Elle s’éloigna assez de lui pour devenir inaccessible dans la position dans laquelle il se trouvait, venant le dominer de toute sa prestance pour venir faire glisser ses phalanges sur sa peau, remontant délicatement et toute en sensualité le tissu de sa robe, la retirant pour se présenter dans une tenue toute aussi appréciable pour son amant dont elle sentait le regard brulant sur sa chair. Sa poitrine se trouvait mise en valeur par ce soutien gorge noir en dentelle, transparent avec lequel elle vint jouer avec les bretelles dans un fin sourire. Elle le laissait se languir délicatement, le retirant avec cette sensualité qu’elle n’avait pas employée depuis des années. Elle fini par se retrouver torse nue, offrant sa poitrine nue au regard avisé de cet homme, qui prenait plaisir à ce défeuillage. Une poitrine qu’elle vint délicatement caresser de ses doigts avant de retourner vers la route sinueuse de ses hanches et retrouver le tissu de son sous vêtement. Elle vint jouer avec ce fin élastique, le faisant délicatement glisser pour le remonter avant de se résigner à le faire.

Elle vint alors quitter ce dernier rempart de vêtement pour se retrouver nue face à cet homme qu’elle vint dominer de nouveau, laissant l’une de ses mains retrouver son aine tant délaissée pour la taquiner, l’entendre gémir tout contre son visage tandis que ses lèvres venaient embrasser sa mâchoire. Il était fébrile, brulant d’un désir implacable pour sa personne, elle le sentait si ferme, si mur entre ses doigts qu’elle murmura tout contre son oreille.

« J’ai bien envie de répondre à ta deuxième requête mais… avant-cela… Il faudrait que tu te revêts d’un ustensile fort important… tu sais de quoi je parle… Si tu en disposes un, je serai peut être disposée à satisfaire ton ultime désir, qu’en penses-tu joaquin ? »

Elle vint lui sourire de cet air taquin et amusé, venant l'embrasser délicatement alors qu'elle attendait sa réponse, toute aussi impatiente que lui d'atteindre ce moment de luxure, qui ne pourrait que satisfaire ses pensées lubriques.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Mar 15 Avr - 22:46

En ces instants Joaquin ne pouvait qu’être ô combien ravi de la vision qui s’offrait à lui.  La vision du corps de son amante si féline, si tentatrice ne pouvait ravir l’homme pervers qu’il était.  La peau qui se découvrait sous ses yeux était plaisante, ravivant sans cesses ses désirs d’hommes, tout comme ses formes enchanteresses. Jane était sans aucun doute l’une des plus belles femmes qu’il avait croisées au cours de sa vie, le jeune homme en était résolument persuadé. Ces caresses ne venaient que confirmer ces pensées, ses mains affectionnant ses cuisses et ses fesses avec appétence ; comme ses mots qui révélaient chacun de ses doux fantasmes. Le jeune homme souhaitait découvrir à présent à nouveau le plaisir de la chair aux côtés de cette femme, tel était le message qu’il lui avait transmis au travers de ses paroles et de ce baiser langoureux qu’il lui offrait en cet instant. L’une de ces mains coquines s’était dirigée vers l’intimité de son amante, glissant ses doigts sur cette zone qui avait le mérite de rendre fébrile tout femme.

Jane n’en restait pas pour autant moins seule receveuse d’attention, elle répondait avec tout autant d’envie à ce baiser. Ses doigts glissaient contre sa clavicule, ses pectoraux dans des gestes résolument sensuels qui l’emmenaient à être résolument désireux de plus de chaleur, plus de contact entre leurs chairs tant ces doigts avaient le don d’éveiller sa chair.  Sa peau se trouvait si douce contre sa chair, éveillant sans cesse ses désirs d’homme.  Le jeune hispanique ne put qu’être particulièrement déçu de sentir ses lèvres quitter les siennes, comme de son corps alors qu’elle soufflait qui lui semblait qu’elle lui avait ordonné qu’il ne devait rien faire d’autre que regarder, le traitant de vil pervers.

