Règlement
Bottin des avatars
Le monde magique
Contexte
Sinseonghan Jolyu
Postes disponibles
Gisteol Hyeon
Spellbook du parfait sorcier
F.A.Q
Le monde moldu
Jinju
F.A.Q
Nos top-sites



L'aventure de Sinseonghan Jolyu est finie !!
Après 2 années de bons et loyaux services, le forum ferme,
mais pour mieux renaitre !!!
En effet, pour partir sur de nouvelles bases, nous vous invitons chaleureusement
à nous rejoindre sur The Phoenix's Song ! On espère pouvoir vous retrouver là bas !

Partagez | 
 

 [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 13 Jan - 20:31

" Our butterfly kiss "
Worthington Noah & Jenkins Jane H.



Sans doute avait-elle toute les raisons au monde d’être heureuse. Elle qu’on avait si violemment arrachée à ses géniteurs lors d’une nuit d’été, qu’on avait placé au sein d’un orphelinat durant près d’un an avait eu la chance de devenir la pupille d’une famille bien sous tous les rapports. Une famille qui lui avait offert tout leur amour, la couvrant de cadeaux et de tendresse, faisant d’elle de nouveau une princesse comme elle avait pu l’être auparavant. Une vie de château qui l’indifférenciait totalement, qui n’avait de cesse de la frustrer tant elle méprisait ceux qu’elle devait nommer « ses parents ». Elle n’en avait pouvait plus de vivre avec eux, de voir leurs regards ô méprisables se poser sur elle depuis qu’elle avait reçu sa lettre pour intégrer cette prestigieuse école de magie. Ils n’acceptaient pas l’idée de ce qu’elle était, la jugeant comme un monstre à tel point que son père adoptif n’avait de cesse de la traiter en tant que telle, comme si elle se trouvait posséder par un monstre. Il avait de nombreuses fois tentés en vain de la piéger, de lui faire subir des exorcismes dont elle était toujours parvenu à se préserver, lui faisant faux bond dès qu’elle sentait le mauvais coup venir. Elle méprisait cette homme plus que tout au monde tant elle se sentait impuissante face à cet être abject qu’elle rêvait tant de tuer pour les coups qu’il lui faisait subir.

En effet, elle ne pouvait que endurer ces blessures corporelles qu’il lui faisait vivre lorsqu’elle rentrait de l’école ou parce qu’il ne pouvait pas voir le monstre qu’elle était à ses yeux. Des sévices qu’elle vivait quotidiennement à chaque vacance tant et si bien qu’elle détestait ses dernières, étant toujours sources d’angoisses pour elle. Elle avait beau se montrer forte, tâchée de garder la tête haute tant elle se devait de se montrer digne de son rang de sang pur mais, il arrivait parfois qu’elle n’en puisse plus comme ce soir. Elle avait fuit le domicile familial après un énième coup de cet homme tant elle n’avait pu tolérer de rester dans cette prison qu’elle méprisait plus que tout. Sale, marquée par ces traces de coups dont il n’avait de cesse de l’affubler, elle errait donc sans but dans les rues de Columbia, le cœur gros, empli de cette colère profonde qu’elle ne pouvait exprimer.

Elle désirait tant tuer cette ordure, être en mesure de lui lancer ce sortilège de la mort après l’avoir torturé avec un sortilège de Doloris pour lui faire vivre cette déchéance qu’il l’obligeait à vivre chaque jour. Ce souhait était si profond, si ancré dans sa chair qu’elle ne pouvait que se faire violence lorsqu’elle sentait ses doigts rencontrer le bois de sa compagne depuis près de 5 ans. Elle se sentait si frustrée, pitoyable de ne point pouvoir l’achever, lui arracher cette vie qu’il méritait de perdre pour sa cruauté et pour son mépris envers la sang pur qu’elle était. Qui était-il pour la dédaigner ainsi, lui ce pauvre moldu qu’il méritait que de mourir dans d’atroce souffrance. Un désir profond qu’elle n’était nullement en mesure de réaliser, ayant toujours perpétuellement cette trace qui l’empêchait d’utiliser de la magie en dehors de l’école. Si son père adoptif respirait toujours, il était évident qu’il devait sa vie à ce sortilège qui pourrait immédiatement l’incriminait si elle usait de sa baguette. Une restriction pour les sorciers de premier cycle qu’elle était mais qui l’empêchait même de se préserver de cette eau qui s’échouer sur ses cheveux, ses vêtements alors qu’elle se laissait mouvoir dans les rues presque désertes de cette nuit d’été sans réel but à atteindre.

Elle ne songeait à rien à cet instant, son esprit bien trop rongé par cette frustration qui l’ébranlait totalement, gorgeant ses paupières de larmes de rage, de désespoir, de tristesse même. Elle avait envie de pleurer depuis des mois, des années sans le faire pour autant, bien trop habituée à se montrer solide et froide. Pourtant, à cet instant elle mourrait d’envie que d’une chose : voir Noah. Noah, un prénom qui ne pouvait que lui donner envie de sourire tant cet homme avait fait de lui une femme comblée en la reconnaissant comme une partenaire idéale, sa pupille et ce depuis son arrivée au sein de l’école. Elle admirait cet homme, le charisme qu’il possédait comme le pouvoir magnétique qu’il avait sur elle. A ses côtés, elle se sentait simplement sereine, si bien qu’elle n’avait qu’une espérance, le trouver, observer son visage qui saurait lui tirer un sourire, oublier toutes ses pensées sombres qui la tourmentaient. Un souhait qui ne pourrait résolument pas être réalisé en dépit du fait qu’il vivait également au sein de cette ville qu’elle méprisait tout autant que la villa de ses parents adoptifs. Elle laissait donc ses pas la guider sans but réel, sombrant dans ses pensées lugubres malgré la froideur de cette pluie qui s’échouait sur elle, à tel point qu’elle en finissait trempée de la tête au pied tout simplement.

TENUE : 01




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Sam 25 Jan - 18:16

Depuis le jour où il l’avait rencontré, son cœur et sa raison n’avait jamais connu le moindre changement, le moindre doute sur cette fille qu’il avait très naturellement choisi. Ses yeux noirs, son visage qui semblait si fort et doux dès ses 11 ans et pourtant il y avait eu cette chose, ce petit truc qui ne trompait pas, ce truc évident à ses yeux qu’elle était d’une certaine manière come lui. Elle était devenue son coup de cœur, et de celui-ci, son ame sœur.  Dès le premier jour ou elle était rentré à Poudlard, jusqu’à ce jour pluvieux de sa vie d’étudiant, il la savait spécial, elle était à la fois sa seule et unique amie, véritable amie, sa disciple, sa partenaire. Il avait lui-même prit en main son éducation sur bien des domaines, pas ce qu’on nous apprenait en cours bien sur, il l‘avait forgé dans son sillage pour lui faire partager ses plan, leur gloire. Il était étudiant mais ses ambition dépassait bien le professorat mais il n’avait pas eu l’intention de les atteindre seul depuis que Jane était entrée dans sa vie, avait déferlé sur celle-ci. C’est tout naturellement qu’il passait le plus clair de son temps avec sa cadette de 7 ans, peut être cette relation était assez étrange aux yeux de tous mais il apparaissait comme un grand frère bienveillant diront nous. Elle devenait plus belle et plus précieuse pour Noah chaque jour mais elle se trouvait encore si jeune si bien qu’il endossait tous les rôles pour elle à part celui d’amant par respect pour sa jeunesse. L’étudiant avait plusieurs amantes mais personne n’avait à ses yeux l’importance de Jane.

Il avait passé une parti de la journée avec une camarade de sa classe pour travailler sur un projet commun, et quand bien même préferait il bosser seul plutôt qu’à deux, sauf avec Jane cela va de soit, il se montra le plus charmant du monde si bien qu’il terminèrent leur journée en allant boire un verre dans un bar magique de Columbia avant de se séparer pour passer leur soirée chacun dans leur coin. Le jeune homme pensa retrouver Jane, passer la soirée avec elle à écouter de la musique, jouer aux échecs ou discuter tout simplement, juste se détendre avec elle.

Toutefois, par hasard ou destin, comme il rejoignait sa voiture magiquement modifiée garée à quelque rue de ce bar, une petite silhouette plus loin dans le rue attira son attention. Elle avait l’air trempée de la tête au pied sous cette chevelure dégoulinante, ce gilet alourdit par l’eau et cette robe blanche devenue transparente en dévoilant ses jambes magnifiques.  Jane se trouvait devant lui, l’air triste et perdu. Il  la rejoignit d’un pas un peu plus précipité qu’auparavant et s’arreta à un mètre d’elle comme s’assurant qu’il ne révait pas, qu’il s’agissait bien de sa partenaire qui se trouvait en si mauvais état sous son regard. Une allure qui ne pouvait que largement l’inquiété, de si près et sous la lumière il pouvait voir des marques bleutés sur son visage sans maquillage. Il se mordit les lèvres, son cœur battant promptement en sa poitrine à cette vision inacceptable, comprenant sans qu’elle n’ai besoin de lui dire ce qu’il s’était passé chez elle.

« - Jane !» murmura t’il doucement avant de se rapprocher d’elle plus encore, le cœur inquiet et enragé de colère qu’un moldu ait marqué sa protégé de ses immondes mains. Il voulait la prendre dans ses bras, la rassurer et la protéger de cet homme qui ne valait rien. Elle au contraire était si chère, unique et merveilleuse, nul être n’avait le droit de la toucher pour la blessé, et encore moins un ignoble moldu.

Il s’approcha d’elle et sans reflechir un instant de plus à la portée de son acte, ses lèvres se déposèrent sur celle de l’adolescente. Il vint l’embrasser, tout simplement pour l’apaiser, la rassurer et la protéger. Soulagé qu’elle soit là contre lui, elle devait rester avec lui, lui qui sans être toujours doux avec elle, l’estimait comme son égale, sa partenaire et sans doute un peu plus comme ses lèvre n’était pas étrangère à certain de ses rêves.Il laissa ses lèvre parcourir leur compère, souhaitant qu'elle y trouve un quelconque réconfort, la réchauffer aussi comme elle semblait transi de froid, et lui faire oublier le reste. Il savourait ses lèvres qu'il rencontrait pour la première fois.

Tenue: ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Sam 25 Jan - 21:15

L’envie de pleurer se trouvait résolument puissante et horripilante tant et si bien qu’elle n’avait de cesse de s’intimer de contenir ses larmes, de se montrer digne et résolument forte. Elle ne pouvait pas, ne devait pas verser ses précieuses larmes qui n’avaient jamais coulées sur ses joues depuis le jour fatidique de la mort de ses parents, sous ses yeux. Seulement, elle se trouvait terriblement fébrile, fatiguée de cette vie misérable dans laquelle elle se trouvait. Elle avait beau avoir une vie de princesse au premier abord, c’était comme si elle se trouvait en prison et livrée à la hargne sans nom d’un pauvre con qui méprisait les personnes de sa condition à cause d’une stupide tradition. Il la considérait comme un paria même si elle était sa fille désormais. Il n’avait de cesse de sentir déshonoré de la voir porter son nom mais si seulement il savait ô combien elle se sentait sale de porter son nom et pourtant, il lui collait désormais à la peau comme un lien indivisible qu’elle ne pouvait point rompre.

Elle ne pouvait donc que s’en sentir d’autant exaspérée, irritée de la vie qu’elle menait, désirant corps et âme que ces vacances s’achèvent pour retrouver les couloirs calmes de l’école ainsi que la bienveillance de cet homme, qui savait si bien lui faire sentir qu’elle était précieuse. Elle errait donc dans les ruelles le regard sombre, lourd alors qu’elle retenait ses larmes fermement mais, elle se sentait au bord de l’explosion. Ce qui ne manqua nullement de se produire alors qu’elle prenait conscience de l’état pathétique dans lequel elle se trouvait. Etait-elle vraiment stupide ? Pourquoi diable restait-elle sous cette pluie qui ne rendait son apparence que d’autant immonde et déplorant ? Pourtant, elle ne se sentait plus capable d’avancer tant elle semblait tourmentée, perdue et résolument tremblante. Elle craquait, pour la première fois en sept ans, sept longues années, elle était arrivée au bout de ce qu’elle pouvait humainement supporter. La violence d’aujourd’hui, cette humiliation psychique avait raison d’elle et elle ne pouvait rien faire de plus pour lutter contre ce sentiment d’impuissance qui l’avait résolument gagnée.

Une faiblesse qui lui faisait honte alors qu’elle venait remonter fébrilement l’une de ses mains à son coude, les yeux emplis de larmes que la pluie cachait admirablement bien. La tête baissée, elle se mordait les lèvres, s’agrippant au tissu de son gilet qui avait résolument perdu toute sa prestance et qui en temps normal mettait résolument ses traits en valeur. Elle ne savait pas quoi faire tant son esprit se trouvait être incapable de songer. Indirectement, elle voulait voir Noah, l’observer car elle savait que cela parviendrait à lui changer les idées mais, elle ne pouvait supporter l’idée de se présenter ainsi devant lui, étant bien même incapable de savoir où il vivait depuis ce coin de la ville. Cette idée ne pu qu’accroitre sa colère inconditionnellement alors qu’elle se forçait à respirer, à calmer ses sanglots en vain.

Un fait, qui ne pu que la prendre de cours alors qu’elle sentait une présence venir vers elle, une silhouette qu’elle reconnue sans même à lever la tête plus haut pour faire face à cet être qu’elle avait espéré voir en cet instant, tout en s’en sentant résolument gênée, honteuse d’être de la sorte. Son visage devait résolument portée des marques de coups qu’elle n’avait même pas prise la peine de masquée. Elle le vit se mordre les lèvres, sans doute affligé de la voir ainsi sous son regard, sans doute devait-elle lui paraitre inacceptable pourtant le ton de sa voix se fit doux lorsqu’il vint prononcer son prénom. Une voix qui ne pouvait que faire battre son cœur alors qu’elle le sentait se rapprocher d’elle, l’obligeant à relever la tête pour lui faire face. Elle se sentait navrée de se présenter ainsi face à lui, d’apparaitre de façon si honteuse devant ses yeux, pourtant ses pensées ne purent que se trouver bouleversées lorsqu’elle sentit les lèvres de son ami se poser sur ses lèvres.

Un baiser qui ne pouvait que la surprendre quand bien même l’appréciait-elle comme un présent inégalable. Elle sentait son cœur battre promptement dans sa poitrine alors qu’elle le fixait, les yeux grands ouverts pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas, qu’il ne s’agissait pas d’un songe. Après tout, peut être s’était-elle évanouie et rêvait de rencontrer cet homme merveilleux qui l’embrassait à cet instant ? Même si c’était le cas, elle ne pouvait que s’en sentir comblée, résolument honorée de pouvoir entrer en contact de ses merveilleuses lèvres qui bouleversait son être. Le simple contact, effleurement de ses dernières contre les siennes, affolait son cœur, le faisant battre promptement dans un rythme ô agréable et bienfaisant. Sans même s’en rendre compte ou tout simplement parce qu’elle le désirait tout autant, elle sentit ses paupières se poser sur ses yeux alors qu’elle venait doucement poser sa main tremblante sur le bras de son ami pour s’y accrocher de toute ses forces.

Quand bien même ce baiser se trouvait merveilleux, elle ne pouvait que laisser ses larmes se répandre sur ses joues sans pouvoir les métriser. Ces dernières exprimées le chaos d’émotion qui la submergeait à cet instant mais, elle n’y pensait nullement, profitant de ses délicates lèvres qui la rendait si heureuse en dépit de la tristesse qui l’habitait. Elle ne souhaitait nullement s’en éloignée, désirant plus que tout rester à leur contact si bienveillant, si merveilleux. C’est pour cela qu’elle ne pu que soupirer de dépit de les voir s’éloigner de ses lèvres, rougissant dès l’instant où elle s’en aperçu sans pour autant s’en sentir gênée. Elle ne voulait pas qu’elles s’éloignent de nouveau loin d’elle alors qu’elles se trouvaient si agréables, lui faisant oublier ses tracas.

Elle vint donc tirer doucement sur le tissu du pull qui mettait tant en valeur le corps si finement musclé de son ami alors qu’elle murmurait faiblement.

