Règlement
Bottin des avatars
Le monde magique
Contexte
Sinseonghan Jolyu
Postes disponibles
Gisteol Hyeon
Spellbook du parfait sorcier
F.A.Q
Le monde moldu
Jinju
F.A.Q
Nos top-sites



L'aventure de Sinseonghan Jolyu est finie !!
Après 2 années de bons et loyaux services, le forum ferme,
mais pour mieux renaitre !!!
En effet, pour partir sur de nouvelles bases, nous vous invitons chaleureusement
à nous rejoindre sur The Phoenix's Song ! On espère pouvoir vous retrouver là bas !

Partagez | 
 

 [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Yoon Ki Suk
pathfida - les âmes optimistes
avatar

identity card
parchemins envoyés : 460age : 26
MessageSujet: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Dim 27 Avr - 17:06

Depuis désormais une vingtaine d’heures Ki Suk se sentait revivre ayant retrouvé son amant la veille au soir. Pour lui qui avait eu l’habitude de retrouver son amant chaque soir depuis désormais trois longues années, le fait de ne pas le voir pendant une quinzaine de jours avait été particulièrement difficile. Rentrer le soir et trouver l’appartement vide de vie, n’étaient guère motivant. Le jeune homme se remettait toujours difficilement de la mort d’Oreka, même si plusieurs mois s’étaient déjà écoulés. Il n’était nullement aisé de ne plus le voir dans sa cage celui-ci, ni pouvoir le voir dormir aux côtés de Shii. A vrai dire, Ki Suk n’avait toujours pas osé bouger sa cage, la laissant à sa place. Peu avant sa première semaine en mission, son mari et amant lui avait offert un oisillon, un gris du Gabon s’il ne se trompait pas sur le nom de la race. Cet oiseau devait lui permettre d’affronter sa peur pour les créatures magiques, ce qui semblait à peu près fonctionner dans la mesure où Ki Suk s’en approchait sans en avoir peur, le trouvant particulièrement mignon à vrai dire. Il fallait dire que celui-ci se trouvait amical, aimant passer du temps en sa compagnie. Cela lui permettait dans une certaine mesure  de se changer les idées lorsqu’il s’en occupait, bien qu’il faille avouer certainement que la présence de Yano lui manquait véritablement.

S’endormir seul dans leur lit conjugal était réellement difficile, tout particulièrement alors que ses rêves étaient peuplé de cauchemars dans lesquels il voyait son mari revenir gravement malade ou bien périr suite à une attaque de créatures magiques. Souvent, il rêvait de cette créature qu’ils avaient dû affronter lors de leur précédente Saint Valentin, celle-ci s’attaquant à un Yano sans défense. Les forêts de Chine se trouvait tellement vastes qu’il était possible qu’une créature aussi dangereuse croise le chemin de Yano. Pour ne pas plus s’effrayer, Ki Suk n’avait pas osé se renseigner à propos des différentes créatures qui peuplaient celles-ci, s’imaginant suffisamment de scénarios rocambolesques. Bien qu’il avait confiance en Yano, tout comme à ce chercheur qui avait pris Yano comme apprenti, un accident pouvait arriver à tout moment les créatures magiques se trouvant si différentes les unes des autres.  Toutes les créatures de ce monde n’étaient nullement aussi mignonnes qu’Oreka, Shii et ce jeune oisillon, appelé Jun. Ainsi, il lui arrivait bien souvent de se réveiller la nuit en sursaut dans l’incapacité de se rendormir. Ces nuits se trouvaient alors particulièrement courtes, n’ayant pas à ces côtés son amant pour le rassurer.

Les traits de son visage marquaient sans aucun doute sa fatigue et autant dire que depuis la veille il n’avait pas vraiment quitté les draps de leur lit.  Le jeune homme avait passé le plus clair de son temps dans les bras de son amant, ayant profité pendant de longues heures de celui-ci et ayant dormi de longues minutes dans ses bras. Le réveil avait été particulièrement difficile pour le jeune homme ce matin-là, empêchant Yano de se lever du lit lorsqu’il l’avait voulu, venant l’embrasser, le caresser pour le tenter, profitant de son corps et de sa chaleur. Un fait qui avait sans doute plaisir et amuser son amant, qui n’avait pas semblé s’en inquiéter.  C’était d’ailleurs lui qui l’avait quitté pour lui apporter à manger directement dans leur lit, des plats résolument simples mais, suffisant pour les nourrir et leur permettre de passer un moment quelque peu romantique. Ki Suk et Yano s’étaient certainement amusé à ce moment-là, se donnant à manger mutuellement comme les êtres transis-amoureux qu’ils étaient. Ki Suk après avoir mangé s’était sagement assoupi contre son amant, le serrant dans ses bras et s’endormant contre lui. Ses rêves s’étaient donc faits doux auprès de cet homme qu’il chérissait de tout son cœur. Le pathfida profitait alors pleinement de la présence de son amant, se sentant particulièrment bien à ses côtés. Yano se retrouvait être comme une source d’énergie qui lui permettait de reprendre des forces avant d’affronter cette longue semaine seul dans cet appartement.

Ce furent les doux baisers de son amant qui l’éveillèrent et le fit sortir de ses rêves. Des baisers particulièrement plaisant au creux de sa nuque, l’emmenant à laisser échapper un soupir de bien-être. Il n’y avait pas à dire, les meilleurs réveils se déroulaient en compagnie de Yano, tout particulièrement alors que celui-ci connaissait chaque point faible de son corps et savait exactement comme le faire fondre et l’éveiller.  Ainsi, Ki Suk garda les yeux fermés, profitant de la chaleur de ce corps et de chacun de ces baisers et de ces caresses. Seulement, son amant arrêta subitement son manège, lui faisant alors échapper un gémissement de mécontentement alors qu’il ouvrait les yeux pour lui lancer un regard mécontent. De ce fait, Ki Suk vint laisser échapper simplement un « Yano… pourquoi tu as arrêté ? » dans une voix plaintive.