Joaquin n’apprécia nullement le fait de voir Jane s’éloigner de lui en cet instant, se trouvant presque en manque du corps de son amante. Bien qu’il fallait avouer que la vision dominatrice de Jane était résolument gracieuse. Celle-ci vint faire glisser ses phalanges sur sa peau, remontant délicatement et en sensualité le tissu de sa robe, la retirant pour lui offrir une vue ô combien agréable : Jane ne se retrouvait plus qu’en sous-vêtement sous ses yeux. Ces derniers étaient résolument séduisants, mettant en valeurs ses formes ô combien attirantes qu’il ne pouvait pas s’empêcher de dévorer des yeux. Jane se trouvait résolument séduisante le rendant quelque peu fébrile alors qu’il la voyait retirer avec sensualité son soutien-gorge pour dévoiler sa poitrine ô captivante. Il ne put que se mordre les lèvres à cette vision, ayant la terrible de poser ses lèvres sur cette poitrine si bien faite, tant que la caresser pour voir son amante gémir à ce contact. Néanmoins, son amante ne semblait pas vouloir réaliser ce doux fantasme aussitôt, ces doigts caressant la chair de ses hanches jusqu’à atteindre le tissu de sons sous-vêtement. La jeune femme n’attendit nullement longtemps avant de se retrouver nue sous ses yeux à son plus grand plaisir, ravissant sa personne. Joaquin trouvait la femme à ses côtés résolument sexy, n’ayant plus qu’une envie à présent : embrasser la moindre parcelle de cette peau et découvrir à nouveau le plaisir de la chair à ses côtés.

Cette pensée s’accentua à l’instant même où Jane vint se retrouver contre lui pour venir le dominer, laissant sa main retrouver son aine qui se trouvait si délaissée par son amante.  A ce contact ô combien appréciateur, Joaquin ne put que laisser échapper un doux gémissement, sentant sa chair s’échauffer si fortement au contact de cette chair. Ces instants ne purent que lui plaire alors que son amante lui avoua contre son oreille qu’elle avait envie de répondre à sa deuxième requête dans la mesure où il portait un préservatif.  Une proposition qui ne put que lui plaire alors qu’il vint laisser sa main glisser sur la chair de son amante. Ne lui laissant nullement guère le choix, il vint tout simplement renverser leur position afin d’allonger sur son lit Jane, à présent nu. Une vision ô enchanteresse à laquelle il ne put résister laissant ses lèvres s’échouer sur sa nuque avec passion et effusion.

Ses mains venaient caresser les cuisses de la jeune femme, effectuant de doux mouvements contre celle-ci. Il voulait échauffer son amante en cet instant avant de venir prendre entre ses doigts l’un des préservatifs qui était rangé dans sa table de nuit. Avant cela, Joaquin voulait profiter de ce corps et le dévorer de ses lèvres. Ainsi, il n’hésita nullement progressivement à descendre ces baisers jusqu’à atteindre le haut de la poitrine de son amant qu’il entendit soupirer. S’amusant certainement de la situation, l’hispanique vint embrasser véritablement sa poitrine dans un doux sourire, malmenant son mamelon de ses lèvres alors que l’une de ses mains venaient rejoindre son autre sein. Ainsi, il caressait et embrassait simultanément avec effusion ces deux seins.  Une action qui devait plaire à son amante, l’entendant soupirer à chacune de ses caresses. Joaquin souhaitait rendre folle cette femme, comme elle avait le don de le rendre fou. Le jeune hispanique prenait un plaisir certain à embrasser de ses lèvres cette poitrine, laissant sa main libre jouait avec l’entrejambe de son amante, frôlant et caressant son clitoris avec ravissement.

Joaquin ravi de l’effet qu’il produisait sur le corps de son amante et particulièrement cupide ne put que répondre à l’un de ses plus desseins secrets.  Joaquin vint se relever quelques instants pour se saisir à présent du fameux préservatif qui lui permettrait de découvrir à nouveau le plaisir de la chair aux côtés de cette femme.   Ainsi, l’attrapa entre ces mains et Joaquin déchira l’emballage et ce fut avec une sensualité certaine qu’il vint laisser ses doigts déroulaient celui-ci tout le long de sa colonne de chair avec ravissement. Joaquin gémit doucement à ce sentiment de bien-être alors qu’il venait caresser son aine quelques instants. Cependant, il ne resta nullement égoïste et repartit à la conquête de la poitrine de son amante, la caressant de ses lèvres, la taquinant au même instant où ces doigts venaient caresse l’entrejambe de son amante. Joaquin s’amusa ainsi à pénétrer un peu plus la chair de son amante, pénétrant avec l’un de ses doigts son intimité, n’ayant qu’un souhait : celui d’entendre son amante le réclamer. Il savait que cela n’était peut-être pas réalisable mais, en tout cas il appréciait les doux frissons qui prenaient part dans le corps de son amante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Sam 19 Avr - 21:29