« S’il te plait, ne t’arrête pas… Continue… Je ne veux penser à rien, j’ai besoin de toi, Noah. »

Sans doute était-ce une supplique aux oreilles de certaines personnes mais, elle formulait juste une requête, une demande auprès de la seule personne en qui elle avait confiance. Elle avait besoin de sa force, de sa bienveillance pour chasser toutes ses idées noires, tant et si bien qu’elle en oubliait qu’il s’agissait de son tout premier baiser.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Mer 19 Fév - 21:52

Noah s’était tout naturellement dirigé vers ses lèvres sans réaliser ou même s’inquieter de la signification de cette initiatives. Il avait voulu la consoler, la réchauffer aussi sans doute en serrant dans ses bras ce corps qui paraissait si frêle et fragile en cet instant. Supporter cette vision de sa protégée effondrée, impuissante, le regard embrumé se trouvait fort difficile pour le jeune homme révolter qu’on puisse traiter ainsi celle qui à ses yeux méritait tous les honneurs et tout les respects. Ses larmes étaient tout à fait indignes sur le visage de la jeune femme qu’il avait choisi, élu avec son cœur mais que jamais sa raison n’avait regretté. Elle était une partenaire parfaite, affutée et aussi doué que lui.

C’est donc sans réflexion qu’il vint la serrer contre lui, l’embrasser pour effacer toute trace de peine sur sa favorite, apaiser ce cœur qui se devait être trop gros, trop blessé et qu’il voulait réparé. Ses lèvres s’étaient déposés automatiquement sur les siennes et venait à présent les gouter pour la toute première fois, les trouvant tout particulièrement douce et sucré, délicieuse comme la personne à laquelle elles appartenaient. Son cœur s’était quelque peu affoler de ce contact comme si il venait d’acquérir une chose particulièrement convoité. Il se sentait très bien contre ses lèvre qu’il découvrait avec joie en ce jour, il ne ressentait aucune gène ni même reserve face à ce tendre baiser qui venait témoigner des doux et pur sentiments qu’il portait à la jeune fille qu’il considérait comme l’unique femme de sa vie, celle qui le serait toujours, tantôt muse, tantôt disciple, tantôt cavalière et bras droit de leur ambition, de leur rêve commun. Cet echange charnel parraissait un acte tout à fait banal entre eux quand bien même le partageait il pour la tout première fois. Quand bien même, il goutait pour la première fois leur arome, il s’inscrivait dans la continuité de leur relation complète et complexe entre leur deux âmes liées très profondément. Ce n’était nullement une surprise pour aucun des deux, ni une torture ou une simple convention, la rencontre de leur lèvres bouleversait le cœur du jeune homme car il s’en trouvait comblé, sensible, bien plus sensible et réactif qu’avec ses autres amantes qui n’avait rien du panache, de l’aura de Jane. Aucune d’elle n’arrivait à la cheville de la précieuse demoiselle que l’étudiant adorait et protégeait, celle qu’il avait reperé et admis comme sa partenaire alors qu’elle se trouvait à peine agé de 11 ans. Elle était une cadette qui avait su capturé son attention, ses faveurs, son amitié et à présent ses lèvre et son désir même si elle n’avait que 15 ans et qu’il se trouvait tout à fait illégale d’embrasser une mineur pour lui. Rien n’importait que ce contact envoutant de ses lèvres dont elle comme lui avait besoin en cet instant. Qui pourrait le condamner de consoler sa petite sœur en lui offrant sa tendresse indéniable qu’il lui portait mais qui ne savait vaincre ses larmes qui glissaient encore sur les joues de Jane en se mélangeant à la pluie qui tombait sur eux deux.

Comme il se retirait de ses lèvres, non sans regret pour laisser à son amie le soin de réagir, pour l’observer aussi, la consoler d’un regard extrêmement doux, il l’entendit soupirer de regret tandis que ses menottes venaient s’agripper à son pull pour le retenir, ne pas le laisser s’éloigner plus d’elle, si bien qu’il resta plutôt proche d’elle. Elle avait murmuré d’une voix faible, suppliante de ne pas s’arrêter, de continuer. Elle ne voulait penser à rien et elle avait besoin de lui. Il approuva d’un signe de tête, répondant subtilement à cette demande, supplique et cet aveu qui était assez réciproque. Il passa une main dans ses cheveux trempés en les caressant, son regard l’enveloppant de volupté. Ses lèvres vinrent répondre à la demande de la jeune femme sans hésitation. Il retrouva avec plaisir le goût sucré de ses lèvres, ses pointes salé du aux larmes et l’amer de la pluie qui avait parsemé sa peau blanche et sensuelle.

C’est un baiser bien plus passionné que le premier qu’il vint lui offrir pour faire suite au premier si chaste qu’ils avaient échangé un instant auparavant, ne sachant plus se limiter à ce simple contact de ses lèvres. Il l’embrassa avec passion, une passion qu’il avait réprimé pendant plusieurs mois, respectant bien trop Jane et son jeune âge pour la précipiter dans ces relations d’adulte. Seulement lui du haut de ses 22 ans désirait, fantasmait sur ce corps frèle et joli de sa petite protegé tant et si bien qu’il ne pouvait retenir cette douce tentation à présent qu’il avait mordu cette pomme au parfum étourdissant. Il s’attarda sur ces lèvres en plein milieux de cette rue parce qu’elle le lui avait demander, elle avait réclamer d’être mangée cru, de sentir encore ses lèvres sur les siennes et Noah ne voyait donc aucune raison de se retenir et de la priver de cette requête qu’elle avait énoncée. Il ne pouvait refuser quelque chose qu’elle avait initié de son plein gré, réclamé toute seule et qui le rendait lui aussi résolument heureux de ce partage. Aussi ce n’est qu’après un long baiser au cours duquel il perdit quelque peut la notion du temps profitant seulement du contact de ses lèvres fine et délicieuse qu’il se recula d’elle avec une grande douceur, laissant sa main glisser sous son menton pour revenir au long de son propre corps. Il tenta de sécher de son autre main le visage tremper de larme et de pluie de sa partenaire, en vain évidement comme il se trouvait presque aussi humide qu’elle. Il lui sourit et après avoir déposé un baiser furtif sur les lèvres de la jeune fille comme un amoureux conquis par sa nouvelle amante, il prit la parole.

« - Est-ce que tu veux me raconter ce qui s’est passé ? Ou bien tu veux rentrer chez moi, te sécher et te consoler un peu. J’ai horreur de te voir dans un si piètre état, joli Jane. Dans tout les cas, je pense que l’on sera mieux au sec, tu ne crois pas ?» Il passa donc un bras autour des épaules de la jeune fille pour la ramener près de lui, il lui embrassa la tempe d’un geste doux comme celui d’un grand frère et commença à avancer en gardant avec elle ce contact qui se voulait rassurant et consolateur pour prendre le chemin de sa voiture et de chez lui. Si seulement a rue n’était pas si fréquenter par des moldus, ils auraient pu transplanner directement dans son appartement, mais au moins il pouvait serrer Jane contre son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Jeu 20 Fév - 18:30

Perdue dans ce baiser ô délicat que lui offrait cette merveilleuse paire de lèvres, Jane perdait la notion du temps comme des tourments qui l’habitaient jusqu’alors. Elle se laissait simplement portée par ce chaos émotionnel qui l’étreignait, la faisant ainsi couler ces larmes qu’elle s’était tant efforcée de contenir par fierté et surtout parce qu’elle ne voulait point paraitre misérable. Elle n’était donc nullement en mesure de connaitre la raison réelle de ces perles d’eau qui s’échouaient sur ses joues au même rythme que ces gouttes de pluie qui s’abattaient sur elle. Peut être était-ce l’émotion que provoquait ce baiser qui avait provoquée ces dernières sans lui donner l’opportunité de les contenir d’autant plus. La douceur des lèvres de son ami se trouvait particulièrement attrayante, envoutante. Elle sentait ces lèvres se mouvoir sur les siennes pour la toute première fois, une attention qui se trouvait bien différente de toutes celles qu’il avait eu jusqu’à ce jour à son attention. Une étreinte ô merveilleuse pour son cœur qui battait promptement dans sa poitrine. Une bouche dont elle ne souhaitait nullement se dégager tant elles lui procuraient un bien être qu’elle ne pouvait nullement repousser, en ayant tant besoin à cet instant. Elle l’avait donc intimé de ne point s’arrêter, de continuer de l’embrasser. Elle avait besoin de lui, qu’il lui fasse oublier tous ces tourments, toute cette impuissante qui l’étreignait si fermement.

Un contact résolument nouveau, incongru dans leur relation mais qu’il lui semblait si évident. C’était la première fois qu’elle goutait aux lèvres si attrayante de cet homme, qui se trouvait être son seul véritable ami, un grand frère pour ne pas dire plus. Elle mentirait dans une certaine mesure si elle n’avouait pas qu’elle s’efforçait de devenir plus mature pour capturer son regard, son attention encore plus profondément qu’il ne lui accordait déjà. Elle savait sa place particulière aux yeux de cet homme et le regard qu’il lui tendait, si doux et attention, ne pouvait nullement la tromper sur l’adoration qu’il lui portait. Une requête à laquelle il vint se soumettre obligeamment, hochant la tête tout en venant glisser ses mains dans ses cheveux. La lueur de son regard la captivait, lui faisant oublier les raisons de sa présence dans cette rue sous cette pluie qui rendait son corps particulièrement tremblant. Une froideur qui semblait bien faible face à ce doux feu qui prenait part au sein de sa poitrine. Elle retrouva donc avec plaisir le goût ô délicat de cette bouche qui vint se fondre sur la sienne.

Un baiser beaucoup moins timide que le précédent, plus passionné alors qu’elle sentait les lèvres de cet homme se mouvoir si sensuellement et cupidement contre les siennes. Un contact ô envoutant pour ses sens alors qu’elle venait renforcer délicatement sa poigne autour du tissu humide de ce léger pull que portait cet homme. Elle sentait son corps battre vivement dans sa poitrine alors qu’elle se trouvait prisonnière de ce contact ô plaisant. Elle se laissa pleinement dévorer par cette bouche ô merveilleuse qui lui fit perdre la notion du temps, la rendant accro en un instant de cette chair si brulante et douce. Un échange ô passionné qui ne pu que la laisser pantoise, quelque peu fébrile alors qu’elle le sentait de nouveau se dégager de sa bouche. Il vint glisser l’une de ses menottes sous son menton pour l’obliger à relever son regard vers lui tandis que l’autre essayer en vain d’effacer ces larmes qu’elle sentait inévitablement se mouvoir sur ses joues. Des larmes dont elle n’avait plus la notion de verser tant son esprit se trouvait accaparé par cette homme qui se trouvait si somptueux sous son regard, son sourire réchauffait son cœur comme cette tendresse inébranlable qu’il avait à son sujet.

Il vint lui demander si elle désirait lui raconter ce qu’il s’est passé. Une question qui vint l’obliger de retourner à la réalité alors qu’elle baisait le regard honteuse. Elle vint se mordre les lèvres inévitablement, sentant son cœur s’alourdir quelque peu avant qu’il ne lui propose de rentrer avec lui, chez lui pour se sécher et consoler. Il lui avouait qu’il avait horreur de la voir dans un si piètre état, elle qui se trouvait être sa jolie Jane. Il était persuadé qu’au sec, ils se seraient mieux tandis qu’il venait passer son bras autour de son épaule pour la ramener près de lui et embrasser sa trempe. Un geste doux, similaire à celui d’un frère, qui lui fit comprendre indirectement que ces baisers échangés n’avaient aucune valeur significative. Une pensée qui ne pu que la rendre triste en dépit de ce bien être qu’elle ressentait tout contre lui mais, qu’elle s’efforça de balayer en hochant la tête doucement dans un signe d’assentiment. Elle fut incapable de dire quoi que ce soit. Elle ne voulait pas parler de ce qu’il s’était passé, se sentant déjà bien affligée de se dévoiler de la sorte sous son regard. Elle ne se voyait pas détailler les actions et paroles horribles de cet être abject. Elle souhaitait juste profiter de la présence de son ami et c’est ce qu’elle fit alors qu’ils prenaient la direction de son appartement.

Elle vint donc s’installer dans la voiture de son ami, en silence, se voyant pitoyable dans le reflet de la vitre, ce qui ne pu qu’alourdir d’autant plus son cœur alors qu’elle sentait Noah prendre place à ses côtés, démarrant sa voiture. Un trajet silencieux dans lequel elle se contenta de fixer ses phalanges froides et humides comme l’ensemble de sa tenue. Il lui murmura qu’elle prendrait une douche dès qu’ils arriveraient chez lui, ce qu’elle se contenta simplement d’accepter dans un hochement de tête. Il ne fallut que quelques minutes pour qu’ils arrivent chez ce dernier, lui offrant enfin cette opportunité de découvrir l’antre de son ami.

Un lieu qui lui avait semblé bien inaccessible puisqu’ils se voyaient peu souvent durant les vacances, à cause de la sévérité de son père adoptif. C’est donc tout naturellement qu’elle vint détailler avec plaisir l’appartement de son ami. Un lieu aussi raffiné que lui, propre dans son ensemble et dont il se dégageait une douceur qu’elle lui reconnaissait tant. Elle vint donc se dessaisir de sa veste, venant la poser sur l’une des chaises de son ami pour venir prendre entre ses doigts, une chemise de ce dernier. Un tissu dont s’échappait l’odeur si agréable et bienfaitrice de son protecteur qu’elle appréciait particulièrement.

« Ça te dérange si je te l’emprunte, le temps que mes vêtements soient sèches ? » Lui demanda-t-elle dans une douce voix alors qu’elle venait s’avancer dans l’appartement pour le découvrir, murmurant dans un sourire enchanté.

« Ton appartement te correspond en tout point, il est coquet et stylisé mais impersonnel dans une certaine mesure. Tout comme toi, bien qu’on peut pleinement entrevoir la chaleur du cœur de celui qui l’habite, enfin pour certaines personnes. Ais-je le droit de mon considérer comme l’une de ces personnes chanceuses ? » Vint-elle murmurer dans un fin rire délicat alors qu’elle venait se tourner vers une porte qui pouvait se révéler être soit une chambre ou une salle de bain. C’est pour cela, qu’elle vint simplement ajouter en indiquant de sa main la direction qu’elle souhaitait lui montrer, dans un ton doux.
« Ta salle de bain est par ici ? J’aimerai bien prendre une douche pour me faire plus présentable… »




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Ven 28 Fév - 18:54

Un baiser avec elle, c’en était plus que ce qui n’avait existé dans leur relation jusqu’à présent, amie, élève, bras droit, compagne, soeur tout y passait sauf l’amante en dehors de son désir de connaitre les formes de son corps contre lui qu’il ne pouvait nier. Jane du haut de ses seize ans se trouvait tout ce qu’il y avait de plus désirable pour le jeune homme qui avait toujours protégée cette jeune femme. La voir si triste sous cette pluie battante l’avait touché du plus profond et aucun des deux n’aurait alors refusé la chaleur de l’autre, son réconfort, surtout pas Jane sans doute. Il l’avait embrassé par deux fois, assurant que ce n’était ni une erreur ni un geste insignifiant et anodin quand bien même les deux jeunes gens ne le lirait peut être pas ainsi. Quoi qu’il en soit, Noah fut particulièrement envouté par le gout de ce baiser et particulièrement heureux de l’avoir échangé avec l’adolescente qui se trouvait sous son bras comme il la raccompagnait vers sa voiture et son propre appartement. Il était hors de question de la laisser seul ce soir, de ne pas la garder avec lui, de ne pouvoir sécher ses larmes et ses goutes qui ruisselaient sur sa peau et ses vêtements trempées. La tendresse imperceptible qu’il développait pour la jeune fille, qui l’avait frappée dès le premier contact oculaire entre leurs deux personnes influençait sans qu’il ne s’en aperçoive ses actions si douces envers Jane qui était si spéciale, unique. Ils prirent ensemble la direction de sa voiture pour se mettre à l’abri de l’eau qui frigorifiait leur corps malgré la chaleur apaisante de ces baisers qu’ils avaient échangé tout deux.

Il l’emmena dans son appartement pour qu’elle puisse se réchauffer et prendre une douche du moins c’est ce qu’il lui proposa mais aussi mouillé qu’elle l’était, et même si un simple sort pouvait l’essuyer, il imaginait très bien qu’elle pouvait avoir envie de cette agréable instant ou l’eau chaude venait laver le corps trempé par la pluie odorante et de la sensation des vêtements collants sur la peau tant il se trouve mouillé. Un joli studio qui ne payait pas de mine d’extérieur mais à l’intérieur tout à fait confortable que la magie avait largement amélioré. C’était la première fois qu’il la laissait venir ici, ou plutôt la première occasion qui leur était donné. Le père de la jeune fille se trouvait si stricte que les deux jeunes gens ne se voyait guère en période de vacances pour le plus grand damne de Noah de Jane aussi sans doute, à qui elle manquait tant en ces période de séparation tant les deux étudiants aimaient passer leur temps ensemble mais n’y était autorisé que lorsque la jeune fille était pensionnaire à l’établissement scolaire. Pendant leur vacances il restait dans leur coin de Columbia, parcourant peut être les même rues, croisant les même gens mais sans se voir. Elle observa apparemment avec plaisir les lieux ou vivait le jeune homme, détaillant la décoration de celle-ci, assez raffiné mais sans le moindre élément qui puisse indique qu’on se trouvait dans une maison sorcière, et plus encore, dans sa maison à lui, pas de photo de lui, de sa famille ou de ses amis, aucun cadre, rien comme si n’importe qui pouvait vivre là. Seul quelque vêtement qui trainait sur une chaise et un sèche-linge présageait de signe de vie sans quoi on aurait pu penser qu’il était tout simplement.