No hay duda de lo que siento

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t36-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-va-a-pasar-y-si-te-vas-a-ir-yo-me-voy-a-morirhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t48-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-vas-a-hacer-no-te-puedo-perder-no-me-quieres-perder

Wada Yano
amynprolis - les âmes fidèles
avatar

identity card
parchemins envoyés : 572age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Lun 28 Avr - 20:43

Cela faisait tout juste quelques heures que Yano avait retrouvé le doux lieu de son nid conjugal aux côtés de son amant. Un fait qui ne pouvait que le ravir, le rassurer également. Il se trouvait parfaitement allégé de pouvoir serrer son mari au creux de ses bras, sentir son souffle calme et chaud venir frôler la chair de son cou. Ces petits moment de plénitude se trouvaient si formidables qu’ils hantaient la moindre de ses nuits, lorsque son stage l’amenait loin de cet être dont il fixait avec amour le moindre de ces traits. Ki Suk lui manquait cruellement, quand bien même appréciait-il résolument le fait de traverser les forêts de Chine aux côtés de ce chercheur si fantastique et intéressant dont il aimait tant les récits. Cependant, il devait bien reconnaitre que le soir, lorsqu’il retrouvait le lit chaud de la tente qu’il partageait avec l’ensemble de l’équipe de recherche, il ressentait un certain vide et les draps lui semblaient particulièrement froids sans lui. Il profitait donc de cette douce chaleur retrouvée, laissant sa chair s’imprégner de la douceur et du bienfait que ce corps pouvait procurer à son âme. Il l’observait dormir, ce dernier profondément endormi au creux de ses bras. Il pouvait voir au travers de ces traits que son amant manquait cruellement de sommeil. Il pouvait entrevoir de cernes sous le regard si pénétrant et doux de son amant lorsque ses prunelles s’ancraient aux siennes. Des poches qu’il pouvait enfin entrevoir après ses longues heures passées à rattraper ce temps qu’il leur manquait en consommant leur amour et en se louvant l’un contre l’autre. Il était indéniablement amoureux de cet homme, son cœur et son âme ne pouvait nullement le nier tant il se sentait pleinement transporté par cet ange, qui somnolait contre lui. Une insomnie dont il n’ignorait nullement la cause, la sachant liée à sa personne et aux dangers qu’il pouvait rencontrer à tout instant lors de ses expéditions. Il avait beau s’efforcer de le rassurer à ce propos, il était bien entendu évident que ces tendres paroles ne venaient nullement amoindrir les angoisses de son ange. Pourtant, il ne mentait pas, il ne risquait rien dans ses forêts, du moins sous sa forme animale. Un fait que son ange n’avait nullement connaissance, n’ayant jamais eu jusqu’à ce jour l’opportunité d’aborder ce sujet avec lui. C’était d’ailleurs un secret qu’il gardait depuis près de cinq ans tant peu de personnes en avaient connaissance. Peut être était-il temps pour lui d’aborder ce sujet avec lui afin de décroitre cette angoisse qui se nichait au creux de son cœur ? Cela semblait être une bonne idée.

Il se contentait donc de l’observer avec douceur, ne pouvant nullement résister à la douce tentation de venir embrasser sa nuque avec douceur. Au travers de ces baisers papillons, il laissait ses sens s’enivrer de son odeur, du parfum si subtil qui se dégageait de sa chair. Il était résolument envouté par cet homme, tous ses sens se sentaient délicieusement passionné par ce corps qui se tendait sous ses lèvres, contre sa chair. Il désirait éveiller l’être de son amant, l’extirper de ce doux songe dans lequel il semblait être plongé. Il le sentait réceptif à ses actions, sa peau étant plus sensible à ses attentions. Il vint sourire à ce fait, continuant son doux manège tandis qu’il le taquinait délicatement. Il avait assez dormi, jugeait-il et il voulait surtout profiter de lui en ce jour de repos avant qu’une nouvelle semaine débute avec de nombreux cours et devoirs à rendre. Ses doigts glissaient sur la peau douche et ferme de son amant dans de légers passages, savourant les frissons qui s’en extirpait. Il ne pu que sourire lorsqu’il le vit ouvrir ses paupières, lui lançant un regard résolument mécontent à son encontre tant il lui reprochait de s’être interrompu dans un doux gémissement désapprobateur. Il vint rire de se faire, le trouvant particulièrement adorable avec cette petite voix plaintive qui lui demandait des explications. Il pouvait sentir son cœur battre dans sa poitrine. Il se trouvait si heureux et comblé auprès de cet homme. C’est donc tout naturellement que ses phalanges vinrent caresser les traits du visage de son amant pour le détailler avec plus d’intérêt et de douceur.

« Tu es bien marmotte, mon amour, aujourd’hui. Tu ne penses pas qu’il est temps de se réveiller… La journée est forte avancée et il y a encore tant de choses à faire. »

Il vint lui sourire d’un air quelque peu coquin alors qu’il venait lui voler un très faible baiser, aussi léger que celui d’un papillon. Il ne vint nullement approfondir le contact entre leurs lèvres, quand bien même l’envie l’étreignait. Il laissa sa main parcourir sa joue, sa nuque avant de reprendre une expression plus sérieuse, plus anxieuse.

« Tu t’inquiète encore ? Tu sembles manquer de sommeil mon amour… Ces cernes ne font que te trahir. Qu’est-ce qui t’angoisse tellement ? Je n’aime pas te savoir ainsi tourmenté. Si c’est à mon propos, tu n’as aucune raison de l’être, je suis en sécurité… Jamais je ne commettrais un acte stupide… Tu devrais pourtant le savoir… non ? »

Il vint lui sourire faiblement dans un air sérieux et convaincu, prouvant qu’il ne mentait pas. Afin de palier à ce besoin vital qu’il avait de le choyer, ses lèvres vinrent naturellement baiser son front avec douceur alors qu’il le détaillait avec attention, à la fois anxieux et heureux de pouvoir être avec lui, tout simplement.




I'm just prisoner of my love for him.
« Tu vois les choses telles qu'elles sont et ta question est "Pourquoi?"
Mais moi je rêve des choses qui n’existent pas et ma question est
"Pourquoi pas" ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t31-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-else-finiehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t43-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-elsehttp://light-goes-on-again.keuf.net/

Yoon Ki Suk
pathfida - les âmes optimistes
avatar

identity card
parchemins envoyés : 460age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Sam 3 Mai - 19:19

Il n’y avait résolument pas de meilleur réveil que celui que Yano était en train de lui offrir. Des baisers et des caresses dans chaque zone sensible de son corps, son corps ne pouvait qu’en être ravi, se réveillant en douceur. Il n’était alors résolument pas difficile de comprendre pourquoi le jeune homme avait tant de mal à se réveiller lorsque son amant n’était pas là. Le bruit strident d’un réveil n’était résolument pas autant plaisant que des baisers. Il lui arrivait parfois de se réveiller en raison des miaulements et des coups de museau de Shii mais, cela n’était nullement plaisant pour lui qui avait l’habitude de se réveiller plus tard que Yano, même les jours de semaines de cours. Son animal ne semblait pas comprendre qu’il n’était pas Yano et n’avait pas l’habitude de se réveiller tôt pour lui donner à manger. Peut-être était-il même un peu trop caractériel et trop gâté par Yano, il avait été élevé tel un prince après tout. Mais, à présent pendant de nombreux jours il aurait Yano à ses côtés pour le réveiller, l’embrassant et caressant le moindre épiderme de sa peau. Un contact résolument plaisant pour l’être cupide qu’il était.

Ki Suk ne cherchait nullement à résister à son amant si bien qu’il gardait les yeux fermés, espérant que son amant continue éternellement ses baisers et ses caresses. Néanmoins lorsque Yano vint interrompre ses caresses et se baisers, il ne put que laisser échapper un râle de mécontentement, l’obligeant à lui adresser un regard mécontent. Yano devait avoir honte d’arrêter chacun de ses baisers ! Au doux rire de son amant, il ne put que sourire, le trouvant résolument magnifique ainsi, le voir si heureux l’enchantait tant. Le jeune pathfida ne se lasserait ô grand jamais de son amant, il ne pouvait qu’en être persuadé en cet instant tant il ne cessait pas le dévorer du regard, les yeux encore embrumé. Ki Suk aimait résolument voir son mari sourire surtout lorsqu’à son tour il le dévorait avec un tel regard. Il sourit à son amant lorsqu’il sentit ses phalanges se poser sur son visage, caressant les traits de son visage.