Désireuse de connaitre de nouveau cette volupté exquise que seule la luxure pouvait apporter à son être, Jane se laissait délicieusement dévorée par ces cupides desseins. Des pensées lubriques que ce jeune homme savait si bien éveiller en sa chair en lui offrant l’opportunité de redevenir cette femme qui somnolait si promptement au fond de son être. Elle ne songeait plus à rien à cet instant, son esprit bien incapable d’être raisonnable alors qu’elle avait son ami à sa merci. Un jeune homme au corps résolument attirable et sensuel, qui semblait se consumer de désir pour elle, prisonnier de cette position de domination dans laquelle elle l’avait plongé. Une situation qui venait en accord avec le désir de ce beau hispanique, qui semblait particulièrement ravi de la voir si féline et déterminée à le rendre fou tant ce dernier le fixait avec une émotion intense et passionnée. Elle s’amusait donc à le taquiner, d’humeur joueuse et tentatrice, ses lèvres venant voler celles de cet homme. Des lèvres masculines au goût terriblement envoutant qu’elle parcourait avec animation et désir, tant sa chair avait été suffisamment éveillée par les phalanges ô mesquines de cet homme aux talents incontestables d’amant.

Elle appréciait résolument le fait de contrôler cet ébat, de pouvoir le dominer de toute sa stature pour le voir se consumer de désir pour elle. Un fait qui ne semblait nullement déplaire à cet homme qui la détaillait avec tant d’émoi, sa chair résolument en ébullition sous le contact fripon de sa main qui savait si bien titiller la partie si sensible de l’anatomie de tout homme. Une action de sa part qui avait ébranlé son ami, qui n’avait pu que gémir à ce fait, tandis qu’elle lui avouait promptement qu’elle était prête à lui offrir ce moment de plaisir charnel à condition qu’il ait possession de cet objet si précieux. Elle ne voulait prendre aucun risque et quand bien même serait-il difficile de résister, elle ne comptait nullement déroger à cette règle si élémentaire que celle de se protéger. Elle ne pu donc que sourire lorsqu’elle sentait les phalanges chaudes de cet homme glisser sur sa chair, venant la renverser sur le côté pour la dominer de nouveau, la surplombant de tout son long. Une action résolument sensuelle et masculine, qui conférer à son ami un charme fou tant il semblait la contempler avec intérêt et admiration. Elle le trouvait particulièrement fébrile face à elle et cela ne pouvait que combler l’orgueil de la femme qui somnolait au fond de son âme. Cette femme si sexy qu’elle pouvait faire fondre de désir tout homme si elle désirait le rendre fou de sa chair. Elle savoura dans un sourire le contact brulant des commissures de cet homme sur sa nuque qu’il dévorait avec passion et effusion.

Le frôlement des mains de Joaquin sur ses cuisses éveillait de nouveau frisons dans sa chair, l’échauffant résolument tant cette dernière appréciait ces actions. Elle se laissait faire, sentant les lèvres gourmandes et avides de cet homme se mouvoir au creux de sa poitrine pour venir emprisonner l’un de ses seins, le malmener de ses lèvres. Un geste coquin et taquin, qui ne pu qu’accroitre la température quel que peu élevée de sa chair, la faisant délicatement soupirer tandis qu’elle sentait l’une de ses mains venir malmener à son tour, son autre sein. Des actions résolument cupides, qui ne pouvait que la rendre sensible tandis qu’elle sentait sa poitrine être réceptive à tout cela, s’affermissant sous les taquineries de cet homme, qui savait tellement bien s’y prendre avec le corps d’une femme. Elle sentit un gémissement s’extirper de ses lèvres lorsqu’elle sentit la main taquine de son amant se mouvoir entre ses cuisses pour effleurer avec ambition cette partie si sensible de son anatomie. Une partie intime qui ne manqua nullement de montrer son émoi tant ces doigts sur cette dernière éveillée ses sens. Elle se mordait délicatement la lèvre inférieure avec difficulté, contenant ses soupirs de se faire plus brulant même s’il était évident que son corps appréciait tout cela.