Elle prit une chemise qui était suspendu en lui disant qu’elle allait le lui emprunter le temps que ses vêtements sèches. Il sourit en approuvant d’un signe de tête, il voulait qu’elle soit à l’aise dans son appartement et ne put refuser sa demande.


« - Bien sur ! Fait comme chez toi ! Mes chemises sont tes chemises !» Elle eut un sourire et vint lui murmuré que cet appartement lui ressemblait en tout point, coquet et stylisé mais impersonnel, comme Noah l’était. Elle pouvait pleinement voir la chaleur du cœur de la personne qui y habitait pour certaine personne. Avait-elle le droit de se considérer comme l’une de ses personnes chanceuses ?


« Tu vois tout ça toi ? Moi je vois des meubles pour le rangement, des fenêtres pour l’éclairage et un canapé lit très confortable !» La différence entre les hommes et les femmes sans doute. Il sourit doucement heureux de la voir rire délicatement. Il posa un doux baiser sur le front de la jeune demoiselle en ajoutant après cet intermède un peu plus léger.


« - Je ne t’aurais sans doute pas laissé apercevoir cette partie de moi dans les meuble de mon appartement sinon. Tu es la seule qui n’est jamais venu ici. » Elle lui était vraiment précieuse et l’une des seule à pouvoir recevoir le coté chaleureux de son cœur, pas les sourires de bienséance qu’il affichait aux autres sans qu’il n’ait vraiment de signification, ou même les plaisirs qu’ils partageaient avec ses amantes. Il en avait pour elle, une tendresse qu’elle seule recevait. Elle ne faisait pas vraiment partie des chanceuses, elle était la chanceuse qui avait atteint son coeur. Ce genre de discourt ne quittait jamais ses lèvre mais son regard s’était fait tout à fait doux.
Elle pointa la direction de la salle de bain et lui demanda si il s’agissait bien là de celle-ci car elle aimerait se doucher pour se montrer plus présentable.


« - Oui, c’est la salle de bain ! Vas-y ! Je fais préparer du chocolat pendant ce temps là, qu’est ce que tu en dis ? » Proposa t’il pour réchauffer la jeune femme.

Elle fila vers la salle de bain et lui prit sa baguette magique pour faire la boisson chaude pour la demoiselle et lui-même, quand le tout fut prêt il versa le chocolat dans des tasses qui gardait les boissons chaudes à l’infini. Il patienta en s’asseyant sur le canapé, laissant la jeune femme profité de sa douche avant d’entendre le robinet s’éteindre et quelques instants plus tard la voir sortir seulement vêtue de sa chemise pour couvrir ses formes ravissantes avec une serviette au dessus de la tête pour essuyer ses cheveux humide. Elle était vraiment très attirante ainsi affublée d’un de ses vêtements d’homme.

« - Tu peux laisser tes affaires sécher dans la salle de bain ! Viens là ! » Il tapota la parce à coté de lui pour qu’elle vienne s’asseoir. Il leva ses mains vers elle, vers sa tête pour essuyer ses cheveux avec le tissu. Il massa légèrement le crane de la demoiselle pour lui sécher les cheveux avant de faire glisser la serviette de toilette qu’il rejeta derrière elle et laisser ses cheveux retomber sur sa nuque très joliment. Elle était si belle. Il lui sourit, on regard dévorant sa protégée.

« -Tu es jolie et présentable ainsi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Sam 1 Mar - 19:43

Découvrir cet appartement qui lui avait semblé si inaccessible au cours de ces dernières années était une douce bénédiction qu’elle profitait avec exaltation. Être en mesure de frôler le pas de la porte de cet antre qui se trouvait être le domicile de son ami, protecteur ne pouvait que l’enthousiasmer au plus haut point tant elle se sentait honorée. C’était la première fois qu’elle venait en ses lieux et cet endroit lui semblait bien plus hospitalier et accueillant, que l’immense chambre dans laquelle elle avait grandi au sein de cette maison si oppressante. Elle semblait se décontractée au sein de ce dernier alors qu’elle ne pouvait s’empêcher de s’enthousiasmer comme une jeune adolescente qui découvrait pour la première fois l’endroit où vivait l’élu de son cœur.

Une pensée qui n’effleurait nullement son esprit alors qu’elle s’enthousiasmait face à cet environnement en agissant de façon naturelle et franche. Elle lui avait empruntée une chemise sans réellement lui demandait l’autorisation. Elle était sure qu’il ne verrait aucune objection à cela. Il l’invita même à faire comme chez elle, que ses chemises étaient les siennes. Une remarque qui l’avait faite sourire, terriblement touchée par ces dernières et le message qu’elle renvoyait. Elle n’avait pu alors s’empêcher de commenter ce qui s’offrait à ses yeux, exprimant des pensées qui devaient semblées résolument nébuleuses pour le jeune homme qui n’avait pu s’empêcher de rire délicatement en lui demandant si elle voyait tout cela. Pour sa part, il ne voyait que des meubles pour le rangement, des fenêtres pour l’éclairage et un canapé lit très confortable.

Un fin rire qui l’avait poussé à faire de même tandis qu’elle se demandait si elle faisait partie de ces chanceuses qu’il laissait pénétrer dans son jardin secret. Une remarque à laquelle il vint lui répondre en lui baisant délicatement le front dans un ton doux qu’il ne lui aurait sans pas laissé apercevoir cette partie de lui dans les meubles de son appartement si ce n’était pas le cas. Elle se trouvait être la seule à être venue ici à ce jour et cette information ne pu que rendre son cœur d’autant plus fébrile dans sa poitrine tant elle se sentait comblée par cette dernière. Elle ne releva nullement ces paroles mais, il était fort évident que son cœur palpitait fortement dans sa poitrine, l’obligeant à sourire comme une jeune femme amoureuse, rougissant même alors qu’elle lui demandait si la salle de bain se trouvait bien dans la direction qu’elle indiquait.

Ce qu’il vint lui assurer alors qu’il lui informait qu’il allait en profiter pour préparer du chocolat. Une suggestion à laquelle elle vint simplement affirmer d’un signe de la tête tout en douceur alors qu’elle filait dans la salle de bain. Une salle de bain qu’elle vint occuper afin de prendre une douche, laissant ses vêtements humides se choir sur le sol avant de rejoindre le flux d’eau tiède et agréable de cette douche. Elle profita de cette douche avec effusion tant elle semblait lui enlever toute trace de cette tourmente qui l’avait habité jusqu’à cet instant. Elle se sentait tellement bien, ici, au sein de cet appartement qui était imprégné de l’odeur de son ami.

Elle laissait ses sens s’imprégner de toute cette douce sensation qui l’habitait et qui vint s’accroitre d’autant plus lorsqu’elle vint revêtir la chemise de son ami. Le coton de cette chemise blanche recouvrait la majeure partie de son corps nu puisque le reste de ses vêtements se trouvaient encore bien trop humide pour être portée. Elle avait nouée une serviette autour de ces cheveux humides pour éviter qu’ils ne mouillent le tissu de ce haut qui lui allait bien trop grand avant de revenir au sein de la pièce principale où se trouvait son ami.

Ce dernier vint l’accueillir dans un doux sourire l’invita à laisser ses vêtements sécher dans la salle de bain pour venir s’asseoir à ses côtés. Elle s’exécuta sans rien dire, résolument timide et gênée face à ce regard profond qu’il lui tendait en venant lui essuyer les cheveux avec tendresse et dévotion. Elle se sentait résolument sensible à tout cela, sentant son cœur palpiter dans sa poitrine, si heureux et comblé dans une certaine mesure par l’affection de cet homme qui semblait la fixer avec tant d’intérêt. Elle trouvait troublée face à lui, sentant son cœur fondre face au regard qu’il lui tendait alors qu’il lui retirait sa serviette pour que ses cheveux quelques peu humides viennent s’échouer sur ses épaules. Il la complimenta sur sa tenue, lui murmurant dans un sourire qu’il la trouvait jolie et présentable ainsi. Un éloge qui la fit délicatement rougir, l’obligeant à sourire à son tour alors que son regard se posait inévitablement sur la naissance, de ces fins pectoraux que les vêtements humides de ce dernier cachait si merveilleusement même si elle pouvait en présager leurs formes. Elle se sentit coupable de cette pensée alors qu’elle venait se glisser à ses côtés sur le tissu confortable du canapé tout en prenant soin que le tissu de la chemise ne remonte pas trop haut alors qu’elle murmurait doucement.

« Tu devrais également prendre une douche, tu vas attraper froid sinon. »

Elle avait naturellement et très doucement glissé ses fines phalanges dans les cheveux de son ami, le détaillant avec douceur et inquiétude avant de venir lui embrasser la joue en douceur. Elle se sentait si heureuse à ses côtés, si fébrile également qu’elle laissa l’une de ses mains se choir sur les traits du visage de ce jeune homme alors qu’elle murmurait doucement à son attention.

« Je me sens mieux, grâce à toi. Je suis heureuse de t’avoir croisée… Je voulais te voir. »

Elle avouait cela avec franchise dans un doux regard. Elle le détaillait avec attention, se sentant résolument attirée par ce visage et ce regard qui était posé sur elle. Elle se sentit même avoir envie de l’embrasser, de retrouver la douce chaleur de ces lèvres qui l’avaient tant bouleversés quelques dizaines de minutes auparavant mais, elle s’intimait à résister. C’est pour cela qu’elle vint simplement ajouter doucement dans une faible requête.

« Je peux rester avec toi, ce soir ? Je n’ai pas envie d’y retourner… de me retrouver face à lui. Je me sens bien mieux avec toi. »




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Dim 30 Mar - 22:43

C’était tout naturellement que Noah avait amené la jeune fille dans son appartement, sans la moindre arrière pensée ni la moindre gêne tant il lui avait semblé essentiel de la protéger, de la consoler à cet instant ou elle lui avait semblé si fragile. Elle se trouvait si forte en temps normal, Toutefois même affaiblie, même fragile il ne pouvait la lâcher, l’abandonner, il ne savait que la réconforter, l’embrasser et l’enlacer pour apaiser ses malheur qui lui devenait tout aussi insupportable que ne pouvait l’être les siens. Il était rassuré de la savoir là, dans son chez lui protéger magiquement de l’extérieur, sous sa douche. Noah l’attendait patiemment lui laissant le loisir de profiter de l’eau chaude qui se trouvait plus chaleureuse et bienfaitrice que la pluie froide de dehors. Elle sortit après quelque temps ayant enfilé un t-shirt de son ainé trop grand pour elle, devenant pour elle une robe très courte ce qui la rendait particulièrement sexy comme il pouvait découvrir ses jolie jambes musclées et sensuelles. Noah était sensible à ce charme, bien plus qu’il ne le réalisait réellement, mais les atouts féminin de Jane l’attirait inopinément, malgré la différence d’âge. Elle était très sexy dans cette tenue très légère et elle vint s’installer auprès de lui. Il avait tendrement posé ses mains sur la serviette qu’elle portait au dessus de la tête pour sécher ses cheveux en frottant le tissu sous ses doigts. Il effectuait ce geste avec affection et tendresse, ces doux sentiments qu’il lui portait de protection comme un grand frère, un professeur particulièrement attentionné, peut être pouvait il devenir un amant, sa tendresse, ses sentiments pour elle était si complet. Il n’y pensait pas, profitait de sa présence, désirant la consoler, la rassurer. L’avenir leur réserverait le reste, celui qu’il construisit ensemble. Il laissa retomber La serviette et les longs cheveux mouillés de la jeune femme retombèrent sur son dos avec élégance.

Noah la couvrait d’un regard doux et agréable, en la complimentant sur sa tenue qui la rendait tout particulièrement sexy. Elle était plus présentable que trempé par la pluie et elle devait se trouver bien plus confortable que dans les vêtements trempés qui collait à sa peau quelques instants auparavant. Il souriait à la jeune femme en la détaillant avec grand intérêt comme elle était si attrayante. Il appréciait la petite rougeur de ses joues et ce sourire qui se marqua sur ses lèvres. Il pouvait deviner le regard da son amie s’égarer sur les lignes de son torse que ses vêtements encore trempé laissait deviner, non sans un certain plaisir et amusement qui le fit sourire.

Elle vint tendrement passé une main dans ses cheveux qui était eux aussi encore mouillé ce qui le fit doucement frissonner tendrement tandis qu’elle lui disait qu’il devrait également prendre une douche sans quoi il attraperait froid. Ceux après quoi, elle vint lui embrasser sa joue. L’homme se sentait heureux, même de cette légère inquiétude qui perçait sa voie mais surtout de cette tendresse qu’elle démontrait dans ses gestes et ses regards, une tendresse toute partagée par l’étudiant. Le jeune homme sentait la caresse de sa main sur son visage, le troublant un peu comme il fixait la demoiselle sous ses yeux affectueusement. Elle dit qu’elle se sentait mieux grâce à lui. Elle était heureuse de l’avoir croisée, elle souhaitait le voir. Ella avait dit cela dans un sourire francs, un regard tout aussi honnête. Un compliment heureux et bienveillant qu’il accueillit avec joie en venant caresser à son tour la nuque de la jeune femme, ses doigt glissant sous ses cheveux voluptueux et velouté.

L’adolescente demanda si elle pouvait rester avec lui, ce soir, elle n’avait pas envie d’y retourner de se retrouver face à lui, son père. Elle se sentait bien avec lui. Noah la regarda avec attention, son regard quelque peu sondeur mais rassurant et plein d’amour pour cette demoiselle qu’il appréciait tant. Sa main calée contre sa nuque vint la forcer à s’approcher de lui pour qu’il puisse venir déposer un baiser furtif, rapide et chaste sur ses lèvres. Il l’embrassa très doucement, ne résistant pas à cet appel, à ce besoin de venir la rassurer par la chaleur d’un baiser. Il l’enveloppa de son amour en s’emparant tendrement de ses lèvres sensuelles et gourmandes, des petits bonbons délicieux qu’il ne pouvait que savourer mais qu’il devait surtout bien traité pour détendre sa jeune protégée.

« - Il est hors de question que tu rentres chez toi ce soir. Tu vas rester avec moi, tu seras bien mieux ici. Si ca ne tenais qu’à moi…je ne te laisserais jamais aux mains de cet homme. » Oui il savait qu’il détestait cet homme qui faisais souffrir son élue. Il la prit doucement dans ses bras avec tendresse en la berçant un peu. Il caressa sa nuque en enlevant sa main.

« - Ne t’inquiètes pas ! C’est ici chez toi, Jane. Restes ici autant que tu veux. Fini ton chocolat, je vais prendre une douche, je reviens rapidement."

Une douche, oui c’est sans doute ce qu’il avait besoin tant il sentait dans ses baiser une douceur qui lui convenait bien trop, qui éveillait ses sens avec douceur pour cette jeune fille qu’il avait toujours mis sur un piédestal. Il passa une main dans les cheveux de sa Jane pour lui ébouriffer tendrement les cheveux avant de se lever pour filer dans sa salle de bain et prendre une douche chaude. Il se débarrassa avec joie de ses vêtements mouillés qu’il étendit sur son sèche-linge magique. Il y remarqua les vetement de la jeune fille et non sans un sourire les sous vetement de la demoiselle qui séchait suspendus simplement. Il fila sous l’eau chaude qui le fouettait bien plus agréablement que la pluie souriant à lui-même. Une pensée relativement coquine et éveillant avait traversé son esprit, une pensée qui le fit écourter quelque peu sa douche comme l’image de Jane nue sous sa chemise le séduisait. Il resta donc bien peu de temps sous l’eau pourtant bienfaitrice pour se sécher complément. Il enfila juste un boxer propre qui séchait avant d’aller rejoindre à nouveau la jeune fille qui patientait dans le salon. Il ne mit rien de plus, particulièrement à l’aise avec la jeune femme et surtout parce que le reste ne se trouvait pas entièrement sec. Il sorti donc, retournant dans la chambre salon en sous vêtement dans un sourire pour prendre un pantalon.