Son amant lui avoua qu’il le trouvait particulièrement marmotte en ce jour, lui demandant s’il n’était pas temps de se réveiller. La journée était avancée et ils avaient encore tant de choses à faire. Le sourire coquin qu’il lui offrir ne put que l’enchanter, songeant aisément à ce dont Yano sous-entendait par tant de choses à faire. Un programme qui ne pouvait que lui plaire alors qu’il souriait au baiser qu’il lui offrait, sentant son cœur et son corps s’échauffer à ses pensées. Néanmoins, il vit Yano prendre une expression plus sérieuse et plus anxieuse, un fait qui lui déplaisait, surtout aux premiers mots de sa question. Yano n’avait certainement pas pu passer outre les cernes qui se trouvaient sous ses yeux tant ses dernières semaines il avait mal dormi et s’était inquiété pour sa personne, même s’il se parlait régulièrement par miroirs magiques. Il lui avoua qu’il semblait manquer de sommeil, lui demandant ce qui l’angoissait tant. Yano n’était résolument pas le savoir ainsi tourmenté. Si c’était à son propos, il n’avait aucune raison de l’être, étant en sécurité. Il ne commettrait jamais un acte stupide, il devait le savoir pourtant. A ses mots, le jeune homme baissa légèrement les yeux se sentant bête d’être si inquiet pour son amant alors qu’il savait qu’il savait qu’il prenait soin de lui là-bas. Mais, comment pouvait-il lui qui se trouvait par nature anxieux ne pas l’être plus alors que l’environnement magique se trouvait rempli de créatures magiques. Il n’avait d’ailleurs à ce jour pas cherché à savoir quelles créatures habitaient les fôrets de Chine, ne souhaitant nullement plus inquiet qu’il ne l’était déjà. Voir apparaitre dans ses rêves cette terrible créature le jour de la Saint Valentin lui avait suffisamment.

Ainsi, Ki Suk ferma les yeux, profitant du doux baiser sur son front pour venir enserrer le corps de son amant contre le sien. La peur était quelque chose de bien trop irrationnelle pour qu’il puisse la comprendre un jour, tout particulièrement pour lui qui avait terriblement peur des créatures magiques. Il rouvrit les yeux alors, posant un regard presque désolé à son amant, sachant qu’il l’inquiétait et ne désirait résolument rien de cela. Si seulement, il arrivait à contrôler ses peurs. Ainsi, observant son amant il vint simplement murmurer : « Je le sais… je sais que tu fais attention pour ne pas te mettre en danger. Seulement, te savoir au milieu de ces centaines de créatures magiques ne m’enchante nullement. Il y en a tellement qu’une d’entre elles pourrait à tout moment de considérer comme un danger et t’attaquer… si jamais cela t’arrivait, si jamais elle t’attaquait, personne ne pourrait venir te secourir. Si une créature attaque… ton tuteur, qui pourrait te défendre ? Je… j’ai peur de cela. Plusieurs fois il m’est arrivé de rêver de cela, te voir… disparaitre à la suite d’une attaque… et à chaque fois, il m’est impossible de me rendormir. S’il t’arrive quelque chose, je ne sais pas ce que je deviendrais… mon Yano… je t’aime tellement. Je sais bien que je suis résolument paranoïaque mais, j’ai peur de cela. Je ne peux certainement pas t’empêcher de partir… je n’ai pas le droit de le faire tant il s’agit de ta passion d’être là-bas. Seulement, je reste et resterai toujours inquiet… avec le temps, je suppose que j’y arriverai à passer outre, à ne pas songer à des scénarios improbables… mais, je n’y arrive pas encore. » Terminant ses mots, il baissa légèrement son regard, posant son visage contre la nuque, serrant contre lui le corps de son amant. Il savait qu’il était paranoïaque mais, il n’arrivait pas à faire autrement lorsqu’il songeait à son amant au milieu de ses créatures magiques. Le cadeau de Yano avait beau avoir diminué sa peur mais, elle se retrouvait encore forte, sachant ô combien les créatures magiques qui peuplait les forets n’étaient certainement pas habitué à la présence d’humains.




No hay duda de lo que siento

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t36-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-va-a-pasar-y-si-te-vas-a-ir-yo-me-voy-a-morirhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t48-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-vas-a-hacer-no-te-puedo-perder-no-me-quieres-perder

Wada Yano
amynprolis - les âmes fidèles
avatar

identity card
parchemins envoyés : 572age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Dim 4 Mai - 14:31

Quand bien même son amant s’efforçait à le cacher, il était évident que ce dernier se trouvait particulièrement anxieux lorsqu’il se trouvait en expédition durant ses périodes de stage. Un fait dont il ne pouvait nullement lui tirer rigueur car lui-même se trouvait particulièrement anxieux de le savoir seul au sein de leur appartement. Cette pensée lui déplaisait même profondément en ces temps difficile et d’autant plus l’attaque, qui avait mis en quarantaine la ville de Jinju même si la brigade magique parvenait petit à petit à effacer toutes les mémoires des moldus de la ville et le calme revenait peu à peu. Quoi qu’il en soit, cet accident était un mystère et il était au sein de bon nombre de conversations des sages de la province. Il se trouvait donc résolument inquiet vis-à-vis de tout cela mais, il préférait tout de même vivre comme si de rien n’était. Ki Suk avait un moyen de le tenir au courant grâce aux miroirs magiques et il n’était pas rare qu’il y jette un coup d’œil plusieurs fois dans la journée, au moindre bruit suspect.

Yano désirait donc apaiser son amant à son propos. Il ne comptait pas commettre la moindre erreur et mettre sa vie en danger car il était prudent. Il s’était efforcé de lui transmettre ce message avant de venir embrasser son front avec douceur, incapable de retenir le moindre geste tendre à son attention. Il n’aimait pas le savoir insomniaque et il espérait que ses mots sauraient le calmer quelque peu et le faire parler. Il se laissa donc étreindre par son amant, apprécia résolument la chaleur du corps nu de son amant contre le sien. Il aimait tant ce contact qui savait éveiller ses sens et le rendre particulièrement désireux. Ce n’était cependant pas le temps de songer à tout cela, du moins pour le moment. Il observait donc son mari avec douceur et attention, ses phalanges caressant délicatement les traits du visage de ce dernier tandis que ce dernier lui murmurait simplement qu’il le savait. Il avait conscience qu’il faisait attention pour ne pas se mettre en danger seulement, le savoir au milieu de ces centaines de créatures magiques ne l’enchantait nullement. Il pensait qu’il y en avait tellement qu’une d’entre elles pourrait à tout moment le considérer comme un danger et l’attaquer. Des angoisses qui avaient un sens et qu’il comprenait aisément. Il ne vint dire mot, le détaillant avec cette même attention et tendresse tandis que son amant poursuivait sur sa lancée. Il lui confessa ses angoisses avec force. Des angoisses qui ne purent que le troubler, lui faire entrevoir ô combien celles-ci perturbaient son ange. Il avait peur de le perdre, ne sachant pas ce qu’il deviendrait sans lui tant il l’aimait.