Joaquin ne se laissait d’ailleurs nullement dupé, se montrant d’autant plus avide en venant taquiner son point sensible avec empressement, la rendant toute fébrile avant de l’abandonner cruellement à son tour. Il la regardait avec fierté, se dirigeant pour acquérir cet objet si nécessaire à toute autre folie de leur part. Il vint s’en saisir rapidement pour en déchirer l’emballage, enveloppant cette protection autour de son aine si fermement formée, désireuse et impatiente. Une action qui semblait résolument lui apporter une certaine appétence, le voyant si avide en venant de nouveau à sa rencontre. En homme cupide, elle sentit les lèvres brulantes de cet homme s’échouer de nouveau sur sa poitrine, l’embrassant avec effusion tandis que ses doigts se glissaient de nouveau entre ses cuisses. Des contacts cocasses et fripons qui ne pouvaient que la rendre encore plus brulante. Il semblait résolument connaitre les points les plus sensibles du corps d’une femme, son expérience en ce domaine, frisant l’entendement. Elle sentait donc sa chair être résolument sensible à ces attaques, sentant son intimité devenir plus agitée, terriblement avide à l’idée d’en connaitre plus, de savourer ce bien être que seul l’aine d’un homme pouvait procurer un plaisir intense à une femme.

Elle ne comptait cependant pas rester inactive, encline à réaliser le fantasme de cet homme puisque ce dernier lui avait si humblement demandé. C’est donc tout naturellement qu’elle vint glisser ses mains dans les cheveux de son amant pour l’intimer à relever son regard vers le sien, rapprochant son visage du sien pour lui voler un baiser langoureux et sensuel. Un baiser dans lequel elle vint dévorer ses lèvres des siennes, glissant ses délicates phalanges contre sa clavicule tout en adoptant une position assise. Elle laissa sa bouche découvrir celle de son amant, son autre menotte glissant sur ses bras pour retrouver la fermeté de cette aine si tendue. Une intimité qu’elle vint de nouveau malmener avec taquinerie, friponne tandis qu’elle savourait ces gémissements qu’exprimer cette bouche. Elle vint donc griffer délicatement sa clavicule pour accroitre son émoi. Coquine, ses lèvres vinrent délicatement se retirer de celles de son amant pour y susurrer dans une voix ô sensuelle.

« Et si tu me laissais réaliser ton fantasme, Joaquin ? A moins que tu préfères abandonner l’idée ? Ce qui serait résolument dommage, tu es tout émoustillé sous mes doigts. Quel homme cupide, tu fais… »

Elle vint rire contre ses lèvres, son regard se faisant plus transcendant que jamais tandis qu’elle l’obligeait à reculer pour le renverser de nouveau et le dominer de nouveau. Une action durant laquelle elle ne vint nullement interrompre ces caresses sur son aine, le sentant si ferme et excité au travers de ces gémissements que sa bouche venait camoufler au travers d’un nouveau baiser passionné. Elle laissa ses cuisses se glisser autour du bassin de cet homme, laissant son intimité frôler celle de son amant, les laissant se découvrir sans pour autant initier la moindre pénétration. Elle se trouvait toute aussi sensible que le jeune bidulgi à cette action, laissant son bassin glisser délicatement sur cette aine pour profiter de ce contact fripon. Elle sentit les phalanges coquines de cet homme se glisser sur ses cuisses pour rejoindre ses hanches, sa poitrine. Des caresses que ses mains lui rendaient avec la même incohérence, sentant son intimité si humide, si sensible à ce spectacle orchestrer par leurs deux bassins. Elle laissa un gémissement s’extirper de ses lèvres avant de murmurer dans un souffle extrême court contre les lèvres de cet homme.