« - Je ne t’ai pas fait trop attendre. » dit il avec enthousiasme comme il traversait la pièce pour ouvrir un placard ou se trouvait ranger et plier ses pantalons et vetements. Il sortis un jean et l’enfila sous les yeux de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 31 Mar - 16:41

Elle ne pouvait nier être particulièrement fébrile sous le regard bienveillant de son ami, qui la couvrait par tant de douceur. Une tendresse qu’il avait toujours eue à son égard depuis le jour de leur rencontre, la rendant si profondément heureuse d’être l’élue qu’il avait choisi. Une place qu’elle ignorait point, la chérissant du plus profond de son cœur et avec laquelle elle était en accord parfait. Elle se contentait donc de ces nombreux égards qu’il lui témoigner, ces douces caresses qu’il venait la couvrir lorsqu’il la savait inquiète ou angoissée. Il veillait sur elle comme un ange gardien, un protecteur, qui connaissait tout d’elle, de sa vie, de ses faiblesses. Quand bien même se trouvaient-elles peu nombreuses, sans doute que le jeune homme savait qu’il était sa plus grande faiblesse. Une faiblesse à laquelle elle ne pouvait résisté tant il se trouvait indispensable à ses yeux, comme l’air pour respirer. Elle aimait sa présence, le détaillait avec attention, s’abreuver de cette plénitude que sa seule vision pouvait provoquer en son cœur. Elle se contentait de cela depuis des années même si elle ne pouvait nier qu’elle avait été parfois blessée de cette relation, à cause de ces femmes qu’il serrait dans ses bras. Il n’y avait rien d’étrange, il se trouvait être à la force de l’âge, si beau et séduisant, il n’y avait rien de mal à ce qu’il se laisse aller aux plaisirs de la chair avec d’autres femmes de son âge. Elle ne pouvait être dans la même catégorie et s’était faite une raison dans une certaine mesure même s’il éveillait cruellement son côté femme, qui sommeillait et s’affermissait au creux de son cœur.

Elle laissait son cœur la guider, la rendant si fébrile et douce face à cet homme. Elle avait envie de redécouvrir ses lèvres contre les siennes, profité de leurs bienfaits tout en sachant qu’elle ne pouvait point s’habituer à ces derniers. Une réalité qui se trouvait difficile à faire entendre raison à son cœur qui avait tant appréciait cette plénitude qu’elles pouvaient lui procurer. Elle s’était donc contentée de ce doux baiser sur la joue, une marque profonde d’affection pour elle, qui ne le réservait qu’à lui depuis toujours. Une affection que cet homme lui renvoyait tant il la fixait avec cette lueur face à laquelle elle ne pouvait point résister, rendant son cœur si euphorique et apaisé à ses côtés. Une pensée qu’elle ne pu lui camoufler, ressentant le désir de lui exprimer ô combien elle se trouvait heureuse d’avoir croisé sa route car il lui avait manqué. Elle avait cruellement eu envie de le voir, de le retrouver tant il se trouvait être la seule personne face à qui, elle pouvait baisser sa garde. Elle était froide et manipulatrice, avait appris à garder la tête droite et fière mais, elle avait besoin de son petit jardin secret où elle pouvait dévoiler cette partie bien plus frêle qu’elle ne voulait le montrer. Ce petit jardin secret, c’est Noah qui l’avait imposé à elle et elle ne pouvait plus s’en passer tant il était parvenu à y faire sa place et à accaparer son esprit.

Tant et si bien qu’elle ne voulait plus le quitter désormais qu’elle l’avait face à lui. La rigidité et la cruauté de son père adoptif n’étaient plus que des excuses pour lui prier de bien vouloir la garder ce soir tant elle était heureuse d’être à ses côtés. Le regard qu’il lui offrait était particulièrement agréable et attirant, elle se sentait toute chose face à ce dernier comme à cette main si obligeamment logée contre sa nuque. Une main qui vint lui intimé à approcher son visage du sien pour profiter de nouveau du bienfait de cette bouche contre la sienne. Des lèvres particulièrement douces et brulantes qui venaient délicatement taquiner les siennes. Elle sentit ses paupières se fermer immédiatement à ce contact, sentant son cœur appréciait ses légers frémissements que provoquait ce baiser si merveilleux. Des commissures qui s’éloignèrent trop vite à son gout alors qu’il lui murmurait qu’il était hors de question qu’elle ne rentre chez elle ce soir. Elle allait rester avec li car elle serait bien mieux ici. Si cela ne tenait qu’à lui, il ne la laisserait jamais aux mains de cet homme.

Des paroles si douces et agréables à attendre qu’elle ne pu que se sentir légèrement frémir lorsqu’il vint la prendre doucement dans ses bras en caressant sa nuque. Elle se trouvait indéniablement sous son charme et elle n’en prenait que très peu conscience tant son esprit était incapable de songer à tout cela, si ce n’est de profiter pleinement de tout ce qu’il lui offrait si obligeamment et avec tendresse. Elle était chez elle et pouvait rester autant qu’elle le voudrait. Des mots qui rendirent son regard plus brillant, fébrile et touchée par ce que cet homme lui disait en la priant de finir son chocolat, le temps de prendre sa douche. Ce qu’il vint faire en l’abandonnant dans le salon, livrée à elle-même. Elle était donc venue prendre sa tasse entre ses doigts pour profiter des bienfaits de l’objet chaud contre les paumes de ses mains. Curieuse, elle vint se lever pour parcourir la pièce qu’elle n’avait qu’aperçue, s’intéressant à la série de films que son ami possédait. Des films qu’elle avait vu pour la plupart, d’autre entendu simplement parler. Elle laissa ses longs doigts glisser sur les boitiers de ces films, cherchant un parmi eux, qui pourrait lui permettre de se changer les idées. Pas une comédie sans intérêt mais, un film profond qui aurait un réel sens à ses yeux. Son regard détaillait cela avec attention lorsqu’elle vit la porte de la salle de bain s’offrir pour laisser apparaitre Noah. Une vision qui ne pu qu’affoler son cœur, le faisant délicatement palpiter alors qu’il s’offrait à ses yeux de cette façon si somptueuse. Tout comme, elle l’avait imaginé, sans être trop musclé, son ami et protecteur possédait des muscles fins, dessinés qui sillait parfaitement à sa stature. Simplement vêtu d’un boxer, ce dernier éveillait ses sens, ses désirs de femmes qu’elle découvrait grâce à lui, petit à petit. Elle ne put s’empêcher de détourner le regard pour venir s’intéressait aux boitiers, en prenant un au hasard tant elle se trouvait particulièrement fébrile.

« Non, je regardais ta collection de film et je me disais qu’on pourrait en regarder un, puisqu’il pleut dehors. » Répondit-elle dans un ton doux mais court tant elle le détaillait avec attention et intérêt. Il était particulièrement sexy ainsi, ce jean moulant son corps particulièrement attrayant.

Elle se mordit les lèvres à cette pensée, se sentant toute chose alors qu’elle sentait sa chair devenir légèrement plus brulante. Elle inspira doucement pour tenter de calmer le rythme endiablée de sa poitrine alors qu’elle ajoutait dans un fin sourire en venant boire délicatement la fin de sa tasse.

« Que dirais-tu du « Le cercle des poètes disparus » ? Je l’aime bien et même si je l’ai déjà vu, je serai ravie de le revoir. »

Elle vint déposer sa tasse sur la table basse tandis que Noah prenait place sur le canapé alors qu’elle s’occupait de mettre en route le film en venant l’introduire dans le DVD en allumant la TV. Appliquée dans sa tache, cela lui permettait de tasser ses pensées quelque peu brulantes qui avaient réchauffer sa chair quelques minutes auparavant, lui faisant oublier, qu’une fois retourner, elle serait de nouveau saisie par le charisme de cet homme dont elle sentait le regard sur elle. Ce qui ne vint nullement manquer de se produire lorsqu’elle vint se tourner vers lui et prendre place à la place qu’il lui indiquait à ses côtés. Le regard qu’il lui tendait se trouvait terriblement doux et attentionné, perçant même alors qu’elle venait se placer à ses côtés, se blottissant délicatement contre son torse. Il vint l’enlacer pour la maintenir tout contre lui alors qu’il lançait le DVD. Même si elle trouvait particulièrement agitée contre lui, elle ne pouvait que savourait ce délicat bien être qui l’habitait d’être ainsi collé à lui, se sentant incroyablement à l’abri. Elle savoura cet instant de bien être avec bonheur tout en regardant ce film, qui l’intéressait particulièrement. Un film dans lequel elle vint se perdre, sentant une certaine somnolence venir s’immiscer au sein de son être à cause de tous ces tourments qui l’avaient habitée. Elle se sentait s’abandonner face à cette dernière au point de se laisser porter par un sommeil lourd et profond, bien au chaud au creux des bras de son ami, qui la troublait tant.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 7 Avr - 14:39

Noah n’avait pas vraiment honte de sortir de la douche en boxer et d’exposer son corps au regard de sa protégée, non que c’était habituel, encore moins alors qu’ils s’étaient embrassés un instant auparavant toutefois l’idée qu’elle puisse s’intéressé à son corps ne l’ennuyait guère, bien au contraire. Le regard de Jane sur lui était plaisant, réchauffant et le rendait quelque peu fier de lui. Il avait conscience d’être attirant, il avait de nombreuse fois pu le confirmer dans le regard des femmes seulement, cet intérêt dans le regard de sa charmante Jane était tout particulièrement troublant. Elle était agenouillé devant ses films, une collection de DVD moldus car ceux-ci n’avait pas que des mauvaises inventions, et les films c’était plutôt sympathique comme divertissement. Il avait sourit à cette vision en venant lui demander si elle ne l’avait pas trop attendu même si il avait fait au plus vite pour ne pas la laisser seule trop longtemps. Il s’était senti bouleversé par ses larmes quelques instants auparavant, par cette tristesse qui avait pris l’âme de sa chère protégée, la voir auprès de lui, plus sereine et sèche, du moins le paraissait elle-même si il se doutait que ce ne pouvait qu’être apparence. Elle détourna vite son attention de lui, de son corps pour retourner aux boitiers de films en en sortant un parmi le lot. Il vint passer derrière elle pour aller chercher son jean dans son placard. Il ouvrit une porte et prit le premier pantalon qui tomba sous sa main pour le porter et l’enfila en silence tandis qu’elle expliquait qu’elle regardait sa collection de film et ne s’ennuyait donc pas en son absence. Elle se disait donc qu’ils auraient pu en regarder un ensemble comme il pleuvait dehors. Noah sourit doucement à la proposition comme le regard de la jeune femme se reposait sur lui . Lui aussi la détaillait, dans cette position, il était évident qu’elle ne portait rien sous sa chemise et il imaginait ses forme nu sous le tissu avec sans doute plus d’intérêt qu’il n’était autorisé.

« -Très bonne idée »

Dit il avant d’aller s’installer sur la banquette comme la jeune fille. Il s’y assit calmement et elle vint proposer "le cercle des poêtes disparus" comme elle ne l’avait pas vu depuis longtemps et qu’elle souhaitait le revoir. Noah aurait pu dire oui à tout et n’importe quoi pour Jane, il n’avait aucune exigence envers elle et approuva donc son choix avec enthousiasme même si c’était loin d’être le fil le plus drôle du monde. Son regard ne la quittait pas comme elle appliquait le film dans le lecteur pour le lancer. Son regard brulait sans doute la peau de l’adolescente dont la présence affolai son cœur et ses sens. Quand elle le rejoint pour lancer le film, il passa un bras autour de ses épaules pour l’enserrer tendrement et de manière rassurante, la coller à lui avec douceur mais aussi le besoin de ce contact charnel si agréable. Il se sentait agité à ce contact, particulièrement enchanté et brulant à celui-ci, comme il lançait le film qui viendrait certainement le détourner de la tentation que représentait la jeune fille. Une tentation à laquelle il priait de succomber et qui pourtant semblait encore bien prématurée en un sens comme la jeune fille se trouvait encore mineur et lui ne l’était plus depuis longtemps. Pourtant rester calme et concentré sur le film se trouvait particulièrement difficile en cette position. L’envie de retrouver ses lèvre, de toucher sa chair se faisait pesant comme son parfum enivrait ses narines. Le bien être qu’il pouvait connaitre en cet instant de calme et de douceur, s’accompagnait d’une legère frustration comme l’homme désirait Jane, en cet instant, ce désir l’aveuglait quelque peu et il suivait avec beaucoup de difficulté le film qui se déroulait sous ses yeux même en s’efforçant de se concentrer dessus et non sur les jambes, le visage ou la poitrine qu’il pouvait entre-apercevoir.

Pourtant comme son cœur et sa respiration s’affolait, celle de la jeune femme elle semblait s’apaisait, sa respiration s’approfondissait, il la sentait plus pesante, plus détendue comme le sommeil s’emparait d’elle jusqu’à ce qu’elle tombe dans les bras de Morphée tout contre lui. Le film perdit tout spectateur à cet instant comme Jane devint un objet de contemplation bien plus captivant. Elle se trouvait si belle, ses jambes pâles et légèrement musclée, des formes arrondies et douces reposant sur le canapé, repliées avec élégances. Sa chemise légèrement remontée sur ses hanches laissait apercevoir les rondeurs très agréables de ses fesses. Les yeux de Noah ne pouvaient que suivre et se nourrir de ce spectacle merveilleux que lui offrait ce corps tout juste sorti de l’adolescence, nouvellement formée et déjà si attirante, si pure et angélique comme son visage affichait une expression sereine et légèrement souriant. La jeune fille endormie passionnait son ainé dont le regard ne cessait de se perdre sur les formes de son corps, celui qu’il voyait et imaginait sous son tissu ample et trop grand pour la demoiselle. Noah se sentait de moins en moins à l’aise, ensorcelé par la douce beauté de Jane que son corps admirait autant que ses yeux. Il sentait ce désir s’immiscer comme un feu dans chacun de ses membres sous l’effet de ce contact doux dont pouvait profiter son chanceux regard, ses bras et son épaule contre laquelle elle reposait et son nez qui s’émerveillait de son odeur entêtante. Son cœur battait contre lui empli de désir tandis qu’il respirait fortement pour calmer ses pensées bien peu catholique à l’égard de sa protégée. Inconsciemment il vint laisser sa main glisser sur son bras avec douceur, caresser la peau velouté de la jeune fille pour descendre du bout de ses doigt jusqu’à sa main et remonter cette même trace jusqu’à son coude dans un geste tendre. Ne résistant nullement à cette envie qui s’éveillait en lui, la jeune fille profondément endormi contre lui, il laissa ses lèvres se perdre contre son front pour venir l’embrasser, le couvrir de quelque doux baisers plein d’attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 7 Avr - 22:10

Il était évident que la jeune femme se trouvait particulièrement bien dans les bras ô rassurants de cet homme, qui se trouvait à ses côtés. Noah avait cette capacité extraordinaire de pouvoir apaiser ses angoisses, ses maux pour ressentir que cette plénitude si délicieuse à ses côtés. Un effet sur elle qu’il avait eu dès le premier jour de leur rencontre en dépit de la méfiance naturelle qu’elle lui avait adressé à cet instant. Elle s’était laissé manipuler par cet homme, sa capacité à charmer et à détruire si aisément les barrières qu’elle avait si bien forgée autour de sa personne. En faisant d’elle, sa protégée, en la prenant sous son aile, il était devenu ce protecteur, cet ami indispensable à son équilibre et qui avait fait d’elle, la jeune femme qu’elle était aujourd’hui. Elle avait tant appris de choses à ses côtés, s’était ouverte à lui plus qu’à personne d’autre et elle ne pouvait nier qu’elle ne voyait sa place aux côtés de personne d’autre que lui. Elle comptait faire de son mieux pour conserver cette place si particulière, exceptionnelle dans l’esprit de l’étudiant, la chérissant tant et ne pouvant supporter l’idée qu’une autre puisse se l’approprier.