Il murmurait qu’il savait qu’il était paranoïaque mais il craignait que ces cauchemars se concrétisent. Il ne pouvait le retenir de partir, il n’en avait pas le droit car il s’agissait de sa passion et il la comprenait. Seulement, il était et restait le même, avec ses angoisses. Peut être avec le temps, il arriverait à passer outre tout cela, à ne pas songer à de tels scénarios mais, ce n’était pas encore le cas actuel. Un aveu qui ne pouvait que le troublait alors qu’il sentait le visage de son amant se blottir au creux de sa nuque. Ses paroles ne le laissaient nullement indifférent. Il pouvait sentir une émotion vivre s’imprégnait dans ses prunelles, les rendant brillantes d’émotion. Il se mordit délicatement la lèvre en laissant une de ses mains se mouvoir contre la nuque de son amant, la caresser avec douceur. Il caressa cette partie avec douceur et dévotion en embrassant son cuir chevelu. Il comprenait ses angoisses et ne pouvait que se sentir affligé de le voir être ainsi tiraillé par ses derniers. Elles étaient légitimes et il ne pouvait nullement lui en vouloir à ce propos. C’est pour cela qu’il vint délicatement murmurer au creux de son oreille.

« Je suis désolé, mon amour. Je suis navré de t’effrayer de la sorte mais, je t’assure qu’il n’y a aucune raison que tu t’alarmes. Nous prenons nos précautions et à tout te dire, nous nous approchons jamais de ses créatures sous notre forme humaine. » Il laissa un temps de pause après ses phrases pour reprendre son souffle et poursuivre délicatement dans un ton doux. « Mon amour… Je comprends tes angoisses et je dois t’avouer qu’il m’est tout aussi pénible de te savoir seul, ici. Depuis ce jour où on a failli t’arracher à moi… Je ne cesse d’être effrayé de ne pas être là, si jamais cela se reproduit. » Il soupira, se sentant légèrement submergé par l’émotion alors qu’il intimait tendrement son amant à venir plonger son regard dans le sien. Il laissa sa main libre caresser sa joue alors qu’il murmurait simplement. « Je ne pourrais sans doute pas t’empêcher de t’inquiéter car il t’es légitime de l’être mais, je te prie de croire en mes mots. Je ne risque rien, Ki Suk. je suis à ses créatures, un simple aigle royal qui vole au dessus du sillage des forêts où ils vivent et qui vint se percher sur une branche pour se reposer un peu. » Il vint lui sourire délicatement tout en tendresse tandis qu’il se baisait pour venir embrasser son amant avec douceur dans un faible baiser tout en murmurant : « Je sais que j’aurai du t’en parler plus tôt mais, je dois bien reconnaitre que je n’ai jamais su comment l’aborder car c’est un sujet assez délicat. » Il prit une pause pour trouver les bons mots avant de poursuivre délicatement : « Je suis un animagu, Ki Suk… et ce depuis notre sixième année. Tu te souviens ? » Demanda-t-il alors qu’il faisait une légère pause pour poursuivre «  A cette époque, j’étais souvent confiné à l’infirmerie à cause d’os brisés ou mal transformé…. Je faisais passer ça pour des effets secondaires d’une potion mal réalisée mais en fait, je m’entrainais depuis l’été de notre cinquième année. C’est cette capacité qui m’a permis de me rapprocher de mon tuteur, ce n’est pas dans ses habitudes de prendre des apprentis mais, étant donné qu’il l’est également, de façon clandestine également, il a bien voulu m’offrir ma chance. Je ne risque absolument et sois  sur qu’on s’approche des créatures uniquement lorsque les conditions sont les plus optimales, pas quand il y a le moindre risque… »

Il laissa ses mots en suspens alors que son regard doux et sérieux s’ancrait à celui de son amant. Il voulait être sur qu’il comprenne qu’il n’y avait aucun risque là bas et que tout allait pour le mieux. Il voulait vraiment l’en convaincre ou du moins assez pour que ce genre de cauchemars cesse de hanter les songes de son amant alors qu’il murmurait dans un fin sourire.

« Et puis, je ne risque pas de me mettre en danger, j’attends toujours avec impatience ces instants où je peux te voir, sentir ta douce voix. Tu me manques cruellement durant ses semaines, tout comme je me sens revivre lorsque je me tiens face à toi, comme à cet instant. Je t’aime mon amour… »




I'm just prisoner of my love for him.
« Tu vois les choses telles qu'elles sont et ta question est "Pourquoi?"
Mais moi je rêve des choses qui n’existent pas et ma question est
"Pourquoi pas" ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t31-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-else-finiehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t43-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-elsehttp://light-goes-on-again.keuf.net/

Yoon Ki Suk
pathfida - les âmes optimistes
avatar

identity card
parchemins envoyés : 460age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Jeu 5 Juin - 13:12

Ki Suk n’arrivait tout simplement pas à ne pas s’inquiéter à propos de son amant. Principalement depuis qu’il savait que de nombreuses créatures magiques peuplaient ces lointaines forêts. Ces nuits avaient toujours été complexe lorsque Yano partait en mission et en entrainement en tant qu’apprenti auror. Mais, jusqu’alors celui-ci n’avait jamais à le voir absent si longtemps et dans des zones aussi mystérieuses et dangereuses que pouvait l’être les forêts de Chine. Ainsi, lorsqu’il était venu avouer à son amant ses craintes, il n’avait nullement cherché à cacher la moindre de ses émotions et de ses aveux, son corps et son regard les trahissant. Néanmoins, il n’avait pas pu s’empêcher de se réfugier contre la nuque de son amant, humant l’odeur de son parfum. Yano remarquant alors l’angoisse qui avait pris part de son être, vint poser sa main contre sa nuque pour la caresser avec douceur. Les baisers sur son cuir chevelu eurent le mérite de calmer chacune de ses angoisses, appréciant résolument l’amour que pouvait lui porter cet homme.