« Qu’en penses-tu, Joaquin ? N’est-ce pas mieux ainsi ? Et si, tu me disais enfin ce que tu désires réellement, qu’en penses-tu ? »

Son sourire se voulait coquin tandis que son regard le contemplait avec intérêt et ambition, curieuse de savoir quel dessein, il visait tout simplement. Dans un esprit purement narquois et fripon, elle vint de nouveau glisser son intimité tout contre cette aine afin de la malmener et la taquiner, savourant ce contact terriblement cocasse, qui lui donnait cruellement chaud…




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Alboran H. Joaquín
apheredis - les âmes singulières
avatar

identity card
parchemins envoyés : 181age : 27
MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    Mer 9 Juil - 16:17

Cela faisait désormais de nombreux mois que le jeune homme fantasmait sur la demoiselle à ses côtés. De ce fait, il ne pouvait résolument qu’apprécier ces moments et profiter de chacun d’eux pour la rendre particulièrement fébrile, pour lui laisser un souvenir particulièrement plaisant de sa personne. Espérant secrètement être un amant qu’elle ne serait pas prête d’oublier avant très longtemps. Peut-être que cela se trouvait un peu vaniteux de sa part mais, en tout cas il s’agissait de son plus grand souhait en l’instant. Ainsi, il s’appliquait à embrasser la poitrine qui se trouvait sous ses yeux, à caresser cette partie si sensible qui rendait chaque femme folle. En homme cupide et parfaitement attiré par les femmes, il lui était tout simplement impossible de ne pas profiter de ces instants et de ne pas aimer la chair de cette femme. A ses yeux, il n’y avait rien de plus plaisant que de sentir contre ses lèvres cette poitrine délicieuse. Sentir le corps de la jeune femme s’échauffer contre sa bouche était résolument plaisant, ne l’emmenant qu’à n’être plus cupide, ses doigts caressant son intimité avec plus d’envie et plus de taquinerie.

Cependant, à son plus grand déplaisir, il dut abandonner cette poitrine pour se relever quelques instants plus tard et observer le visage si ravissant de Jane. Lui offrant un sourire, la jeune femme vint lui voler un baiser langoureux et sensuel, un baiser ô combien appréciateur qui le fit doucement frissonner alors qu’il sentait les phalanges de la demoiselle se poser sur sa clavicule dans un geste résolument coquin. Sa main coquine s’était alors dirigé vers l’aine de son amant, à son plus grand plaisir alors qu’elle le caressait avec envie, l’emmenant à gémir doucement contre ces lèvres. Ainsi, à la fin de ce baiser, il ne put résolument que lui sourire alors qu’il entendait les doux susurres de la demoiselle qui lui proposait de réaliser son fantasme, à moins qu’il préfère abandonner l’idée. Bien qu’elle trouvait cela résolument dommage, étant particulièrement émoustillé sous ses doigts, il faisait un homme résolument cupide. Des mots qui le faisaient rire à son tour alors qu’il se laissait renverser sur leur lit, laissant Jane le dominer.

Une vue ô combien agréable pour le jeune homme qui avait le plaisir de la voir nue sous ses yeux. Ces sensations de bien-être qui le possédait ne pouvaient résolument que se développer alors qu’elle continuait ses caresses sur son aine. La demoiselle vint à nouveau l’embrasser dans un baiser ô combien langoureux et sensuel qui ne put que lui faire résolument plaisir alors qu’il se retrouvait victime des bienfaits du contact de leurs chairs. Son amante résolument coquine, vint se laisser son intimité frôler celle de Joaquin. Une action ô combien agréable alors qu’il laissait ses mains se perdre sur le corps de Jane, ses mains glissant sur ses cuisses, ses hanches et sa poitrine. Jane se trouvait résolument intéressante, coquine alors qu’elle laissait leurs deux bassins se rencontrer, légèrement. Un contact qui semblait tout autant lui plaire alors qu’il l’entendait ses quelques gémissements et ses murmures qui lui demandait son avis, n’était-ce pas mieux dans leur position. Elle lui demanda alors ce qu’il désirait réellement, qu’en pensait-il et que désirait-il réellement ? La réponse qu’il répondrait à Jane lui paraissait en cet instant résolument évidente, tant il n’avait qu’une envie en cet instant, l’envie d’enfin posséder le corps si plaisant de cette femme avec qui il vivrait des sensations ô combien agréables.