Un sentiment similaire à celui qu’une jeune amante pouvait éprouver à la menace d’une autre concubine de son amant. Cette jalousie taraudait tant son esprit ces derniers mois, ne pouvant supporter l’idée de connaitre l’identité de ces dernières tant cela l’insupportait, la rendait colérique quand bien même s’efforçait-elle à rester calme, indifférente à tout cela car elle ne pouvait n’être qu’impuissante face à cela. Elle n’était sans doute pas assez bien, assez mure pour devenir un objet de convoitise, d’intéressement aux yeux de cet homme quand bien même s’efforçait-elle de devenir une femme jour après jour. La tendresse avec laquelle son ami la recouvrait ne pouvait nullement lui mentir sur l’affection qu’il lui portait. A ses côtés, elle se sentait de nouveau être une princesse choyée et cela emplissait son cœur d’une joie particulière. Elle se trouvait si bien à ses côtés, que son esprit s’est laissé entrainer dans ce songe reposant et incroyablement nécessaire. Les émotions qui l’avaient taraudés au cours de la journée avait été si épuisantes, dévastatrices et également si surprenantes, qu’elle se trouvait tout simplement vidée de toute capacité à analyser ce qu’il se passait au sein de sa relation avec son ami et protecteur. Pourtant le contact de ses lèvres contre les siennes venait tapisser ce doux songe dans lequel elle se trouvait plongé, bien au chaud au creux de ses bras si confortables et rassurants. Sa respiration s’était apaisée naturellement en dépit du trouble que cet homme lui intimait à vivre depuis leur rencontre quelques heures auparavant. Ce baiser doux et à la fois passionné hantait son esprit et son cœur tant elle en avait rêvé en secret. Elle ne s’était nullement attendue à ce que tout ceci se produise, il s’agissait d’un fantasme qui ne pouvait que prendre réalité dans ses rêves et pourtant, elle sentait la chair brulante de cet homme la serrer contre lui, enveloppant son âme de ce cocoon si appréciable et envoutant duquel elle se trouvait tant dépendante à ce jour. Sa peau frissonnait délicatement au contact des phalanges de Noah le long de son bras qui venaient se choir contre son poignet pour remonter très délicatement. Une attention que son corps inconscient approuver comme le tendre contact des lèvres de cet homme contre son front. Des contacts doux et tendres qui ne purent que la faire réagir doucement, la sortant de son songe comme pour s’assurer qu’elle ne les rêvait pas. Elle s’éveilla donc délicatement contre lui, sans oser le moindre mouvement tant elle se trouvait divinement bien dans cette position, contre lui, sous ses actions affectueuses. Son cœur reprit de nouveau une cadence plus mouvementée, plus troubler alors qu’elle se rendait compte qu’elle ne pourrait que se sentir d’autant plus dépendante de tout cela.

Une tendresse qu’elle appréciait trop pour qu’elle soit que purement innocente de sa part. Les yeux clos, elle vint délicatement glisser l’une de ses menottes contre les phalanges taquines de cet homme qui éveillait sa chair au travers de ce toucher si délicat. Elle vint laissait ces doigts caresser ceux de cet homme avec la même tendresse avant d’y mêler les siens. Un geste résolument démonstrateur des sentiments qui l’étreignait pour cet homme alors qu’elle venait sourire délicatement en ouvrant délicatement ses paupières pour rencontrer de nouveau le regard si envoutant de son ami, qui ne pu que la troubler d’autant plus. Les prunelles de ce dernier se trouvait si sombre, si intense et à la fois si tentatrices qu’elle resta quelques secondes à les contempler, admirant ce visage si attirant qui se trouvait à sa portée. Elle mourrait d’envie de se rapprocher de ce dernier, de laisser de nouveau ses lèvres rencontrer la chair si délicieuses et enivrantes de leurs comparses. Elle se sentit se relever doucement pour venir à sa rencontre, approchant son visage près du sien, ses lèves se rapprochant de cette chair si désirable. Une action de sa part que ce dernier ne semblait nullement réprouver, venant même baisser son visage près du sien pour réduire la distance qui les séparaient. Ils ne disaient mot, se détaillant simplement avec intensité.

Un baiser quelle ne pu lui offrir, la sonnerie de l’interphone retentissant avec violence au sein de l’appartement. Cette intrusion intempestive, les surprirent alors qu’elle s’éloignait de lui pour adopter une position plus conventionnelle, lui laissant la possibilité d’aller ouvrir la porte à l’intrus qui venait lui rendre visite. Une personne qu’elle ne connaissait nullement mais qui ne semblait pas l’être pour son ami. Un simplement coup d’œil, lui suffit pour comprendre qu’elle se trouvait être une de ses amantes et cette pensée ne pu que la rendre folle de rage. Des larmes de frustration, de colère menacèrent ses prunelles vert émeraudes alors qu’elle se levait précipitamment sans rien dire, telle une voleuse pour se cacher au sein de la salle de bain, derrière laquelle elle vint se cacher, tremblante et résolument plus jalouse que jamais. Elle sentit une larme s’abattre contre sa joue alors qu’elle se mordait la lèvre pour contenir l’afflux de ce chaos émotionnel qui la submergeait tant elle se trouvait perdue, sur le point de craquer tant ce sentiment l’étreignait bien plus qu’il ne l’aurait du, tout simplement.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 21 Avr - 17:39

Le corps endormie de sa protégée contre lui ne pouvait le laisser indifférent et enchantait son regard qui se réjouissait de sa présence. Il détaillait ses formes avantageuse pour une jeune fille tout juste sortie de l'adolescence, encore si fraîche et pure. Elle était si jolie si simplement blottie contre lui, et il ne se lassait pas de cette vision ayant délaissé complètement le film pour se concentrer sur elle, sur son expression apaisée, ses yeux clos et sa respiration tranquille. Noah laissait naturellement et tendrement ses doigt parcourir le bras de la demoiselle avec une grande douceur. Il laissait juste son affection pour Jane s'écouler doucement sur son bras en se trouvant tout particulièrement sensible à sa présence contre lui. Il se trouvait énervé et agité par ce corps désirable qui se présentait à ses yeux. Bientôt la main de Jane vit rejoindre ses doigts qui traçait de délicate rainure sur son bras ce qui lui indiqua sans doute que la jeune fille venait de se réveiller de son sommeil, quand bien même gardait elle les yeux fermés. Leurs doigts se joignirent puis leur main pour se lier l'une à l'autre dans un geste tendre et significative pour les deux personnes qui n'avaient jamais vraiment démontrer ce genre de sentiment l'un pour l'autre. Pourtant ce soir, il ne cessait de se lancer ses signe de bien être et d'attirance l'un pour l'autre et du bonheur de leur rencontre et liaison. Jane vint lui adresser un si beau sourire comme elle relevait délicatement ses paupières.Ainsi, Noah eut la possibilité de se replonger dans les yeux si clair et envoûtant de sa complice et camarade. Il l'observait avec attention et envie, son regard la détaillaitn passionné. Comme chacun de ses geste, comme son cœur qui battait si fort cotre sa poitrine, son regard n'exprimait que cette envie qu'il portait au corps et au cœur de sa compagne. Il ne pu qu'être particulièrement impatient et heureux lorsqu'il la vit se relever doucement vers lui pour entreprendre une approche irresistible. Il se trouvait bien troublé par l'attitude de la jeune femme et fasciné par sa beauté à cet instant ou elle se rapprochait de lui pour qu'il puisse une nouvelle fois se rencontrer charnellement. Il se laissait faire, espérant autant qu'elle recevoir cette faveur de ses commissure si pulpeuse et attirante. Le jeune homme ne saurait reculer, il voulait posséder à nouveau les lèvre de la demoiselle et si il se laissait emporté par sa passion, posséder le corps entier de la demoiselle. Il esperait grandement rencontrer à nouveau ses lèvres.

Toutefois comme il se trouvait tout à fait proche l'un de l'autre, sur le point de se rejoindre pour se lier l'un à l'autre par l'alliance de leur lèvres, une sonnerie retentit. Un son qui les arrêta net comme on sonnait à sa porte. Instinctivement il tourna la tête vers la fenêtre quand bien même il n'avait aucune chance d'apercevoir d’où il se trouvait la personne qui venait les déranger dans ce moment d'intimité. Il avait bien envie d'ignorer la requête sonore et poursuivre le baiser avec Jane, feindre d'être absent à cet inconnu qui venait lui rendre une visite incongrue et inattendue. Cependant, il était déjà trop tard. Coupé dans son élan, Jane s'était déjà reculé en adoptant une position plus convenable pour lui laisser l'opportunité d'aller ouvrir la porte à la personne qui avait sonné. Il se leva donc et se dirigea vers la porte de son appartement et ouvrit celle ci. Il se retrouva à sa plus grande surprise avec une de ses amantes, une étudiante de sa classe avec qui il n'étudiait pas que les cours. Il ne l'avait jamais emmener chez lui, et se trouva particulièrement interrogé de sa présence à son appartement, les évenement de cette soirée lui avait fait oublié qu'il lui avait donné son adresse pour qu'elle puisse venir récupérer un livre sur Lord Voldemort qu'il devait lui prêter, celle ci réalisant une étude sur ce grand mage noir. Il était toutefois évident qu'elle ne venait pas que pour cela comme leur travaux finissait bien souvent d'une tout autre manière, son décolleté qui laissait apparaître sa poitrine fort avantageuse ne pouvait tromper ses intentions. Il écarquilla les yeux avant qu'elle ne vienne sauter dans ses bras, ayant toujours cette attitude enfantine qui l’exaspérait. Il se retira de ses bras et s'adressa à elle en murmurant. Il lui demanda ce qu'elle faisait là sans même la saluer chaleureusement, il lui dit vivement de ne pas rester là, qu'il avait des choses à faire et aucun temps pour elle. Elle sembla surprise et balbutia qu'il avait dit qu'elle pourrait passe et qu'elle pensait qu'il voulait s'amuser avec elle, comme elle en avait envie aussi. Noah lui dit qu'elle avait mal interpréter ses propos et qu'elle ferait mieux de rentrer chez elle. Son regard n'avait rien de tendre envers la jeune fille, bien loin de ce qu'il pouvait montrer d'habitude à cette jeune femme. Il était irrité qu'elle vienne troubler Jane. Il entendit une porte claquer dans l'appartement. Sa visiteuse n'eut pas besoin de plus d'explication, elle approuva d'un signe de tête et reparti visiblement décu et sans même récupérer le livre.

Le jeune homme referma la porte derrière la jeune femme, et rejoignit la porte de la salle de bain qui avait claqué un instant auparavant, indiquant clairement que sa jeune amie s'était réfugiée derrière. Il vint frapper délicatement contre la porte de sa salle de bain avant d'essayer d'ouvrir en tournant la poignée, en vain.

« - Jane !» murmura t'il doucement à l'adresse de la porte.

« - Ouvre moi, s'il te plait. » Il n'y eut pas de mouvement et Noah ne patienta pas, il voulait la rejoindre, depuis qu'il l'avait quitter sur le point de 'embrasser, il n'aspirait qu'à retourner contre ses lèvres et continuer. Il prit sa baguette magique et ouvrit la porte d'un simple sortilège avant de la pousser doucement pour se glisser dans la salle de bain où il trouva sa protégé au visage empreint de larme, une nouvelle fois ce soir. Il attrapa ses épaules délicatement et pourtant avec force pour venir la pousser contre le lavabo et l'embrasser, rejoindre ses lèvres qu'il était sur le point de retrouver, bouleversé par son regard. Il vint l'embrasser passionnément, rejoignant ses lèvres avec bonheur et envie. Comme l'autre fille importait peu comparer à elle, il la désirait, plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 21 Avr - 20:09

Résolument frustrée, Jane ne pouvait nullement le nier tant ce sentiment étreignait la moindre parcelle de sa chair. Une frustration mêlée à une profonde jalousie qu’elle ne pouvait nullement camoufler tant cette dernière se faisait intense et profonde. Elle se trouvait tellement habitée par ce sentiment qu’elle ne pouvait empêcher ses larmes de s’écouler sur sa joue. Elle se sentait pathétique, terriblement déçue par elle-même d’être à ce point sensible à cette intrusion inopinée de cette femme qu’elle méprisait du plus profond de son âme. Cette intimité qu’elle semblait avoir avec son ami, la rendait particulièrement folle de rage et elle n’avait pu rester plus longtemps de marbre lorsqu’elle l’avait vu se jeter au cou de Noah, comme une amante bienheureuse de retrouver les charmes de son bel apollon.

Elle n’avait pu s’empêcher de croire qu’elle était de trop dans ce tableau si typique sans doute de la vie de son ami. Il n’y avait résolument rien d’étrange à ce qu’il soit si convoité par la gente féminine. Il était un homme charmant, souriant, résolument envoutant lorsqu’il le désirait. Elle-même concédait être sous son charme au point d’avoir envie de lui. Il était celui qui éveillait la femme qui somnolait dans sa chair et ce baiser qu’il lui avait volé quelques heures auparavant désormais, ne pouvait point quitter ses pensées. Elle pouvait encore sentir la chair brulante et douce de ses lèvres contre les siennes, le contact cocasse et sensuel de sa langue contre la sienne dans ce ballet merveilleux qui lui avait permis de faire fuir toute ses peines et sa frustration d’être simple spectatrice du haut de ses seize ans. C’était pourtant ce qu’elle était à cet instant et cela la rendait tout simplement folle. Elle essuyait donc ses larmes avec forces, s’injuriant intérieurement de les verser, tant tout ceci n’était nullement digne de sa personne. Depuis quand, se trouvait-elle si sensible ? Elle, qui avait toujours tout traversé la tête haute, se rendait ô combien compte que Noah s’était emparé de la partie de son cœur qu’elle n’avait concédé à personne jusqu’à ce jour.

Elle tenait à lui, plus qu’à quiconque et ne pouvait supporter l’idée de le savoir auprès d’une autre femme qu’elle. Elle comprenait désormais l’animosité dont elle faisait preuve envers les amantes de son ami et ne pouvait que s’en sentir troublée, tant elle n’était nullement sure d’avoir le droit de l’être. Elle avait peur de le décevoir, qu’il cesse de la voir comme une femme digne de sa confiance au point de ne plus être en mesure de se contrôler en agissant de façon si impulsive, comme une lâche. Cette pensée ne pouvait que la rendre d’autant plus tremblante, agitée et terrifiée à cette idée. Elle s’intima de reprendre contenance, d’essayer rageusement ces gouttes d’eaux qui s’écoulaient de ses prunelles, qui se trouvaient encore plus brillantes qu’elles ne l’étaient auparavant. Elle sursauta lors qu’elle sentit le propriétaire des lieux frapper délicatement contre la porte qui lui faisait dos. Elle s’en éloigna sans pour autant répondre à son appel. Elle n’était pas encore prête à agir de façon détachée, convenable et digne de sa part.

Sa voix restée bloquée dans sa gorge et elle s’efforça simplement à regagner un peu de dignité. Elle savait qu’il n’allait pas rester inactif face à son silence, ce qui ne manqua nullement de se produire alors qu’elle sentait la porte se déverrouiller. Elle ne pouvait pas fuir et ne pu que détourner son regard lorsqu’elle le vit pénétrer dans la pièce. Elle ne parvenait pas à le regarder en face, sa jalousie étant encore bien trop vive pour agir comme si de rien n’était. Elle ne pu donc qu’être complètement décontenancée par l’action de son ami qui en s’approchant d’elle vint se saisir délicatement de ses épaules pour la pousser contre le lavabo. Acculée contre ce dernier, elle pouvait sentir le corps de son ami venir se coller contre le sien, l’empêchant de fuir. Une action brusque et si masculine, envoutante également. Elle sentit son cœur rater un battement tant il semblait fou au sein de sa cage thorarcique.

Elle le trouvait magnifique à cet instant et sa chair ne pouvait que se sentir agitée tout contre lui. Une fébrilité qui ne pu que s’accroitre à l’instant où elle sentit les lèvres de Noah se rapprocher de ses lèvres. Sans un mot, ni aucune hésitation et de la façon la plus naturelle qu’il soit, comme quelques heures auparavant, elle sentit de nouveau ses lèvres capturer les siennes dans un baiser ô envoutant. Un baiser résolument merveilleux, passionné dans lequel elle se laissa totalement faire. Sans omettre la moindre résistance, elle sentait les lèvres brulantes et enivrantes de son ami se mouvoir contre les siennes alors qu’elle sentait ses phalanges se choir au creux des bras de ce dernier, venant caresser ses bras car elle se trouvait bien plus petite que lui pour accéder à ses épaules, sa nuque désormais qu’elle se trouvait bien nu. Un baiser auquel elle ne pu que répondre, laissant son ami accéder à sa bouche pour rendre le baiser encore plus sensuel et envoutant. Elle sentait sa peau brulante et tremblante, résolument enivrée par la masculinité que dégageai l’échine de Noah.