Ainsi positionné, il se contenta d’écouter chacun des mots de son amant, ces mots d’excuses. Celui-ci se trouvait navré de l’effrayer de la sorte mais, il lui assurait qu’il n’y avait aucune raison qu’il s’alarme. Ils prenaient leurs précautions et il ne s’approchait jamais des créatures magiques sous leur forme humaine. Des mots qui emmenèrent Ki Suk à être légèrement confus, ne comprenant pas comment ils pouvaient apparaitre différemment que sous forme humaine face aux créatures magiques. Il poursuivit en lui avouant à nouveau qu’il comprenait ses angoisses, étant tout aussi pénible pour lui de le savoir seul ici depuis le jour où cet élève avait failli l’arracher à lui. Il ne cessait ô grand jamais de craindre que cet évènement se déroule à nouveau lorsqu’il n’était pas là. Des mots qui ne pouvaient résolument que ramener Ki Suk à cette réalité sombre qu’ils étaient tous en train de vivre depuis plusieurs mois, cette réalité qui l’effrayait lui-même chaque jour. Malgré son âge et les différents cours qu’il avait pu suivre tout au long de sa scolarité, Ki Suk se savait presqu’inoffensif face à des mangemorts ou des sorciers aguerris tant il n’avait jamais été doué en duel ou Défense Contre les Forces du Mal. Il se savait faible et sans aucun doute que s’il n’avait pas été ainsi, Yano n’aurait pas à tant s’inquiéter. La seule chose qu’il pouvait effectivement réaliser était de s’entrainer et d’améliorer ses compétences dans ces domaines pour rassurer Yano et lui-même. Une possibilité qu’il commençait à envisager au fur et à mesure des semaines, une idée qui enchanterait résolument Yano.

Son amant lui intima de redresser son visage pour plonger leurs regards ensemble. Ainsi, Ki Suk put observer son amant avec autant de tendresse que pouvait lui donner son amant, appréciant résolument sa caresse sur sa joue. Yano lui avoua qu’il ne pourrait certainement pas l’empêcher de s’inquiéter car il était légitime qu’il le soit. Seulement, il ne risquait rien, étant un simple aigle royal qui volait au-dessus du sillage des forêts et qui venaient se percher sur une branche pour se reposer. Ces mots ne purent que le surprendre, n’étant jusqu’alors pas au courant que Yano avait la capacité d’un animagus. Il ouvrir les yeux de surprise alors qu’il voyait son amant sourire avant qu’il sente ses douces lèvres contre les siennes, sans doute comme une demande de pardon. Ainsi, il murmura qu’il savait qu’il aurait dû lui en parler mais, il n’avait jamais su comment l’aborder. Il était un animagus depuis leur sixième année, lui demandant s’il se souvenait qu’à cette époque il restait souvent à l’infirmerie à cause d’os brisé ou mal transformé, s’entrainant depuis sa cinquième année. C’était cette capacité qui lui avait permis de se rapprocher de son tuteur, tant il n’avait pas l’habitudede de prendre des apprentis. Seulement, en vue de leurs capacités clandestines, il avait bien voulu lui offrir sa chance. Il ne risquait absolument rien et pour le rassurer à nouveau, il lui indiqua qu’il sapprochait des créatures magiques uniquement lorsque les conditions étaient optimales. Des mots qui eurent le mérite de rassurer le pathfida, bien qu’il ne pourrait s’empêcher jamais de s’inquiéter pour sa personne. Son inquiétude à propos de son amant ne pouvait résolument que s’apaiser, son regard s’apaisant alors qu’il observait le visage sérieux de son amant.

Alors qu’il était prêt à traiter d’idiot son mari de lui avoir caché cette information qui avait source de tant de complications pour lui. Comme po rendre moins solonel ces instants, son amant lui avoua dans une voix résolument plaisant qu’il ne risquait pas de se mettre en danger, attendant toujours avec impatience ces instants où ils pourraient se voir et entendre sa douce voix. Il lui manquait cruellement durant ses semaines, tout comme il se sentait revivre lorsqu’il se sentait face à lui, comme à cet instant, lui avouant qu’il l’aimait. Des mots qui ne pouvaient que le ravir alors qu’il venait embrasser son amant dans un doux baiser, avec tendresse, lui offrant un doux sourire. Il s’écarta de ses lèvres quelques instants plus tard, bien qu’il n’y avait que quelques centimètres qui les séparaient. Il vint alors l’observer dans un regard doux, murmurant dans une voix douce : « Mon Yano… moi aussi j’attends avec impatience chaque jour ton retour lorsque tu es loin de moi… cet appartement est bien trop vide et ininteressant sans toi, bien que l’oiseau que tu m’as offert me permet de m’occuper un peu, tout en pensant à toi à chaque instant. Tu as un mari résolument fou de toi qui ne voudra jamais se séparer de toi… » termina-t-il dans un doux sourire alors qu’il posait sa main sur le visage de son amant.

Ki Suk reprit dans une voix quelque peu renfrognée à son amant : « Tu es vil… si tu m’avais dit tout ça avant je ne me serais pas tant inquiété… bien qu’il m’est tout simplement impossible ne pas m’inquiéter en te sachant là-bas sous-forme animale ou humaine… tu mériterais que je te boude pour le reste de la journée pour la peine de m’avoir caché tout cela pendant tant de temps, même si je découvre que tu es un sorcier encore plus talentueux que je le pensais déjà…» Il termina ses mots avec une moue quelque peu boudeuse avant d’essayer avec tout son poids de faire basculer Yano sur le dos, le surplombant, lui offrant alors une vue ô combien agréable sur son torse musclé. Il posa l’une de ses mains sur le torse de son amant, laissant ses doigts caressaient la forme de ces muscles alors qu’il regardait tout en murmurant : « Un aigle royal… je ne vois résolument pas ce que tu pourrais être d’autres mon amour. J’imagine que les sensations aériennes doivent être très agréable, non ? Que ressens-tu en étant cet aigle ? les autres aigles ne remarquent pas que tu es un animagus ? » Il termina ses mots en venant embrasser le cou de son amant dans de multiples baisers. Un interrogatoire mêlé à des baisers, il y avait sans doute pire pour un homme.



No hay duda de lo que siento

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t36-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-va-a-pasar-y-si-te-vas-a-ir-yo-me-voy-a-morirhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t48-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-vas-a-hacer-no-te-puedo-perder-no-me-quieres-perder

Wada Yano
amynprolis - les âmes fidèles
avatar

identity card
parchemins envoyés : 572age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Dim 15 Juin - 10:17

Il n’avait jamais abordé ce sujet avec Ki Suk. Peut être à tort, il devait bien le reconnaitre même si cela n’avait jamais été intentionnel de sa part. Le sujet ne s’était pas naturellement prêté à la discussion. De nature réservé, Yano était un homme qui parlait très peu de ses états d’âme au grand damne de son amant, qui devait parfois lui tirer les vers du nez pour obtenir une quelconque révélation de sa part. Ce côté de sa personne s’était bien entendu amoindri depuis qu’ils s’étaient avoués mutuellement leurs sentiments, il y avait trois ans désormais. Trois longues et belles années de bonheur, qu’il savourait avec la plus profonde effusion, s’en délectant tant ce dernier se trouvait merveilleux. Il ne voyait sa vie qu’avec cet homme et son absence à ses côtés était parfois difficile à vivre, quand bien même vivait-il son rêve auprès de ce chercheur si exceptionnel.