A son plus grand plaisir, la demoiselle vint rapprocher à nouveau leurs intimités, l’emmenant à fermer les yeux un instant, se sentant résolument chaud en cet instant. Il les ouvrit et vint observer la jeune femme dans un regard ô combien charmeur alors qu’il murmurait dans une voix quelque peu suave : « La réponse me parait très évidente, mon souhait actuel est que tu viennes réaliser mon plus grand souhait, celui de te voir dans une vision dominatrice et moi n’être que ta pauvre victime. Tu pense que cela est possible ma chère Jane ? » Il termina ses mots dans un fin sourire alors qu’il venait cueillir les lèvres de Jane dans les siennes dans un baiser ô combien langoureux et sensuel, mordant les lèvres de Jane alors que ses mains venaient se perdre sur la peau si tentatrice de Jane. Il n’eut d’ailleurs pas beaucoup à attendre avant de voir la demoiselle se diriger vers lui, éloigner ses lèvres alors qu’elle laissait l’aine de Joaquin rencontrer son intimité.

Ce geste fut résolument plaisant pour le jeune homme qui ferma les yeux un instant, se sentant ô combien bien possédant progressivement son intimité. Des sensations ô combien agréables qu’il ne serait pas prêt d’oublier alors qu’il sentait ses mains d’elles-mêmes venir caresser les hanches de la demoiselle. Celle-ci n’en fut d’ailleurs pas déçue en vue de son regard résolument taquin alors qu’elle se relevait pour quitter sa chair dans un mouvement très plaisant. Celle revint vers en son sein alors à son plus grand plaisir, l’emmenant à connaitre des mouvements ô combien agréable. Il y avait une chose dont il était résolument sûr, c’était que Jane se trouvait être une amante qui serait capable de faire tomber n’importe quel homme dans ses filets en étant si exquise dans ses draps. Un fait qui ne pouvait que se confirmer alors que chaque mouvement qu’elle effectuait transcendait son corps et ne le rendait que plus cupide. Il se permettait sans craindre de laisser des gémissements s’échapper de ses lèvres alors même qu’il n’hésitait pas à caresser sans aucune gêne la peau qui se trouvait sous ses yeux, tout comme ses fesses qu’il trouvait résolument appétissante. Il ne cherchait d’aucune manière à ralentir ses ardeurs alors qu’il accompagnait lui aussi chacun de ses mouvements de reins, se sentant faiblir alors à chaque pénétration de cette intimité qui le ravissait. Il se sentait résolument homme en cet instant, savourant tant les formes de cette femme qui ne laissait pas de marbre.

De nombreuses minutes s’écoulèrent ainsi à son plus grand plaisir, embrassant la nuque de Jane, la mordillant quelque fois alors qu’il se sentait si vivant en elle. Il gémissait son nom dans un ton suave, caressant son corps, souhaitant qu’elle apprécie dans ses instants autant que lui ceux qu’ils ressentaient. Le plaisir de la chair était résolument un pécher pour le jeune homme, cela lui paraissait tout autant addictif que cette drogue qu’il prenait depuis de nombreuses années. Ces sensations étaient résolument envoutantes tant qu’au bout de ses nombreux mouvements de va-et-vient, il se sentit atteindre de si agréable sensations, gémissant le nom de son amante alors qu’il venait rendre les armes, sentant son amante défaillir à son tour. Un fait résolument plaisant qui lui fit ouvrir les yeux alors qu’il observait avec délice les traits tirés par le plaisir de la jeune femme, un fait résolument plaisant alors qu’il se permit à nouveau d’embrasser Jane dans un baiser doux et sensuel alors qu’il lui murmurait son nom. Son cœur et son corps ne pouvaient que se sentir félicités d’avoir permis à Jane de connaitre ce plaisir à ses côtés, la trouvant résolument belle ainsi. S’il devait tomber amoureux pour la première fois d’une femme, Jane serait résolument celle-ci tant elle lui semblait parfaite. Il ne pouvait qu'en être persuadé... bien que la complexité des sentiments amoureux risquait de le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.nethttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Contenu sponsorisé

identity card

MessageSujet: Re: [ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin    

Revenir en haut Aller en bas
 

[ NC-18] Event 5 - Le Ball d'Halloween - Partie 2 | PV Alboran H. Joaquin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EVENT ▽ BAL D'HALLOWEEN
» [EVENT] SALLE DE BAL HALLOWEEN MONSTER ♥
» [Event 1990] Bal d'Halloween !
» Event : un bal d'Halloween au manoir, grosses frayeurs assurées...!
» [EVENT] Le Bal d'Halloween

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinseonghan Jolyu - Académie de magie pour jeunes sorciers :: Geolughan Dosi :: Résidences. :: Alboran H; Joaquin's loft-