Elle se trouvait sensible à ses charmes et le contact de ses phalanges qui glissaient sur ses bras, sur ses hanches pour rejoindre le dos de ses cuisses ne pouvait que l’envouter. Elle se sentit être soulevée par la poigne douce et forte de son ami pour être déposée sur le lavabo, se retrouvant ainsi à sa hauteur. Son cœur fou dans sa poitrine, l’obligeait à respirer fortement, laissant échapper de doux soupirs lorsque Noah venait libérer un instant ses lèvres pour venir le voler de nouveau. Son esprit se trouvait résolument incapable de songer à quoi que ce soit, ses sens ayant pris le contrôle de sa chair et de son cœur alors qu’elle venait glisser ses doigts sur la peau douce et chaude de son protecteur et ami de toujours.

Une action dans laquelle, elle vint voler à son tour les lèvres de son ami sans penser une seule seconde à son action. Ces lèvres, elle ne désirait nullement s’en dégager comme de l’emprise qu’avaient ses doigts sur sa chair. Elle voulait profiter de ses bienfaits, de sa douceur, de sa passion également. Elle se sentait enfin femme à cet instant et sa chair ne voulait nullement que ces cajoleries ne cessent. Elle l’embrassait donc avec la même passion, ses doigts remontant sur sa clavicule pour rejoindre sa nuque, ses pectoraux. Elle sentait son corps devenir plus sensible, plus fébrile alors que son désir s’éveillait délicatement au creux de ses entrailles. Elle se consumait de désir mais elle était incapable de l’avouer, sa gorge bien trop nouée pour pouvoir le faire tandis que ses sens et son corps s’exprimait pour elle, par de simples soupirs d’aise. Elle ne voulait pas s’éloigner de cette bouche, elle était disposée à rester des heures ainsi à profiter de ces baisers et ces caresses tant elle se trouvait folle à son contact. Elle avait envie de lui…




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Sam 10 Mai - 17:12

L'irruption de cette camarade et amante était tout à fait inopportune aux yeux de Noah qui ne souhaitait que la compagnie de sa chère et tendre protégée. Il ne pouvait se montrer agréable avec cette intrus qui s'imposait devant son appartement venant briser son intimité avec Jane et par la même occassion le repos et l'apaissement de la jeune sorcière en lui imposant une relation qui ne pourrait que la rendre mal à l'aise. Lui avait tant souhaité l'embrasser de nouveau et son ame savait que rejoindre ses lèvre ne lui aurait plus suffit. Il voulait lui offrir tout le réconfort qu'il pouvait entre ses bras, alors l'entrée en scène de cette intrus l'avait particulièrement importuné. Ses mots pour l' envahisseuse ne se firent guère tendre comme il l'avait renvoyé sans la moindre compassion pour retourner au plus vite auprès de sa charmante invitée qui comptait bien plus à ses yeux. Pourtant lorsqu'il s'était enfin débarasser de l'étudiante, sa jeune amie avait fuit du canapé ou il l'avait laisser et il n'eut nul besoin d'être un génie pour comprendre qu'elle s'était réfugier dans la salle de bain sans doute perturbé par l'arrivée innopinée d'une de ses amantes sans importance, une de ses filles avec laquelle il passait juste d'agréable soirée entre leur bras. Pourtant elle n'avait que peu de valeur à ses yeux, seul Jane comptait, toute les autres n'avait que d'interet de que ce q'elle pouvait lui offrir d'un certain bien etre. Mais aucune n'avait de poids contre sa précieuse Jane qui avait pour lui plus de prix que toutes les femmes de ce pays. Il l'avait choisi et élu et n'accepterais à ses coté comme une égale que cette demoiselle en qui il avait entièrement confiance. La blesser, lui donner l'image d'un tombeur de femme – même s'il l'était- ne lui convenait pas. La petitesse de ses femme ne devait pas dénaturé cette relation sublime qu'il entretenait avec elle, il ne pouvait le permettre car elle comptait infiniment plus que les autres.

Il n'avait pas hésité à ouvrir cette porte pour la rejoindre, l'embraser et la consoler de cette ijustice qu'elle venait de subir. Il la désirait plus que tout, désirait ses lèvres, son corps sublime et surtout pas qu'elle ne souffre aucunement. Jane se trouvait être si sublime, si magnifique dans ce nouveau corps aux courbes feminines terriblement sensuelles. Il ne lui avait pas vraiment laisser le temps de réaliser sa venue et s'était précipiter sur sa rotégé pour l'embrasser. Elle lui répondit positivement, se laissant aller sous les baiser de l'homme qui savourait le contact doux de ses lèvres intactes et fraiches. Il sentait le contact doux et fébrile des phalange de Jane se choir sur ses bras pour les caresser tendrement, enflammant les battement de son cœur à cette action toute enivrante, affaiblissant l'homme face à la pureté et la douceur de cette jeune femme qu'il avait souvent rever de découvrir de cette manière envoutante tant elle se trouvait merveilleuse. Il laissait lui aussi ses doigt glisser contre son corps qu'il parcourait avec interet et joie, goutant sous ses pores la délicate peau pale de son élue. Il vint rejoindre ses hanche, puis ses cuisses pour venir avec force la surrelevé en l'asseyant sur le canapé, la mettant ainsi à sa place, à sa hauteur.

Il ne se lassait nullement de ses lèvres et ne venait les libérer que pour reprendre sa respiration et entendre avec une certaine fierté ces petits soupirs enchanteur s'extirper des lèvres de sa bien aimée Jane. Lui même regrettait leur absence dans l'infime manque que l'inspiration necessitait pour revenir s'emparer encore et encore de la douceur entêtante de la jeune fille. Il se sentait si faible face à cette attraction, cette attirance que son corps, son visage provoquait sur son âme depuis qu'il l'avait rencontré sept ans auparavant. Sensible au doigts qui se balladait sur son corps avec plus en plus d'assurance, des douce caresse qui éveillait le desir masculin de Noah, chaque doigts effleurant sa peau venait brûler un peu plus son corps et accélérer les battement de son cœur. Lui, debout entre les jambes de la jeune femme venait d'une main caresser les cuisses de sa partenaire, l'autre la maintenant contre lui avec une certaine force comme elle était venue l'embrasser. Ses lèvres étaient venue se sceller à celle de Noah qui les avait accueilli à nouveau avec passion, ne s'en lassant nullement, tout comme du contact de ses formes sous cette chemise.

La main qui parcourait ses cuisses se fraya inconsciemment un chemin vers la taille de la demoiselle sans ôter la chemise qui se trouvait de toute facon trop grande pour elle, il vint effleurer de ses doigt avec un intérêt tout particulier le ventre plat et de Jane, découvrant son nombril, la forme de ses légers abdos, le bas de ses cotes puis comme il la caressait avec lenteur en savourant ce contact, le bout de ses doigts rencontrèrent le dessous de sa poitrine. Il lui sourit doucement, le cœur battant plus vivement encore comme il se sentait particulièrement enchanter. Son envie d'elle ne pouvait que le pousser à poursuivre, son regard scruta celui de sa compagne pour avoir son accord, pour pousuivre avec la certitude qu'il assouvirait ce soir un fantasme presque innavouable en raison de leur différence d'age. Pourtant il sentait sous ses doigts la féminité de la demoiselle dans sa plus grande merveille, et le cœur de celle-ci battre à l'unisson du sien. Elle restait là, sembait si sensible que sa main vint s'imposer à ce sein si chaleureux, ses levre venant gouter une nouvelle fois ses lèvres, plus furtivement que précédement comme il murmura entre de multiple baisers, les yeux souriant en la dévorant.

« - Je te désire tant Jane, si tu savais comme je rêve de posseder enfin ton corps. N'ai nulle crainte, je serais doux. »

Il lui offrit un baiser tout à fait passionné à la suite de ses mots, laissant sa langue partir à la rencontre de sa comparse pour entamer une danse sensuelle et exquise. Il lui offrait toute sa passion, tout son désir par ses mots ses gestes. Il était auprès d'elle plus sincère que jamais et laissait son corps exposer enfin ce qu'il contenait depuis tant de mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Sam 10 Mai - 20:13

Ses lèvres prisonnières de celles de son ami, protecteur, Jane se laissait délicatement dévorer par ces délicieuses muqueuses. Le cœur battant tel un aliéné au sein de sa poitrine, les yeux clos, elle savourait pleinement la délicieuse chaleur que ce baiser pouvait initiait au creux de son ventre. Charmée par le manège que se livrait leurs lèvres, elle ne songeait plus à rien, incapable de songer rationnellement. Au contact de cet homme, elle oubliait ô combien elle s’était sentie démunie de quelques instants auparavant. Elle ne songeait plus à rien, si ce n’est au feu envoutant que cet homme initiait en sa chair. Elle se trouvait résolument sensible à la magnificence de cet homme. Ses actions envers elle, l’enivrait, la rendait folle au point qu’elle ne cherchait nullement où cet échange charnel et cocasse allait les conduire. Elle avait envie de lui, qu’il poursuivre ses baisers, ses caresses sur sa chair. Il éveillant tant de choses en elle, depuis ses derniers mois. Elle ne savait pas quand cela avait commencé mais le baiser qu’il était venu lui voler un peu plus tôt en s’imposant à elle, si aisément avait intensifié ce brusque changement dans leur relation. Elle voulait qu’il la touche, qu’il laisse ses phalanges glisser contre sa peau, qu’il la considère comme une femme. Du haut de ses jeunes années, de sa seizième année, elle voulait qu’il la fasse sienne.

Elle n’avait aucune ambiguïté sur cette envie de sa part. Il hantait ses pensées depuis trop de temps pour qu’elle puisse en douter. Elle sentait sa chair à fleur de peau tant son cœur tambourinait dans sa poitrine. Elle l’embrassait avec la même passion qu’il le faisait. Sa gorge ne pouvait camouflait l’émoi dans lequel se trouvait son être, exprimant de légers gémissements et soupirs qui semblaient envouter son ami. Leurs lèvres se dévorées avec force et appétence. Elle appréciait leurs contacts, elles enflammaient sa chair et la rendait cruellement dépendante. Le parfum fort et subtil de Noah frôler ses narines, enivrait ses sens tandis que ses doigts se glissaient avec timidité mais passion sur la peau de Noah. C’était la première fois qu’elle avait envie d’un homme, qu’elle laissait son désir dominait ses sens. Sans doute devait-elle paraitre novice dans cet échange mais, Noah ne semblait nullement lui en tirer rigueur. Elle pouvait sentir son cœur battre tout aussi fort dans sa poitrine que le sien. Un battement fou et fort, qui lui faisait pleinement prendre conscience qu’il avait réellement envie d’elle, comme elle pouvait le désirer. Elle sentait l’émotion submergeait son être, lui faisant perdre toute rationalité. Elle laissa sa main retrouver la clavicule, les pectoraux de son ami pour le frôler, le découvrir avec avidité et ambition. Un torse finement musclé mais bienveillant et agréable. Son autre main venait caresser les traits de son visage, sans nuque pour empêcher ses lèvres de quitter les siennes.

Pourtant ces dernières n’avaient de cesse de s’éloigner des siennes pour quelques secondes. Des secondes bien trop longues pour ses sens, qui sensibles ne pouvaient qu’être en manque. Des abandons, qu’elle lui pardonnait aussitôt lorsqu’elle le voyait revenir à elle pour poursuivre cet échange merveilleux, envoutant et étourdissant. Elle sentait ses portes frémir au contact des mains masculines et brulantes de ce dernier contre ses cuisses. Il éveillait sa chair, la rendant plus sensible que jamais à sa personne. Le souffle court, elle détailla Noah, les yeux brillants de cette douce euphorie qui habitait ses sens au contact de ses doigts. Elle pouvait sentir sa main glisser contre taille pour glisser sur son ventre, ses côtes. Ces gestes se faisaient lents et doux mais les effets sur sa chair étaient profonds.

Il lui souriait, résolument ému et enchanté. Elle ne disait mot, le laissant ainsi la découvrir. Elle le désirait tout autant et les signaux qu’envoyaient son corps ne pouvaient aller qu’à ce sens. Ce dernier semblait l’entrevoir sans qu’elle n’ait besoin de s’exprimer. Il vint ainsi laisser sa main glisser contre l’un de ses seins. Une action qui ne pu que la troubler d’autant plus, sentant son cœur rater un battement tant la présence de ces doigts l’enivrer. Elle se laissa embrasser de nouveau, furtivement à son plus grand déplaisir. Elle soupira légèrement, quelques peu frustré du contact fripon et papillon de ces lèvres si enivrantes. Il lui souriait, ravi de l’effet qu’il avait sur elle. Il lui avoua qu’il avait cruellement envie d’elle. Elle n’avait pas la moindre d’idée d’ô combien il rêvait de posséder enfin son corps. Un aveu qui ne pu que rendre son regard plus brillant, plus fébrile que jamais, la laissant résolument à court de souffle. Elle aussi avait envie qu’il la possède, qu’il la fasse devenir sienne. Ce désir cuisant n’avait de cesse de tarauder son esprit. Elle soupira lorsqu’elle le sentit se rapprocher de ses lèvres. Elle le détaillait avec émotion, ayant seulement la force de prononcer son prénom alors qu’elle se perdait de nouveau à son baiser. Elle se laissa mener, la langue taquine de son ami venant retrouver la sienne. Il était envoutant, ces baisers l’étaient tout autant et elle fondait littéralement. Elle savourait ce baiser, y répondant avec le même empressement. Sa main vint retrouver sa nuque avec force tandis que leurs nez se frôler, se caressait dans ce baiser. Elle se trouvait beaucoup moins timide, sa poitrine s’affermissant contre les taquineries de cet homme qui rendait sa chair si brulante. Son autre main vint se perdre dans les cheveux de Noah, pour les enserrer délicatement, venant se coller contre lui. Elle avait chaud, cruellement envie qu’il continue ses actions, ses caresses, ses baisers. Elle voulait bruler sous son corps, ses baisers.

« J’en ai tout envie, Noah. » Avoua-t-elle dans une voix brisée et courte tant son cœur battait horriblement vite dans sa poitrine. Son regard brillant vint se plonger dans le sien alors qu’elle se mordait délicatement la lèvre. « J’ai envie de toi. Possède mon corps, s’il te plait. » Elle rougit, sentant ses joues devenir plus brulante, murmurant simplement contre ses lèvres. « Je te veux. Fais de moi, une femme, Noah… » Elle le regarda avec intensité, ses yeux brillant de cette lueur, lubricité qu’elle ne pouvait camoufler. Elle voulait qu’il lui fasse connaitre ce monde qu’elle méconnaissait, qu’il lui faisait délicatement découvrir ce soir. La seule chose qu’elle voulait : qu’il ne s’arrête pas. Elle le désirait bien trop à cet instant.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Mer 28 Mai - 16:44

Jane était résolument belle et désirable, ses yeux si jolis et brillants, si expressifs. L'homme avait résister à ses formes qui se dessinaient, s'accentuait sous ses yeux depuis des années transformant le corps enfantin de la demoiselle qu'il aurait pu voir comme une sœur en celui d'une femme voluptueuse et généreuse. Il lui devenait difficile de ne pas considérer cette allure qui se faisait de plus en plus sexy. Noah ne pouvait plus résister, mainte fois il avait succomber ce soir à ses lèvres, à la contemplation de ce corps qui savait faire chavirer son cœur et sa bonne volonté. Il la désirait, comme un homme, comme ses amantes, plus qu'elles encore, ses yeux s'étaient nourri de sa beauté, de sa pureté, de sa candeur. C'était celle qu'il avait élu naturellement, sa protégée, celle qu'il voulait emmener au sommet à ses cotés, dans tous les sens du terme et aujourd'hui, de manière très luxuriante. Il la caressait, découvrant avec plaisir la douceur de ses formes, de sa peau fraîche de sa poitrine dans la chaleur humide de la salle de bain. Il sentait le cœur de la demoiselle battre sous ses doigt, la devinant sensible mais tout aussi curieuse ou désireuse, à moins que ce ne fut le stress et la peur qui ne fit battre son cœur de manière si précipité. Peut être était ce tout cela à la fois, il ignorait si elle était habitué à cette intimité entre un homme et une femme, en doutait grandement comme il s’entraînait à la légimancie avec elle et qu'elle ne savait bloquer ses pensées. Il se faisait très doux avec elle, l'embrassait tendrement, se mettant dans la peau d'un homme découvrant l'amour, ce qu'il était un peu au final comme chaque compagnon était une nouvelle aventure. Il lui avoua la désirer, lui avoua ses rèves et ses fantasme sur son corps qui le berçait depuis tant d'année.