Ainsi, il ne pouvait qu’être ravi d’atténuer les inquiétudes de son amant dont il sentait le regard moins alarmé, comprenant résolument où sa déclaration voulait en venir. Ce secret qu’il n’avait jamais pu exprimer, n’ayant jamais eu l’occasion d’aborder le sujet, ne l’était plus et cela le rassurait également. Il lui avait donc naturellement hésité à déclarer de nouveau son amour à cet homme en lui signifiant qu’il ne ferait jamais rien qui puisse mettre sa sécurité en danger car il mourrait toujours de désir de le retrouver. Des paroles qui eurent l’effet qu’elles escomptaient tandis qu’il sentait son amant venir l’embrasser délicatement. Un baiser qu’il ne vint refuser, laissant ses lèvres retrouver celles si pulpeuses et savoureuses de son amant, dont il ne se lasserait résolument jamais. Une embrassade bien trop courte à ses yeux alors qu’il le sentait s’éloigner de son visage pour l’observer, le regard doux.

Il lui avoua qu’il attendait toujours avec impatience son retour lorsqu’il se trouvait loin de lui. Cet appartement bien trop vide sans lui-même si l’oiseau qu’il lui avait offert lui permettait de s’occuper un peu tout en pensant à lui. Il était résolument fou de lui et il était fort à parier qu’il ne voudrait jamais se séparer. Des paroles qui le firent sourire délicatement, le regard pétillant et doux. Il ne doutait nullement de ces mots, il savoura donc la caresse de son amant sur son visage. Ce dernier prit une moue plus renfrognée qui le rendait évidemment cruellement mignon. Il le traita d’être vil avec lui, que s’il lui avait dit tout cela avant, il ne serait pas tant inquiété. Enfin, il était fort à parier qu’il lui serait résolument impossible de ne pas l’être en le sachant là-bas, qu’importe la forme. Il méritait selon son amant qu’il le boude pour le reste de la journée.

Une menace qui ne marchait pas sur sa personne tant il était évident qu’il serait d’autant plus frustré de pas lui parler ou profiter de sa présence. Ce dernier lui avouait qu’il découvrait qu’il était un sorcier encore plus talentueux qu’il ne le pensait déjà. Un compliment qui lui allait droit au cœur alors que son ange jouer de son expression faussement fâchée pour renverser la situation et le surplomber. Une action à laquelle il ne vint émettre aucune résistance, se laissant ainsi dominer par le corps si parfait de son amant, qui lui offrait une vue imprenable sur sa chair si désirable. Il laissa son regard glisser sur le corps si avantageux de son amant. Il sourit enchanté des actions de son amant sur son buste tandis qu’il glissait naturellement ses doigts sur les côtes de son amant pour rejoindre la pulpe de la chair des reins pour les caresser tout en douceur. Coquin ? Résolument, il ne pouvait s’empêcher de l’être avec Ki Suk tant il fondait pour cet homme qui lui faisait face. Les actions malicieuses de cet homme ne vinrent nullement atténuer son ambition à son égard. Il vint rire délicatement aux paroles et action de son amant. Laissant ses doigts retrouver la chair des fesses et des cuisses de son amant dans des gestes furtifs et sensuel, il approuvait les baisers de son amant sur sa nuque. Il vint à son tour embrasser l’oreille de son amour pour y susurrer dans une voix quelque peu chaude et suave.

« Les sensations que je ressens quand je vole ne sont en rien comparable à cette effusion que seule toi est en mesure de me procurer. Malgré l’aisance et la liberté que ma forme animale me procure, elle n’est en rien comparable à ce sentiment d’abandon et de liberté que j’éprouve à tes côtés, sous tes baisers. Avec toi, je suis l’homme le plus libre et heureux du monde. » Il vint rire délicatement, embrassant son oreille avec tendresse. Ses doigts vinrent glisser plus longuement ses phalanges sur les cuisses de son amant, mouvant ses coquines mains au creux de ses cuisses, conscient du feu qu’il allumait au sein de la chair de son amant.

« Tu sens ce sentiment d’abandon, de liberté ? C’est ainsi que je perçois le vol lorsque je vole au dessus de ces forêts, c’est tellement additif de pouvoir lâcher prise et se laisser guider ses sens, son cœur. » Susurra-t-il au creux de cette oreille sensible dont il vint mordiller le lobe, laissant sa coquine langue le titiller avant de l’abandonner pour venir glisser sur la nuque de son amant pour embrasser sa mâchoire avec sensualité, ajoutant doucement. « Seulement aucun vol ne pourra remplacer, cet abandon total que j’ai avec toi, mon amour… » Il vint rire délicatement contre sa peau, laissant ses doigts appuyer leurs présences sur la peau de son amant afin de l’intimer à rejoindre son bassin. Un contact ô plaisant, qui le fit délicieusement soupirer près de son oreille et où il s’amusa à susurrer le prénom de son amant avec sensualité. Il voulait le titillait, réveillait sa chair même s’il vint s’éloigner de lui quelques instants en arrêtant ses actions le regard coquin et pétillant, désireux et ravi de pouvoir titillait et frustrer quelque peu son amant, dont le regard se faisait plus sombre et intéressé.




I'm just prisoner of my love for him.
« Tu vois les choses telles qu'elles sont et ta question est "Pourquoi?"
Mais moi je rêve des choses qui n’existent pas et ma question est
"Pourquoi pas" ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t31-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-else-finiehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t43-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-elsehttp://light-goes-on-again.keuf.net/

Yoon Ki Suk
pathfida - les âmes optimistes
avatar

identity card
parchemins envoyés : 460age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Dim 29 Juin - 21:57

Lors de ses journées où il avait la chance de pouvoir profiter de son amant, Ki Suk ne cessait ô grand jamais de se sentir comme l’homme le plus heureux de cette planète. Il oubliait si aisément ses problèmes, ses angoisses ne serait-ce qu’en restant dans ses bras, Yano étant résolument son oxygène, sa drogue qui lui permettait chaque jour d’avancer. Alors, il lui était bien entendu impossible de ne pas profiter de sa personne en ce jour, Yano le savant alors même qu’il lui murmurait qu’il méritait qu’il lui fasse la tête en ce jour.  Ki Suk n’avait pu cependant pas pu s’empêcher de venir complimenter son amant, lui avouant qu’il se trouvait un sorcier encore plus talentueux qu’il ne le pensait. Il n’avait fallu guère plus de temps à Ki Suk pour qu’il vienne répondre à ces déceins et venir dominer son amant, lui offrant une agréable vue sur son torse.

Son amant semblait d’ailleurs en profiter pleinement, ayant déjà posé ses doigts sur les ses côtes pour rejoindre ses reins avec amusement. Yano au milieu de ces paroles ô combien sérieuses, ne semblait pas perdre sa malice à son plus grand bonheur.  Souriant alors à celui-ci, il était venu embrasser la chair de sa nuque, dans de délicieux baisers alors qu’il commençait un interrogatoire sur les sensations qu’il ressentait lorsqu’il était un aigle royal. Une forme qui correspondait résolument à son amant, avec sa prestance naturelle. Le jeune homme souriait alors doucement à son amant, au contact de ses doigts qui venaient caresser ses fesses et ses cuisses dans de gestes sensuels. Des gestes ô combien coquin qui ne pouvait qu’attiser le désir qu’il éprouvait pour sa personne.  

Yano d’humeur résolument taquine vint répondre à son amant en embrassant son oreille, susurrant alors dans une voix suave que les sensations qu’il ressentait quand il volait n’étaient en rien comparable à l’effusion que seul lui était en mesure de lui procurer. Malgré l’aisance et la liberté de sa forme animale, rien n’était comparable à ce sentiment d’abandon et de liberté qu’il éprouvait à ses côtés, sous ses baisers. Avec lui il se sentait l’homme le plus heureux et le plus libre du monde. Des mots qui ne pouvaient qu’ô combien ravir Ki Suk, ayant souhaité entendre ses paroles au travers de ses paroles. Ainsi, Ki Suk ne put que sourire au doux rire de son amant, tout comme à ses doigts qui se glissaient plus longuement sur ses cuisses et sur le creux de ses cuisses. Des caresses qui ne pouvaient qu’éveiller son corps et l’emmener à se sentir agréablement bien sous la tendresse de son amant.

A cet instant, son amant vint lui susurrer au creux de son oreille s’il sentait ce sentiment d’abandon et de liberté sous ses doigts. C’était ainsi qu’il percevait le vol au-dessus de ces forêts, c’était tellement additif de pouvoir lâcher prise et laisser guider ses sens et son cœur. Des mots qui rappelaient résolument les sensations qu’il vivait à chaque instant aux côtés de son amant, des instants de béatitude auquel il était résolument accro. A la fin de ses mots, Yano vint mordiller à nouveau le lobe de son oreille, laissant sa langue la titiller avant de venir poser ses lèvres sur sa mâchoire à son plus grand intérêt. Fermant les yeux face à ses délicieuses attentions, le jeune homme sourit tendrement, fermant les yeux et écoutant cette voix si sensuelle lui murmurait qu’il n’y avait cependant aucun vol qui ne pourrait remplacer l’abandon total qu’il avait avec lui. Yano savait résolument comment lui faire plaisir, Ki Suk en était persuadé alors que chacun de ses mots lui allait droit au cœur, le ravissant et lui donnant envie de prolonger chacune de leurs actions, profiter de ce corps ô combien attirable qui se trouvait sous le sien. Ki Suk n’omit d’ailleurs aucune résistance lorsque son amant lui intima de rapprocher leurs intimité, ravi d’entendre de ses lèvres le nom de son amant si sensuellement. Son amant souhaitait le pousser à bout en cet instant, il n’en doutait nullement alors qu’il l’observait avec ce même regard intéressé qu’il devait avoir.

Ki Suk ne cherché nullement à réfléchir face à ce regard, il vint seulement fermer les yeux alors que ses lèvres rejoignaient leurs comparses dans un baiser doux et si sensuel. Si Yano voulait le rendre fou, Ki Suk ferait en sorte qu’il le soit tout autant que lui. Le jeune né moldu vint alors laisser ses mains caresser avec envie le torse de son amant, commençant d’abord à caresser la moindre forme de ses abdominaux jusqu’à atteindre son torse ô combien plaisant. Ces doigts vinrent caresser ses pectoraux, frôlant et titillant ses bouts de chairs. Ses lèvres vinrent quitter avec déception leurs comparses pour embrasser et mordiller la nuque de son amant, susurrant dans une voix résolument coquine : « J’espère bien que cet abandon est bien plus important avec moi… le contraire aurait été dommage. Je suis ton mari après tout et je sais exactement comment faire désormais pour te faire connaitre des douces sensations, sans la moindre magie, juste avec mes lèvres et mon corps… ne suis-je pas le meilleur des nés moldus ?» Il termina ses lèvres dans un doux rire alors qu’il mordillait avec amusement la nuque de son amant, embrassant au passage l’un des suçons qu’il avait laissé quelques heures auparavant. Ki Suk ne se lassait résolument jamais de ce corps, Yano devait s’en rendre compte sans la moindre difficulté, au bout de trois ans de vie commune.  

L’une de ses mains vint se diriger vers le bas de son ventre, frôlant son aine quelques instant alors qu’il laissait ses lèvres se perdre sur les pectoraux ô combien saillants et attirant de son amant. Rendre fébrile son amant était bien la meilleure activité de la journée aux yeux de Ki Suk, sans doute qu’il serait bien capable de rester ainsi tout le long de sa vie. Dans une voix sensuelle, le jeune né moldu murmura : « Tu me montreras un jour comment mon mari est splendide en aigle royal ? J’imagine que tu dois être majestueux, déjà que tu es le plus beau de tous en tant qu’humain. J’espère que les demoiselles ne te draguent pas… enfin, il suffit que je marque mon territoire pour qu’elles remarquent que ce bel aigle m’appartient déjà. » Termina-t-il dans un doux sourire, remontant ses lèvres sur sa nuque pour y laisser un léger suçon, mordillant et embrasser sa chair déjà si malmenée par ses traitements depuis la veille. L’une de ses mains s’amusa à caresser un bouton de chair alors qu’il faisait rencontrer leurs aines dans un délicieux mouvement de reins.  Il murmura simplement dans une voix sensuelle : « Mon sexy Yano... »



No hay duda de lo que siento

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t36-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-va-a-pasar-y-si-te-vas-a-ir-yo-me-voy-a-morirhttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t48-yoon-ki-suk-necesito-que-me-digas-lo-que-vas-a-hacer-no-te-puedo-perder-no-me-quieres-perder

Wada Yano
amynprolis - les âmes fidèles
avatar

identity card
parchemins envoyés : 572age : 26
MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   Lun 30 Juin - 17:42

Il cherchait à le tenter. Un fait qu’il ne pouvait nullement nier tant cette ambition transperçait la moindre de ses actions ou ses paroles. Une cupidité de sa part, qui se révélait que face à cet homme pour qui sa chair avait une addiction toute particulière. Il n’y avait que les lèvres et les doigts de Ki Suk, qui savaient si bien malmener et éveiller sa chair. Seul cet homme était en mesure de le conduire à ce paradis terrestre dont il se trouvait si cruellement dépendant. La luxure devenait un péché contre lequel il ne parvenait pas à résister auprès de cet homme. Il éprouvait tant de désir pour Ki Suk. Jamais, il ne s’était senti si physiquement dépendant à une autre personne. Une dépendance qui ne le gênait point, l’enivrait plus encore, jour après jour. Il ne cherchait plus à y résister, profitant de ces bienfaits et de la chaleur qu’elle insufflait à leur chair. Il savait Ki Suk tout aussi dépendant et amateur de ces sensations. Il était celui qui venait les réclamer lorsqu’il n’était pas celui qui les débuter. Ils étaient tout aussi désireux l’un de l’autre.