Il vint emprisonner ses lèvres à nouveau. Celles-ci ne se décollèrent par la suite que pour écouter la voix de Jane qui s'éleva entre quelques baisers pour lui avouer qu'elle avait aussi envie de lui. Tout autant, elle l'avait affirmée même si sa voix se trouvait faible et brisée par une émotion qui empreignait également l'intérieur du jeune homme. Il se sentait si fier et honoré de cette révélation, et les mots qui suivirent ne purent que conforter l'avidité et la fébrilité de l’aîné. Elle lui demanda de posséder son corps, s'il lui plaisait. Elle le voulait et lui quémanda de la faire devenir une femme.Ces mots éveillaient le diable en lui, ce monstre de désir qui rugit de plaisir à cette phrase. Il était juste impensable qu'il ne se soumette pas à cette demande, il en était trop heureux, trop fou. Il sentait une chaleur s'emparer de son corps, un désir intense à ses seule paroles, à cette vision de ses joues rougies par ses paroles et de ses yeux déterminés, assurés, intenses.

Noah ne dit mot, un léger sourire au lèvres il vint l'embrasser à nouveau, laissant sa main savourer encore et encore la pulpe de ce sain, son teton, pour le sentir s'affermir sous ses phalanges. Il l'embrassait avec passion, laissant le lion qui l'habitait exprimer sa ferveur à la jeune femme, venant adorer ses lèvres, sa bouche, sa langue dans un échange bouillonnant. Il la couvrait avec tendresse de baiser, d'abord ses lèvres, puis sa joue, son cou, sa machoire, une manière un peu désordonnée, irréfléchie, tant il ne se laissait guider que pas sa passion en laissant de coté la raison, mais sans la moindre violence ou brutalité, il lui voulait tant de bien. Il sussura doucement son prénom en portant une de ses mains au bouton de sa propre chemise qui habillait la lycéenne. Il défit doucement chacun des boutons, lentement. Ses lèvres ne quittait as sa peau, il ne regardait pas le travail de ses mains qui offrait pourtant à ses yeux une vu sublime, la poitrine et le ventre de la demoiselle qui se dévêtait. Il l'embrassait, descendait vers son col, son décolleté, ses lèvre goûtant le parfum et l'arome salé de cette peau de pèche, délicieuse. Il ne fit aucun geste d'éloignement, ne chercha pas à observe la perfection du buste de sa protégé, celle qu'il avait senti sous ses doigts éclaireurs quelques instant auparavant. Il connaissait leur forme au toucher, leur vue était presque accessoire tant ses autres sens était avivé de leur aventures auprès de Jane qui se trouvait exquise en tout point. Noah laissa sa bouche descendre vers cette jolie poitrine, venant bisouiller, ce sein, le lêcher tendrement, mordiller ce tétons qui ne cessait de durcir sous ses pressions et attentions toutes gentilles, toutes tendres. Ses mains restaient câline sur sa hanche et sa cuisse, il la caressait subtilement, tendrement, sans se montrer plus entreprenant, désirant juste éveiller son désir, rechauffé son cœur, la bruler entièrement, la préparer entièrement à cette marveille qu'il vivrait ensemble, mais comme il serait dommage de se précipité et de ne pas profité pleinement de ce corps qu'il allait posséder pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Jeu 12 Juin - 22:58

Ce désir si cuisant n’avait pu rester silencieux plus longtemps. Le souffle court, le regard brillant, animé par cette passion qu’elle ne pouvait camoufler, Jane se laissait délicatement dévorer par cette appétence qui la retenait prisonnière de ces lèvres, de ce corps si masculin, qui se trouvait face à elle. Elle fondait littéralement sous les attentions de son ami tant ce dernier semblait si bien s’y prendre avec les femmes. Ce qu’elle ne doutait point, en vue des nombreux éloges qu’elle avait pu entendre de la part des ex-conquêtes de son protecteur sur ces talents d’amant. Il est évident qu’elle s’était particulièrement sentie démuni face à ces remarques qui n’avaient pu que la frustrer d’autant plus, la rendant prisonnière de cette jalousie, qui n’avait pu qu’éclater au grand jour.

Une jalousie bien vite oubliée tant les baisers voluptueux et passionné de son ami éveillait sa chair, lui faisant perdre délicatement la tête tant elle se sentait planer, comme si ce moment qu’elle vivait en compagnie de son protecteur se trouvait être l’un de ces rêves les plus inavouables. Elle se trouvait donc à sa merci, se donnant corps et âme à cet homme, pourvu qu’il lui donne enfin ce qu’elle désirait si secrètement depuis tant de moi. Elle le désirait si ardemment, chaque pore de son être réagissait si vivement à ces actions et caresses. Les  baisers de Noah éveillait ses sens, la rendait si fébrile, si possédée par ce sentiment, cette émotion qu’elle découvrait pour la première fois. Elle ne pouvait nier qu’elle le voulait et il était évident qu’il était peine perdue de vouloir le nier tant cela n’avait point de sens. Elle s’efforçait juste à s’acclimater à cette enivrante chaleur, au regard si brulant et profond que lui tendait Noah. Elle devenait une femme. Enfin. Elle le ressentait à cet instant en plongeant son regard dans les prunelles si sombres et pétillantes de son protecteur et ami. Il la regardait avec appétence et fébrilité, celle dont elle se trouvait prisonnière depuis que les lèvres de Noah avaient rejoins les siennes.

Il lui sourit obligeamment, heureux avant de l’embrasser de nouveau. Un contact subtil et à la fois passionné, qui prit délicatement de l’ampleur à l’instant même où les lèvres de ce dernier vinrent se mêler aux siennes. Elle se laissa faire, captive de ces actions, des frisons et de la chaleur étourdissante qu’elles pouvaient lui intimer de vivre. Le contact de ses doigts sur son sein, son bouton de chair ne pouvaient que la rendre d’autant plus fébrile, plus désireuse encore. Elle se perdait dans ce baiser, qui n’avait de cesse de devenir plus fougueux. Ces doigts continuaient leurs caresses dans la chevelure de cet homme alors qu’il venait abandonner ses lèvres pour embrasser sa joue, son cou, sa mâchoire dans une manière désordonnée mais plaisante, enivrante même. Elle sentait sa peau à sa merci, réclamant la moindre de ces attentions tant elle ne savait quoi faire, quoi dire, sa position ne l’aidant nullement à agir de façon plus franche, moins novice.

Elle se laissait donc cajoler par ces lèvres, trouvant cette voix particulièrement sensuelle alors qu’elle susurrait son prénom. Elle aimait l’entendre, le ton employé la rendait fébrile tant il se trouvait chaud et sensuel à son oreille. Elle se contentait simplement de caressait doucement sa nuque, laissant son autre menotte s’échouer sur les avants bras de cet homme qui la rendait si sensible. Elle sentait le tissu de sa chemise se dérober de sa chair sous les actions expertes et tendres de son protecteur, qui n’avait de cesse de la couvrir de baisers. Des baisers envoutants, brulants, qui la rendait particulièrement dépendante tant sa chair appréciait ces cajoleries. Elle soupirait son émoi, son souffle brulant, le cœur fou au sein de sa poitrine. Elle avait chaud, se trouvait si cruellement brulée par ce feu incandescent qui lui faisait perdre la tête. Elle sentait les lèvres de cet homme glisser contre son col, son décolleté pour rejoindre un de ses seins. Une poitrine qui ne vint nullement bouder son plaisir, l’obligeant à gémir délicatement tant cette caresse qu’il lui prodiguait, l’envoutait, la rendait si brulante.

Elle soupira le prénom de son ami, se mordant délicatement la lèvre tout en fermant ses paupières. Sa poitrine vint naturellement se bomber pour profiter des bienfaits de cet homme, qui n’avait de cesse de titiller son désir afin de la dévorer entièrement. Elle n’avait aucune objection à cela, savourant simplement ce feu qui grandissait sensiblement dans sa poitrine devenant d’autant plus présent, que ce dernier poursuivait son action sur sa poitrine, venant taquiner celui qui n’avait profité que du contact déjà si enivrant de ces doigts. Elle laissa ses doigts glisser dans la chevelure de son ami dans un geste possessif, presque indécent mais dont il ne semblait nullement se formaliser, devenant même plus passionné avant de l’abandonner de nouveau pour glisser sa bouche contre sa nuque, la dévorer de ses lèvres. Elle pencha délicatement la tête sur le côté, laissant la pulpe de ses phalanges caresser la peau si robuste et ferme de ces avant-bras pour rejoindre sa clavicule, ses pectoraux avec une douceur et une timidité, qui ne lui ressemblait nullement. Elle savourait le contact de sa chair, sentant sa respiration tout aussi rapide que la sienne alors qu’elle murmurait contre son oreille son prénom de nombreuses fois tant elle se sentait brulante.

Les mains cocasses de Noah, semblait jouer avec ses émotions tant elles caressaient ses cuisses et ses hanches, glissant délicatement entre ses cuisses avant de rejoindre de nouveau ses reins. Elle savourait ce plaisir qui grandissait, graduellement, intensément alors qu’elle sentait sa raison quitter son âme au point qu’elle n’était plus en mesure de songer convenablement, si ce n’est qu’elle avait de lui, bien plus encore qu’elle ne l’avait avoué. Elle voulait qu’il la rende folle, qu’il la possède, la fasse sienne comme aucun homme ne pourrait le faire par la suite. Une envie éhontée de sa part qu’elle ne formulait nullement, mais qui transpirait dans le moindre de ses soupirs. Elle fini de nouveau par murmurer le prénom de son amant dans une voix chaude et brulante, différente des autres fois, qui lui demandait muettement de poursuivre ses actions tant elle trouvait cela envoutant. C’était bon, ces baisers et caresses l’envoutait et son corps parlait pour elle, venant naturellement se mouvoir contre le sien pour profiter de sa chaleur, du plaisir qu’il lui apportait, tout simplement.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Dim 15 Juin - 21:47

La personne de Jane s'offrait à lui dans sa plus belle intimité et elle ne pouvait que réjouir l'étudiant quand bien même cette relation pouvait être réprimé aux yeux des bien pensant. Il avait confiance en Jane et surtout désirait la jeune fille comme une femme, elle réclamait la chaleur de sa présence et il ne savait le lui refuser. Il voulait lui offrir la plus voluptueuse et éclatante des nuits. Plus que le réconfort qu'elle avait semblé réclamer, il voulait la transformer en lui faisant connaître le bonheur de cette aventure à deux, un désir qu'il avait longtemps refréné tnt elle se trouvait jeune et pas prête pour franchir ce pas. Pourtant ce soir, c'est elle même qui venait réclamer à Noah de le lui faire découvrir et il avait l'intention de lui obeir, de la rendre folle de cet échange, de ce partage. Une première fois pour tous les deux. Jane se trouvait si délicieuse, si belle. Il savourait sous ses baiser, la perfection de ses forme qui venait de se former, encore pure et in touchée, peut être pas même dévoilé sous le regard d'un autre homme. Privilégié de cette première rencontre, de cet honneur de pouvoir posséder son corps, l'étudiant se réjouissait et savourait sa victoire comme il savourait le goût et l'odeur de cette peau superbe dont il profitait. Sous ses lèvres, le cœur de la demoiselle battait fortement, accélérant comme il venait embrasser cette zone sensible, les efflerer de sa bouche et le gouter avec appétit, son cœur tout aussi affolé que celui de a jeune fille, malgré sa plus grande experience. La présence de Jane entraînait l'organe dans un rythme inusuel, les percussions d'une danse mouvementée et quelque peu irrégulière mais endiablée, passionnée. Plus rien ne comptait, qu'elle, elle et lui, la rendre heureuse, faire oublier ses larme versée plus tôt, se concentrer sur elle, la concentrer sur lui et partager cette force, cette passion qui l'animait, qui éclatait pour elle dans son for intérieur. Ce bien être qui le parcourait réchauffait sa peau, brûlait son âme tant et si bien que la peau de sa partenaire lui semblait tiède, ni plus brûlante, ni plus fraîche, juste dans cette même ambiance infernal.

Il caressait ses cuisses, embrassait sa poitrine, c'était délicieux. Il la trouvait sublime, divine sous son contact et la voix si sensuelle, si chaude qui s'extirpa de ses lèvres déroba son cœur. Elle semblait plaider pour qu'il continue ses attentions si tendre, qu'il ne s'arrête pas comme si il pouvait le désirer. Les gestes de la jeune fille parlait à Noah, aussi fluide et clair que bien des mots. Elle l'appelait de ses mouvements pour se coller à lui. Sa peau, sa haleur était envoutant. Noah releva le visage vers Jane en venant lui sourire, un vrai sourire comme il ne les reservait qu'à elle, pour la rassurer et sans doute qu'elle lui succombe encore un peu plus. Il revin embrasser ses lèvre avant de laisser glisser une de ses mains sur l'entrejambe de la jeune fille, avec lenteur et douceur, venir caresser sa partie intime nue. Il 'y forca pas de place, caressant juste délicatement ce qu'il pouvait découvrir dans cette position, du bout des doigts. Le contact était chaud et intime, la peau tendre et legere. Il l'embrassait, les yeux clos, se laissant juste emporter dans les chemins enchanteur de leur danse passionné que ses lèvre et sa langue avait entamer avec la jeune femme, dans des mouvement tout décalé au rythme bien plus lent de ses caresses. Il profitait des sensation exquise que ses contact evoquait dans son être, de ses papillon qui se formait dans son ventre pour voleter joyeusement sous sa peau, provoquant de doux frissons sur leur passage. Les doigts explorateurs devinrent plus gourmand pour réjouir le corps de sa belle Jane et il le devinait fébrile sous ses geste, aussi sensible et bouleversé que le sien, passionné aussi, bien que plus timide. Qu'elle se laisse faire, qu'elle répode simplement à ses avance, au plaisir qu'il lui offrait qui convenait , il devinait qu'elle était novice et n'en était que plus heureux, plus satisfait d'être le premier à toucher ce corps qu'il considerait en un sens comme sa moitié.

Quand il désuni ses lèvres de celle de Jane, il sourit doucement en murmurant son nom d'une voix rauque de désir, le souffle court. Son cœur battait fort et son envie d'elle s'intensifiait sous ce regard flamboyant qu'il lançait, elle lui procurait tant de bien être. Il glissa derrière son dos, sur ses rein pour la serrer à lui avant de la faire glisser contre lui, ses mains se déplaçant sous ses fesses pour la porter. Ainsi, il l'embrassa doucement en la transportant de la salle de bain vers la pièce à vivre. La, il se laissa tomber avec elle sur le canapé pour se retrouver au dessus d'elle allongée en venant rire doucement de la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Mar 17 Juin - 16:11

Elle se trouvait cruellement brulante tant elle sentait sa chair se consumer sous les contacts fripons et tendres de cet homme, qui lui faisait vivre cette sensation pour la toute première fois. Un homme en qui elle avait une confiance aveugle tant il se trouvait être tant de choses à ses yeux : protecteur, ami, presque amant. Les rôles qu’il détenait se trouvaient fort nombreux pour qu’elle soit en mesure de résister à ce que lui dictaient ses sens. Les lèvres de Noah avaient un pouvoir enivrant sur ses lèvres, son corps. Elle ressentait cette exquise ivresse pour la première fois et ne pouvait que s’en sentir dépendante tant elle enivrait ses sens. Elle se sentait terriblement bien contre lui, son cœur battant promptement dans sa poitrine comme jamais tant cet homme parvenait à la rendre folle. Elle savourait ses caresses, comme ses baisers, désirant en recevoir d’autant plus que ces derniers semblaient être en mesure de lui procurer du plaisir. Un plaisir qu’elle découvrait tout contre ce corps si masculin, qui la couvrait de toutes ses attentions. Noah ne pouvait ignorer qu’elle appréciait ses actions, qu’elle se trouvait totalement à sa merci, désireuse de ressentir encore plus de bien-être qu’il ne lui en procurait déjà. Son seul regret était de ne pas être en mesure de rendre les caresses de cet homme. En effet, en vue de leur position et des actions de Noah, elle ne pouvait que très faiblement agir pour le faire frémir comme il le faisait si aisément avec elle.

Elle sentait sa respiration brulante et effrénée comme la sienne. Elle se rendait compte qu’elle ne le laissait nullement indifférent tant ses actions se voulaient tendres et coquines. Elle fondait à son contact, résolument envoutée par les charmes de cet homme. Elle ne pouvait que se plier aux avis positifs de ces demoiselles qui chantaient les louanges de cet amant, même si cela la rendait particulièrement jalouse de savoir que d’autres avaient pu profiter de ces mains et lèvres expertes. Aujourd’hui, elle était celle qui profitait de ces bienfaits et ne souhaitait nullement s’en déroger, venant même les réclamer grâce au langage de son corps, qui ne pouvait que trahir son appétence. Un appel que ce dernier semblait pleinement entrevoir, y répondant en venant porter son regard vers le sien. Des prunelles sombres et brillantes, toutes aussi allumées de désir que ne pouvaient l’être les siennes. Ce sourire qui lui tendait, se trouvait magnifique, le rendant incroyablement séduisant à ses yeux tant il la captiver. Elle ne pouvait que le dévorer du regard, laissant ses phalanges glisser sur le torse de cet homme tandis qu’il venait l’embrasser de nouveau.