Il répondait donc obligeamment aux questions de son amant avec intérêt, n’hésitant pas à laisser planer des sous-entendus qui sauraient plaire à son amant. Il était réceptif à tout cela, fébrile même à son contact. Ses doigts continuaient leurs excursions sur la chair ferme et musclée des cuisses de son amant, remontant sur ce beau fessier qu’il adorait tant dévorer du regard. Un fessier qui savait particulièrement l’attirer, le trouvant parfait sous ses doigts ou son regard. Cela éveillait des vils desseins en son être alors que le désir grimpait délicatement dans sa chair. Ki Suk ne semblait nullement résister à l’appel silencieux qu’il lui tendait si naturellement. Il sentit ses lèvres capturer les siennes avec douceur et sensualité. Un baiser qu’il ne pouvait que savourer, y répondant naturellement avec une satisfaction certaine. Il adorait ses lèvres. Leurs textures et leurs formes attiraient son cœur et son âme vers elles. Il sentait toujours son cœur devenir fou à leur contact, à les parcourir comme si c’était la première fois qu’il les goutait. Les yeux clos, il appréciait profondément le contact de cette bouche contre la sienne, les frôlements de leur nez qui semblaient s’enivrer de l’odeur de l’autre. Il sentait sa chair brûlante sous les caresses de son amant sur son torse : ses abdominaux, ses pectoraux où il venait titiller ses boutons de chairs, résolument troublés et sensible par cette chaleur qui n’avait de cesse de cloitre.

Il laissait, ses doigts glissaient sur les reins de son amant avec délicatesse et lenteur. Il savourait le contact de sa bouche contre sa mâchoire, même si ses lèvres se sentaient abandonnées. Il vint donc mordiller ses lèvres afin de conserver la chaleur qu’avaient laissée celles de son amant, savourant de façon exquise la moindre des mots que ce dernier vint murmurer. Il était évident qu’il espérait que cet abandon soit bien plus important à ses côtés, le contraire lui aurait sans doute déplu. Il était après tout son mari et il savait exactement comment faire pour lui faire connaitre des douces sensations, sans la moindre magie, juste avec ses lèvres et son corps. Une idée qui lui semblait particulièrement plaisante à ses oreilles. Il aimait le ton sensuel de cette voix comme le message qu’il émettait. Il semblait enclin à le dominer de nouveau et ses mordillements contre sa nuque, ne firent que renforcer cette idée. Il n’avait nulle envie de l’empêcher de réaliser ses sombres desseins. Il frissonna au passage de l’une des mains de son amant contre son aine, qu’il vint frôler quelques instants. Il aimait ces actions coquines et sensuelles comme le contact de ces merveilleuses lèvres sur sa peau, son torse ou le toucher de ces doigts si délicats et brûlants. Il semblait déterminer par l’idée de le tenter et il y parvenait résolument.

Dans une voix ô sensuelle, il vint lui demander s’il lui montrerait un jour comment son mari était splendide en aigle royal. Il imaginait qu’il devait être majestueux tant il se trouvait être le plus beau en tant qu’humain. Il espérait vivement qu’il ne se faisait pas draguer sous cette forme même s’il lui suffisait de marquer son territoire pour qu’ils comprennent qu’il lui appartenait. Des paroles si mignonnes qu’elles vinrent le faire rire avec douceur dans un soupir. Il sentait sa peau sensible à ses baisers, suçons et mordillements. Il avait envie de lui. Son désir s’éveillait délicatement au creux de ses reins alors qu’il sentait son amant initiait un mouvement de bassin, faisant rencontrer leurs deux aines. Un contact cocasse qui lui permit d’entendre la voix ô sensuelle et érotique de son amant. Il ne fallait rien de plus pour le convaincre de poursuivre. Il n’avait pas besoin de cela bien entendu, mais c’était particulièrement grisant ainsi. C’est donc tout naturellement que ses doigts vinrent s’immiscer au creux des cuisses de son amant pour les écarter, laissant l’une de ses cuisses prendre place afin de le maintenir contre ses reins. Bloqué ainsi, il laissa ses lèvres capturer de nouveau celles de son amant avec dévotion et passion, laissant une de ses mains glisser délicatement contre son aine, la frôlant, la parcourant avec sensualité. Il sentait Ki Suk sensible à cette caresse, n’hésitant pas à la réitérer alors qu’il venait délicatement la prendre au creux de ses doigts, la toucher plus franchement. Il sentit le gémissement des lèvres de son amant contre les siennes. Il souriait, glorieux et enchanté de son petit effet. Cupide et sans doute déterminé à le titiller encore plus, se frustrer également, il vint délicatement glisser son aine contre celle de son amant, la pressant l’une contre l’autre pour les caresser de ses doigts. Son autre main quant à elle s’était rendue au creux de sa nuque pour le maintenir prisonnier de ses lèvres. Il ne comptait pas le laissait s’échapper de ses lèvres, il voulait dévorer cette bouche, jusqu’à en perdre haleine à le rendre fou. Il sentait sa chair devenir tout aussi brulante que celle de son amant. Il venait doucement accélérer la cadence de ses caresses sur leurs aines mêlées, sentant même le bassin de son amant participer timidement à cet échange luxuriant. Le souffle court, le regard brillant, il savoura le gémissement qui s’extirpa des lèvres de son amant lorsqu’il vint s’en éloigner un instant pour reprendre son souffle. Son expression était érotique, exaltante et il ne pouvait que se mordre les lèvres, susurrant contre ses lèvres.

« Tu sais quelle est la particularité des aigles royaux ? C’est qu’ils n’ont qu’un seul partenaire, celui qu’ils ont choisi. Alors désolé pour ces ravissantes demoiselles, mais cette place est occupée par un être terriblement envoutant et excitant. Un être que je ne suis pas prêt de quitter tant j’aime cette expression de luxure imprégner sa chair, jusqu’à la luxure, la plus totale. Et si tu me donnais l’occasion de voir ô combien le majestueux homme que je suis, te fais de l’effet, mon amour. J’ai cruellement envie de le voir me tenter et me faire rêver. »

Il sourit, riant délicatement alors qu’il le fixait avec attention. Il se soumettait à lui de nouveau, aimant tant voir son amant désireux et cupide envers lui. Il n’y avait rien de plus merveilleux à ses yeux, l’observant avec ce regard profond et pénétrant, qui voulait tout dire.




I'm just prisoner of my love for him.
« Tu vois les choses telles qu'elles sont et ta question est "Pourquoi?"
Mais moi je rêve des choses qui n’existent pas et ma question est
"Pourquoi pas" ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t31-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-else-finiehttp://sinseonghan-jolyu.bbfr.net/t43-wada-yano-be-or-not-to-be-someone-elsehttp://light-goes-on-again.keuf.net/

Contenu sponsorisé

identity card

MessageSujet: Re: [NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano   

Revenir en haut Aller en bas
 

[NC-18] my love, please don't stop | PV Wada Yano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» I love America
» Love Hina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinseonghan Jolyu - Académie de magie pour jeunes sorciers :: Geolughan Dosi :: Résidences. :: Yoon Ki Suk et Wada Yano's appartement-