Un baiser doux, mais langoureux dans lequel elle se sentait perdre pied tant elle appréciait le contact de cette bouche contre la sienne. Il n’avait de cesse de réveiller son désir en tant que femme, la rendant incroyablement fébrile et brulante contre lui. Elle sentit un bruit sourd s’extirper de sa gorge aux contacts cocasses et doux des phalanges de Noah contre son intimité. Une action qui semblait accroitre la chaleur qui ébranlait ses entrailles, la rendant encore plus brulante de plaisir qu’auparavant. Elle pouvait sentir son cœur rater un battement tant ce bien-être qui s’initiait se trouvait incroyablement puissant. Elle avait chaud, cruellement, quand bien même se trouvait-elle nue devant cet homme qui la rendait si ardente en lui faisant vivre ses sensations si captivantes. Les doigts cupides et prometteurs de Noah vinrent caresser cette partie avec douceur et ambition, éveillant son petit bouton de chair qui ne pouvait que l’amener à être traversé par de merveilleux frisons. Elle gémissait contre ses lèvres, prisonnières de ce bonheur et bien-être qu’il initiait dans sa chair. Ses phalanges glissaient sur son torse, descendant sur ses abdominaux, de façon désordonnée comme pouvait l’être son esprit à cet instant. Elle ne songeait plus à rien, si ce n’est à cet homme et à la chaleur de sa chair, ses bienfaits. Les doigts du jeune homme se firent plus gourmands, plus envoutants encore qu’auparavant, la faisant gémir contre sa bouche qu’il dévorait avec ambition.

Résolument ébranlée, troublée par cet homme, elle ne put que se mordre les lèvres lorsqu’il vint s’éloigner de ses lèvres pour murmurer son prénom dans un sourire, qui bouleversait son cœur. Cette voix, cette expression le rendait incroyablement séduisant et envoutant. Elle fondait sous son regard alors qu’il venait délicatement glisser ses mains sur son dos, ses reins pour la serrer contre lui et la porter. Le cœur au bord des lèvres, elle ne disait mot, incapable de dire quoi que ce soit. Elle se laissait donc guider par cet homme, acceptant de nouveau ces lèvres dans un baiser doux tandis qu’il la portait à l’extérieur de cette salle de bain. Elle répondait simplement à ce baiser, laissant l’une de ses mains rejoindre sa nuque tandis que l’autre glissait sur son épaule pour rejoindre son torse. Elle se laissa choir sous lui, sa chute amortie par le tissu du canapé tandis qu’il lui offrait une vue magnifique en contre-plongée sur son corps. Elle le vit rire, le trouvant incroyablement beau et séduisant. Cette simple vision bouleversée son cœur, rendait ses prunelles plus brillantes encore alors qu’elle venait de nouveau voler ses lèvres, des siennes. Elle l’embrassa naturellement, en douceur, mais sans une légère pointe de désir, de passion.

Un baiser dans lequel, elle vint mettre tout son émoi, laissant ses doigts caresser sa mâchoire avant de rejoindre sa clavicule, son torse. Désormais libre de ses actions, elle laissa ses doigts parcourir cette chair avec passion et avidité, trouvant ces muscles si parfaits sous ses doigts. Elle pouvait sentir Noah réceptif à ses actions, sentant ses doigts glisser sur ses fesses, ses cuisses alors que ce baiser s’endiabler, devenait plus fougueux. Elle devenait folle de ce contact, sa poitrine se soulevant délicatement pour frôler le corps de Noah. Ses phalanges vinrent naturellement glisser sur ses abdominaux pour les caresser, rejoignant cette chute de rein qu’elle découvrait pour la première fois sous ses doigts, qui finirent leurs courses contre le tissu du pantalon de Noah. Il était tellement injuste qu’il soit le seul encore revêtu, même si elle n’osa pas s’aventurer plus loin, par timidité et parce qu’elle ne savait pas comment s’y prendre également. Elle se contenta donc de frôler ces reins délicatement, mouvant ses doigts sur son dos avant de le coller plus fortement à sa chair, pour continuer de bruler sous cette chaleur que Noah avait initiée dans sa chair. Elle vint gémir délicatement contre ses lèvres, se les mordant doucement alors que son souffle se faisait court et brulant. Le souffle de Noah n’avait rien à lui envié tout comme la lueur qui brillait dans ses prunelles. Elle souffla son prénom alors que sa bouche glissait contre sa joue, rejoignant sa mâchoire et sa nuque. Elle s’enivra de l’odeur résolument masculine qui se dégageait de sa peau, laissant sa bouche savourait le gout de sa chair. Elle sentait son cœur battre tel un fou dans sa poitrine, s’efforçant tout simplement à éveiller la même passion dans l’échine si bienfaitrice de son compagnon tout simplement.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Worthington Noah
wizard - les âmes magiques
avatar

identity card
parchemins envoyés : 55age : 33
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Dim 22 Juin - 20:40

Noah avait porté sa jolie Jane jusque sur le canapé, serrant le petit corps de la jeune femme contre lui comme elle s'accrochait à lui. Il la fit tomber dessus, amusé par ce petit jeu qu'il organisait avec Jane qui semblait apprécier les gestes et caresses de Noah. Il voyait son corps réagir favorablement à celles-ci, d'autant plus avec la vision très agréable que lui offrait cette position sur le corps nu et sublime de la demoiselle tout juste sortie de l'adolescence. La vue était vraiment aimable, plus qu'appréciable, elle était sexy, et l'avoir sous lui lui donnait un pouvoir, ou du moins un place qu'il avait plus ou moins dans sa relation avec sa protégé. Noah venait l'embrasser avec douceur, son corps gourmand de venir la découvrir et la rencontrer, tant qu'il se sentait hérissé, frissonant de désir pour son amie. Il n'était nullement insensible aux caresse même de la jeune fille sur son torse nu qui alertait son cœur de l'imminente affolement, le désir exultant qui glissait le long de ses veines, nourrissant chaque partie de son corps. Il avait tant rêvé de cette passion entre eux deux, de ce contact si réchauffant, si envoûtant. Il pouvait bien en perdre la raison, ce soir, il semblait qu'il pouvait enfin se laisser aller à ce désir qui s'était éveillé en lui. Il sentait sa respiration vive et profonde, soulevant sa poitrine comme pour la coller à lui, et il aimait beaucoup sentir ses seins venir se serrer à son torse comme il l'embrassait.

Il sentait les mains timide de Jane venir caresser la chute de ses reins et ses fesses, il la sentait fébrile mais réservé, peu assurée, ce qui la rendait sous le regard de Noah que plus adorable, plus désirable aussi. Il comprit immédiatement son intention, à la pression de ses main sur son pantalon, il comprit qu'elle le trouvait encombrant, qu'elle souhaitait le découvrir. Après tout lui même désirait s'en débarrasser comprenant que Jane n'osait pas le faire. Comme cette innocence lui donnait envie de la guider, de prendre grand soin d'elle dans ce partage. Elle le serra toutefois à lui, et l'homme se laissa faire, satisfait par ces baisers, ces caresse qu'elle lui donnait et qui le rendait brûlant pour la chaire de sa jeune amie. Il aimait l'effet qu'il lui faisait, entendant un doux son de gémissement sortir de ses lèvres, envoûtant. Elle savait si bien éveillé ce feu en lui, peut être que sa seule personne suffisait à le rendre dingue, à rendre dingue son cœur qui palpitait d'être si proche, quasiment nu de cette femme sur lequel il avait fantasmer, malgré la différence d'age entre eux. Elle prononça son prénom et il vint doucement lui sourire.

Noah sourit comme le souffle et les lèvres de la jeune femme berçait sa joue avec bonheur. Il se laissait faire, sentant Jane brûlante sous son corps, et ses doigts Elle lui faisait beaucoup de bien, même sans qu'elle ne le cherche, même timide, chacun de ses gestes étaient si doux et bienfaiteur. Il se laissa aller sous ses baisers et d'une de ses mains vint ouvrir la fermeture éclair de son jean ainsi que le bouton. Souriant d'un air coquin, il se releva légèrement pour retirer sous les yeux innocent de la jeune novice son pantalon pour se dévoiler à elle. Il fit tomber le vêtement, et sans tarder ôta son sous vêtement pour se retrouver tout aussi nu que la jeune femme, se mettre à égalité de sa partenaire.

Il n'exhiba pas longtemps à ses yeux sa virilité heureuse et déjà un peu formée comme il désirait la jeune fille. Il se soumit qu'un instant à son regard, préférant retomber lentement sur elle, se coller à son corps, sentir le doux toucher de sa peau sur l'ensemble de son corps. Ce contact le rendait tout particulièrement fébrile, d'autant plus comme nu, sa partie intime venait rencontrer le bas ventre de Jane, un contact non anodin qui le rendait très heureux. Il vit embrasser sa nuque, venant amorcer quelque mouvement du bassin pour se frotter très légèrement contre elle. Ses lèvres gouttaient sa nuque, fruitée, douce, délicieuse et fraîche. Il profitait de cette gorge, l'embrassant de manière presque amoureuse, exalté par cet échange. Il voulait la rendre folle de lui, et ses petits baisers, ses caresses. Il se serrait contre elle, la couvrant de doux baiser qu'il déposait comme du coton sur son corps. Il la voulait pour lui et se montrait très doux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t565-worthington-noah-the-best-endig-is-the-one-you-choosehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Jenkins Jane H.
rabpullus - les âmes craintives
avatar

identity card
parchemins envoyés : 168age : 27
MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   Lun 23 Juin - 9:03

Son corps et son cœur était en effusion. Jamais à ce jour, Jane n’avait connue une telle chaleur l’habiter. C’était étrange et envoutant, salvateur et troublant. Noah avait un tel effet sur elle, son corps, son cœur et son âme. Il était la première personne à qui elle se soumettait. Cette soumission n’avait jamais été une vertu. Son éducation avait été basée sur la domination, la manipulation et la cruauté. On ne lui avait pas apprit à aimer, à s’attacher à autrui, ni même à éprouver un sentiment aussi complexe que celui qu’elle développait pour Noah. Il avait juste eu un tel pouvoir sur elle et ce depuis le jour de leur rencontre. Il était celui qui était venu à elle, celui qui avait fait d’elle sa protégée, celle qu’il avait choisi pour être à ses côtés. Une distinction qui l’avait profondément touchée, lui donnant de nouveau la sensation d’être cette princesse, qui avait perdu tant de crédits depuis la déchéance de Voldemort. Une distinction qu’il lui offrait de nouveau et faisant d’elle, son amante avec une tendresse qu’il avait toujours eu envers elle.

Elle ignorait si elle avait été la seule à en profiter d’une telle tendresse et douceur de sa part, mais égoïstement, elle l’espérait, le désirait. Au fond, cette idée ne l’empêcherait pas de se donner à lui, de lui donner cet accès à sa chair pour la faire frémir et connaitre ce plaisir charnel avec lui. Elle avait bien trop envie d’être à sa merci. Elle s’efforçait juste de lui rendre ses bienfaits, de le rendre tout aussi brulant qu’il parvenait à le faire avec sa chair. Tant de choses avaient évoluées depuis leur rencontre aujourd’hui. Ses baisers, ses caresses douces et tendres, elle en voulait toujours plus. Une addiction dont elle devenait dépendante, succombant à cette dernière sans aucun regret. Elle le dévorait donc de ses lèvres, savourant la chaleur et l’odeur enivrante de ce corps masculin qui s’étendait au dessus d’elle. Il était beau, magnifique et résolument captivant. Elle pouvait sentir le cœur de Noah battre aussi promptement dans sa poitrine, que ses actions perturbaient le sien. Il semblait comprendre qu’elle désirait l’avoir nu à ses côtés également.

Elle le sentait glisser une de ses mains jusqu’à son jean, faisant glisser sa fermeture éclair ainsi que le bouton. Le sourire coquin, résolument enchanté et tenté, elle le sentit se dégager d’elle, quitter sa peau brulante de désir pour retirer ce dernier vêtement. Le cœur battant, le souffle court, elle le regarda faire, admira cette prestance et cet érotisme cupide qui se dégageait de cet homme. La vue qu’il lui offrait, lui donnait d’autant plus envie de succomber à cette cupide appétence qui l’étreignait, l’aveuglait tant cette dernière se trouvait intense. Elle soupira, le souffle court et brulant lorsqu’elle le vit à son tour nu, lui offrant la vision de son bas-ventre quelque peu formée et tendue par ce plaisir qu’elle semblait lui apporter. Elle rougit bien malgré elle, face à l’afflux sanguin que les battements de son cœur prodiguaient à la moindre parcelle de sa chair. Elle sentait même son cœur battre dans ses oreilles tant elle semblait suffoquer d’une chaleur incommensurable. Elle se sentait fondre sous ce regard, sous cet homme, qui vint rejoindre sa peau, se coller à elle.

Un contact charnel qui la fit soupirer d’aise en prononçant le prénom de son potentiel amant, qui semblait sur le point de le devenir réellement. Elle sentait sa chair frémir, devenir plus brulante et sensible à cet homme alors qu’elle sentait sa virilité frôler son bas ventre, provoquant un profond frison se déchainer dans sa chair. Elle s’efforçait de respirer, venant déglutir difficilement tant cette chaleur se trouvait intense. Soumisse, résolument emportée dans les méandres du plaisir par cet homme, elle sentait sa peau bruler, devenir folle sous ses actions. Jamais son bas-ventre, son intimité lui avait semblé si brulante, si impatiente et terriblement aliénée. Elle avait envie de lui, de plus en plus profondément et les caresses de noah sur ses cuisses, ses fesses, ses hanches ne pouvaient faire décloitre. En amante soumise, elle se laissait dévorer par les lèvres brulantes et délicieuses de cet homme, penchant sa tête sur le côté pour profiter de leurs bienfaits, de leurs contacts. Elle devenait folle, laissant sa main glissait sur la nuque de Noah pour la caresser, lui intimait de poursuivre ses bienfaits que ses gémissements ne pouvaient plus camoufler en vu des mouvements de bassin qui l’initiait collé à sa chair. Elle sentait sa poitrine ferme contre son torse, ce contact renforçant cette fermeté tant il éveillé ses sens. Son autre main quant à elle, glissait sur l’avant bras de cet homme pour rejoindre, le creux de ses bras, glissant sur ses côtés, ses reins. La peau qu’elle sentait se mouvoir sous la pulpe de ses phalanges se trouvaient brulantes et fermes, terriblement attrayante. Elles vinrent rapidement retrouver la naissance de ses reins, glissant même un peu plus bas, par cupidité et envie de découvrir cette virilité qu’elle avait seulement aperçue. Une virilité quelque peu ferme, sans doute éveillé par toutes les caresses taquines qu’ils partageaient.

Elle laissa ses doigts la parcourir, sentant le trouble certain qu’ils provoquaient dans l’échine de Noah dont les baisers se firent légèrement plus brulants. Elle ne vint rien faire d’autre que glisser ses phalanges sur cette partie intime de Noah dans de lents mouvements de balancier comme pour pouvoir marquer ses traits dans son esprit, la sentant s’affermir sous son action. Tout ceci ne faisait qu’accroitre la chaleur qui habitait sa chair, elle sentait ses cuisses plus fébriles que jamais, tremblantes sous cet homme. Sa pore mourrait de désir qu’il la possède enfin, qu’il la fasse sienne pour lui faire connaitre les méandres de ce plaisir puissant qu’elle méconnaissait, mais qui semblait si prometteur d’un bien être envoutant grâce à cet homme. La femme en elle s’éveillait et réclamait d’être choyé par cet homme qui semblait résolument capable de faire rêver une femme. Ses soupirs se firent plus profonds et brulants, sa voix également tandis qu’elle intimait muettement de Noah de poursuivre et de lui faire connaitre ce moment d’extase à ses côtés pour la toute première fois.




C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
« Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t466-lee-sun-hi-it-s-not-enough-to-draw-a-line-on-our-mistakes-and-injuries-they-disappearhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/

Contenu sponsorisé

identity card

MessageSujet: Re: [NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah   

Revenir en haut Aller en bas
 

[NC-18][FLASHBACK] Our butterfly kiss | PV Worthington Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinseonghan Jolyu - Académie de magie pour jeunes sorciers :: Le reste du monde-